Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

jeudi 25 janvier 2018

Vivaldi

Bonjour, et tout d'abord bonne année s'il n'est pas trop tard.

Avant toute chose, étant donné que le rythme de parution sur U-TimeLab est devenu extrêmement faible (quatre mois sans rien, c'est probablement un nouveau record), j'aimerais préciser que le travail, la vie privée, et tout ce qui s'ensuit, bouffent énormément mon temps libre, et limitent beaucoup mes activités de loisir. Comme j'ai déjà dû avoir l'occasion de le dire, quoiqu'il arrive, U-TimeLab ne sera jamais mort. Après si vous avez envie de lire ma prose vous pouvez toujours acheter Un Chien des Flandres (qui ne me rapporte absolument rien, la prochaine fois je changerai d'éditeur) ou suivre les blogs d'ace-attorney.info.

Les jeux vidéo c'est pareil : Je continuerai toujours à suivre assidûment Ace Attorney ainsi que les titres de Péndulo Studios, mais cela risque fort d'être tout, donc si quelques billets vidéoludiques venaient à subsister sur ce blog, ce serait probablement parce que je voulais déjà en parler avant et que je ne l'ai pas fait. J'ai commencé à en taper un, qui avait cette introduction, mais je préfère le remettre à plus tard pour vous parler, une fois n'est pas coutume, d'un navigateur internet, qui fête ses trois ans aujourd'hui. Désolé si vous vous attendiez à un célèbre musicien.

J'avais il y a quelques années évoqué un navigateur web dont toute l'essence était tirée de Firefox. S'il est vrai que je m'en suis servi à l'époque, je ne lui ai pas été fidèle très longtemps, et suis retourné un temps sur Firefox. Cependant, les années passant, je remarquais que le navigateur n'était plus aussi performant qu'autrefois, que le sempiternel choix "Internet Explorer vs Firefox" n'était plus du tout d'actualité.
Et donc, il y a deux ans, j'ai fait un saut sur Wikipedia, et j'ai regardé la liste des navigateurs existant sur le marché. L'un de ceux-là a attiré mon attention ; vous l'avez compris, il s'agissait de Vivaldi. Mais si à l'époque je recommandais déjà ce navigateur à qui voulait bien l'entendre, je n'ai pas eu le réflexe de venir en parler ici, car j'estimais que le navigateur était trop jeune, et pourrait bénéficier de quelques mises à jour intéressantes avant toute chose.

Cela étant dit, j'aimerais tout d'abord poser quelques bases nécessaires à la compréhension de cette chronique.
Vous le savez ou vous ne le savez pas, Wikipedia me le dit en tout cas, en terme de parts de marché, les utilisateurs sont une majorité écrasante à utiliser Google Chrome. Vient ensuite Safari, le navigateur d'Apple, embarqué par défaut dans les Mac, et on peut le comprendre, car contrairement à IE, Safari a une plutôt bonne réputation. J'aimerais bien savoir en revanche si ces statistiques incluent les versions mobiles des navigateurs.
De toute façon, tout de suite après Safari, Firefox est toujours bien présent, talonné de près par le duo IE/Edge. Opera suit, puis deux navigateurs mobiles : UC Browser et le navigateur des appareils Android.
Ces statistiques datent de décembre 2017 et sont donc, à l'heure où sont rédigées ces lignes, plutôt récentes.

Mais voilà, rien de tout ça ne me satisfaisait. Chrome est tristement réputé à cause des pratiques de Google, je ne voulais plus utiliser Firefox, et comme j'utilise Windows 8 (bien que je dispose d'un Macbook depuis l'an dernier, mais de toute façon j'utilise Windows ici aussi, pour ce que ça change) Safari ne me serait d'aucun secours. IE n'en parlons même pas. En ce qui concerne Opera, je l'ai testé à de nombreuses reprises, mais il n'est jamais parvenu à me convaincre. Récemment j'ai téléchargé leur dernière invention, Opera Neon, mais ce n'est clairement pas un navigateur que j'utiliserais au quotidien.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, le navigateur Google Chrome se base sur Chromium. Ce projet initié par Google est, à la différence de Chrome, open-source, ce qui veut dire que n'importe qui peut le modifier pour customiser son expérience web, si tant est que le n'importe qui en question en a les compétences. Selon Wikipedia encore une fois, beaucoup d'utilisateurs préfèrent Chromium à Chrome car ils jugent "néfastes" les apports de Google à Chrome. C'est bon à savoir.

Donc, en regardant la liste des navigateurs, j'apprends l'existence de Vivaldi, un navigateur dont la première version a été publiée en 2015, et n'oublions pas que de ma perspective nous étions en 2016. Il s'agissait donc d'un navigateur tout neuf, et ça, déjà, ça m'a fait envie.
Je ne sais plus exactement si je me suis renseigné sur les tenants et les aboutissants du navigateur en premier lieu, ou si je l'ai d'abord téléchargé. Pour vous ça va être plus simple, je vais vous expliquer, puisque depuis j'ai largement eu le temps de m'informer.

À un moment donné, le navigateur Opera a subi une transformation majeure, dans laquelle de nombreuses fonctions du navigateur ont été jetées par ses créateurs, probablement dans le but de le simplifier. Ça a commencé avec My Opera, communauté Internet qui aidait à façonner le navigateur.
Deux des créateurs du logiciel, constatant cela, ont décidé de quitter la société et de créer leur communauté, destiné en premier lieu à tous ces utilisateurs laissés sur le carreau d'avoir de nouveau un endroit où se regrouper. Très rapidement le projet a évolué et, outre des interfaces de forums et de blogs, Vivaldi s'est engagé dans le chemin de la navigation web, d'autant plus que le navigateur Opera ne répondait plus aux besoins de ladite communauté. Et là où Vivaldi fait fort, c'est que son équipe de développement permet à sa communauté justement de proposer le futur du logiciel. Officiellement, Vivaldi en est à sa version 1.13. Comme d'autres (je pense à Firefox), le navigateur offre une avant-première non stable de ses futures fonctionnalités, je m'en suis rendu compte il n'y a pas si longtemps, et c'est donc depuis la version 1.14 que je tape ce texte - Je l'ai téléchargée pour la synchronisation des données, qui manquait jusque-là cruellement au logiciel. Malheureusement il n'est pas certain que cette fonction soit maintenue pour le moment, encore jugée instable par les concepteurs du logiciel. La version actuelle du logiciel offre tout de même la possibilité d'utiliser cette fonction en passant par "experiments", la page permettant d'activer ou non des fonctions à risques.
Allez les gars, on croit en vous ! Et lorsque vous aurez trouvé une solution, il ne vous restera plus qu'à finaliser la version mobile du navigateur, je serai client, ne vous inquiétez pas pour ça ! Et si quelque chose ne me convient pas, eh bien peut-être que j'irai proposer une mise à jour sur vos forums :)


La vidéo ci-dessus est déjà vieille, mais donne une bonne idée de ce que peut faire le navigateur. D'ailleurs, cette vidéo fait la promotion de la dernière version compatible avec Windows XP, donc si vous utilisez encore ce dinosaure de la technologie, ou plus simplement conservez sous le coude une machine virtuelle (c'est mon cas), ce serait peut-être une bonne idée d'utiliser ce navigateur-là et pas un autre - car je suis à peu près sûr qu'aucun autre navigateur n'a assuré une compatibilité XP jusqu'en 2016 comme Vivaldi l'a fait.

Pourquoi j'aime Vivaldi ? Parce que comme le dit si bien cette vidéo promotionnelle, le navigateur est entièrement personnalisable - À vrai dire il propose tellement de fonctions que je suis à peu près sûr que je n'en utilise pas le quart !
Vivaldi est, de plus, basé sur Chromium. De ce fait, il est tout à fait possible (et c'est même une excellente idée) d'améliorer l'expérience web proposée par le navigateur à l'aide d'extensions Chrome. Vous en avez probablement l'habitude (d'autant plus que tout le monde bloque les pubs de nos jours, sauf les gens qui sont restés sur IE).

Outre la customisation extrême du navigateur, la première chose qui m'a frappé, c'est le Speed Dial, une fonction qu'il est apparemment possible d'utiliser sur Opera, mais qui est ici proposée par défaut. La plupart des navigateurs proposent quoiqu'il en soit des services similaires, mais celui de Vivaldi est celui qui aura le mieux répondu à mes attentes. Je n'utilise plus aucune barre de favoris, ça ne me sert plus à rien, et je l'illustre ci-dessous.



À un moment donné j'utilisais du matériel de très petite taille. C'est la première raison pour laquelle je cherchais un nouveau navigateur : Je voulais que le contenu web occupe plus d'espace. Or, sans speed dial comme il est présenté ici, si l'on veut un accès facile à ses onglets, le réflexe le plus naturel est de placer une barre d'onglets. Tous les navigateurs le proposent, mais pour ma part c'était absolument hors de question, puisqu'une telle barre aurait mangé de la place à l'écran ; et voilà pourquoi le speed dial est ma première raison d'utiliser Vivaldi : Je ne pense pas avoir vu un autre navigateur permettre un tel système, où tu peux ranger tes favoris non seulement par catégories, mais en plus dans des sous-dossiers. C'est une véritable force pour le navigateur. De plus, la présence d'un unique bouton au lieu de la sempiternelle barre d'outils offre également un véritable gain de place, là où Firefox, dans sa dernière version, ne donne toujours le choix qu'entre "Barre des menus" ou "Pas de barre des menus".

Vivaldi est rempli de fonctionnalités ; comme par exemple l'empilement d'onglets : Au lieu d'accumuler 36 000 onglets, vous avez un onglet unique en regroupant plusieurs, et ça, c'est très bien.


Très personnalisable également, l'apparence graphique du navigateur parvient à être à la fois sobre et fouillée. La couleur des onglets dépend de la couleur dominante du site sur lequel vous êtes, mais il est à noter que si l'ensemble est trop vif pour l'œil, eh bien il est possible de désaturer la couleur. On ne peut qu'adhérer.

J'aimerais évoquer la barre de recherche incluse avec le navigateur, à côté de la barre d'adresse. Il est intéressant de noter qu'il est facile non seulement de supprimer les moteurs proposés par défaut au besoin (surtout Bing), mais surtout qu'il est possible d'y ajouter n'importe quel moteur de recherche. Faîtes le test à l'occasion : Un clic droit dans n'importe quelle barre de recherche vous offrira dans le menu contextuel l'option d'ajouter le moteur à vos moteurs enregistrés. Ça fonctionne ici, ça fonctionne sur aainfo, ça fonctionne sur Youtube, ça fonctionne partout.

Si je devais ne relever qu'un seul défaut à ce navigateur, ce serait un défaut propre aux navigateurs utilisant l'architecture Chromium (la grosse majorité donc), ainsi qu'à Opera de ce qu'on m'a dit (je n'ai pas vérifié) : Chaque onglet équivaut à une fenêtre du navigateur dans votre liste de processus. Chaque onglet mange un peu plus la mémoire vive de votre ordinateur.

Enfin un mot sur Flash : L'intégration de cette technologie, souvent jugée obsolète, au navigateur, a tardé. Elle est à présent totalement prise en charge, mais ça n'a pas toujours été le cas. En cas de problème, n'hésitez pas à télécharger séparément Adobe Flash Player PPAPI pour Chromium et Opera si vous n'en avez jamais eu l'occasion.

Pour être honnête, avec ses possibilités quasiment infinies de personnalisation (il est d'ailleurs possible de modder le logiciel intégralement, avec la seule contrainte que les mods disparaissent lorsque vous mettez le logiciel à jour), Vivaldi a l'inconvénient d'être compliqué à décrire - Je veux dire par là que ma description ne couvre que très peu toutes les possibilités offertes par ce navigateur, que je juge pour ma part révolutionnaire à bien des niveaux, que j'utilise quotidiennement depuis deux ans, et que je ne compte pas lâcher, rien que parce que ça me permet de ne pas entrer dans le conflit entre les gros navigateurs que tout le monde utilise ; mais surtout pour sa qualité première, qui est sa versatilité. Notons que le navigateur est intégralement dans notre langue - Ce n'est pas toujours le cas des navigateurs de niche, par exemple en rédigeant ce texte j'ai jeté un œil à UC Browser, que je ne connaissais pas : Bien que datant de 2004, ce navigateur est toujours en anglais intégral.

D'ailleurs en attendant un Vivaldi portable, mes petits conseils perso de navigateurs mobiles, d'autant plus qu'à mon grand chagrin le navigateur Mercury n'est plus disponible !
... À vrai dire si j'aimais Mercury c'était avant tout parce qu'il proposait des onglets comme sur PC. Cette fonction n'existe bizarrement plus que très peu, sur mobile. Si vous naviguez comme moi sur des appareils Apple, le seul qui propose cette fonctionnalité, c'est Dolphin. Cela dit, comme Mercury à une époque, Dolphin propose également un adblock donc vous faîtes d'une pierre deux coups.
J'ai testé rapidement sur émulateur plusieurs navigateurs Android. Là pour le coup eh bien c'est Firefox qui remporte la palme, Dolphin ne proposant pas cette option comme sur iOS.

Cela dit je blablate depuis assez longtemps je pense. Je n'ai pas fait le tour des fonctions proposées par le logiciel, loin de là. Si vous voulez avoir des retours d'autres utilisateurs de Vivaldi concernant leur utilisation du logiciel, qui sera forcément différente de la mienne, jetez donc un oeil à cette page (en anglais), qui regroupe les participations à un concours dont le gagnant ira à Oslo rencontrer la team Vivaldi. Y a du texte, y a des vidéos aussi, y a un peu de tout, chaque participant au concours a joué le jeu d'expliquer son utilisation du navigateur. Ceci, en plus de la tonne de documentation disponible, des blogs, de la chaîne Youtube, etc, devrait être un apport suffisant d'informations concernant le logiciel.

Pour télécharger le logiciel stable, rendez-vous très simplement sur https://vivaldi.com.
Pour les versions les plus récentes mais pas stables, dites snapshots, vous pouvez jeter un oeil par ici, mais j'insiste bien sur le fait qu'on parle là de versions en phases de beta test, les crash du logiciel sous certaines conditions sont donc inévitables. La version 1.14, disponible en snapshot, et qui ne devrait pas tarder à être publiée officiellement, a manqué de peu être la version de la synchronisation, quoiqu'il en soit c'est aussi la version du support du langage markdown dans la fonction Notes (Et là vous voyez comme le logiciel est versatile : Je n'ai même pas évoqué son bloc-notes dans mon pavé, puisque personnellement je n'en ai jamais eu l'utilité pour le moment).

Par ailleurs, n'hésitez surtout pas à commenter pour nous dire comment vous utilisez le navigateur, c'est toujours intéressant !

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.