Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

jeudi 24 novembre 2016

Cher Professeur Kukui,

J'en ai vu des régions peuplées de Pokémon. Kanto, Johto, Hoenn, Rhode... Je n'ai pas aimé mon passage à Sinnoh, et ai sincèrement détesté Kalos, que j'ai quitté au bout de trois ou quatre villes parcourues, quant à Unys j'en ai d'assez bon souvenirs.
J'ai déménagé une fois supplémentaire, pour Alola, et laissé au vestiaire ma langue maternelle car dans un archipel inspiré d'Hawaii, j'imagine mal les gens parler français.

Et puis "Euphorbe" quoi. Vous portez le nom de l'arbre national d'Hawaii en japonais et en anglais, et pas en français ? Respectez-vous un peu, quoi. C'est comme le kahuna de l'île, Hala, il est bien sympa, mais quand j'ai appris que son nom se françisait en Pectorius... (et apparemment on dit "doyen" et "pokémon dominant" en français ? Ça les aurait tué de laisser "kahuna" et "pokémon totem" ? Bref une perte de sens considérable)

Lorsque je suis arrivé, j'ai vécu d'entrée des moments inoubliables, par le biais de cinématiques bien placées, et d'une narration comme jamais je n'en ai vu dans aucune autre région du monde des Pokémon, exception faite peut-être de Rhode.
Justement, le parallèle avec Rhode est évident d'entrée de jeu : Les combats sont rendus plus immersifs que jamais par des jeux de caméra extrêmement dynamiques et la présence, comme à Rhode, des dresseurs sur le terrain. Les différents endroits explorables profitent quant à eux d'une 3D tout aussi immersive, et je reste persuadé qu'une ville comme Samaragd aurait très bien pu exister à Alola.

Ce qui différencie Alola de Rhode, outre les domiciles et infrastructures plus réalistes que jamais (très peu d'habitations, finalement, ne comptent qu'une seule pièce, et chaque bâtiment visité a des meubles fonctionnels et réalistes, pas comme les cabanes dans les arbres pas fonctionnelles pour deux sous de Cimetronnelle), ce sont ses habitants : Déambulant un peu partout, ils donnent de la vie comme jamais aucune région du monde des Pokémon n'a pu se targuer d'en avoir.
J'ai aussi vraiment aimé les moments de pluie, où l'on sent bien l'atmosphère tropicale, et les combats sur l'eau, où l'ambiance estivale était particulièrement agréable. De façon générale surfer était agréable, dommage qu'il n'y ait pas plus de surfaces aquatiques à explorer ni de capacité Plongée - un comble pour un archipel !



Toujours est-il que, comme vos prédécesseurs avant vous, vous m'avez confié un Pokémon et un Pokédex. Cette fois pourtant, il n'a pas été question de battre des champions d'arènes, mais de réussir différentes épreuves, réparties sur les îles de l'archipel. Animées de façon extrêmement comique - ou, plus rarement, épique - ces épreuves étaient autant d'occasions de rencontrer des personnages bien plus hauts en couleurs que la majorité des champions croisés depuis les débuts de la série.
Chaque île est dirigée par un kahuna. Une fois les épreuves d'une île terminées, j'avais l'opportunité d'affronter le kahuna de l'île dans un duel au sommet. Alola propose sept épreuves pour quatre kahunas, comme vous le savez, soit une dizaine de spécialistes de types, qui chacun me donnèrent un Z-crystal, permettant d'activer les capacités Z de mes Pokémon - les types manquants restent pourtant représentés, ce qui donne à l'ensemble un très bon équilibre.

Je ne vous apprends rien bien entendu, il existe un cristal par type, et quelques cristaux liés à des Pokémon précis - il est d'ailleurs dommage que certains cristaux ne soient accessibles que par évènement Internet, à l'image de ce cristal réservé à Ronflex.
Chaque cristal permet de déclencher des coups surpuissants en fonction des coups appris par son propre Pokémon. Cette mécanique, bien mieux amenée que les stupides méga-évolutions de Kalos (qui font toutefois un retour furtif une fois l'aventure principale terminée), se révèle globalement bien plus agréable et intéressante à exploiter.

Comme toujours, mon périple fut l'occasion de rencontrer plein de monde, à commencer par une Team Skull plus bête que méchante - mais dont la base d'opérations fera sûrement date tant elle est magnifiquement travaillée.
Je suis aussi entré en contact avec la fondation Aether et sa présidente Lusamine (au passage quand on cherche Mina, l'une des spécialistes de la région, sur Google, et qu'on tombe en permanence sur des pages consacrées à Lusamine parce qu'elle s'appelle Elsa Mina en vf ça devient rapidement frustrant). Rien de bien notable à raconter au sujet de cette fondation qui se soucie du bien-être des Pokémon, sinon on m'accuserait de spoiler - mais je me permets tout de même de dire qu'ils ont de magnifiques thèmes musicaux.



Cela me permet d'enchaîner sur la musique - Alola propose probablement les meilleures musiques de la série Pokémon. Bien détachées, elles proposent une ambiance propre, totalement dans le ton des îles, et chaque lieu est un délice à explorer, chaque combat contre autre chose qu'un dresseur classique ou qu'un pokémon sauvage habituel une magnifique rupture orchestrale. Les seuls thèmes redondants restent les combats classiques, le Centre Pokémon (comme d'habitude quoi, et encore le travail est propre), et peut-être les thèmes de chevauchées, que pour le coup j'aurais aimé pouvoir désactiver totalement, car dans certains lieux ça pète totalement l'ambiance.

La chevauchée parlons-en. On m'a rapidement confié un pager, permettant d'appeler jusqu'à sept Pokémon différents pour m'assister, avec des fonctions autrefois réservées aux CS et objets rares. En dehors du fait que la chevauchée de Dracaufeu n'est qu'une CS Vol sans grande envergure, le reste se révèle particulièrement plaisant, et extrêmement facile à appeler qui plus est : Une pression sur le bouton Y mène au menu, et il est possible d'attribuer des montures aux flèches directionnelles, pour les appeler instantanément.

Le gameplay serait d'ailleurs parfait sans une fausse note que je reproche à chaque nouvelle aventure depuis que j'ai quitté Johto : Pourquoi, mais pourquoi n'avons-nous pas droit à un gameplay intégralement tactile comme en 2010 ? Est-ce trop demandé de pouvoir lâcher les boutons ? On pouvait à l'époque ! Par contre recycler des éléments sans grand intérêt d'Unys pour proposer un mode streetpass/spotpass avec encore moins d'intérêt, là aucun problème.



Le Pokédex est habité par un Motisma. Si pendant l'aventure il faisait des remarques assez sympas, les phrases bateau qu'il récite une fois l'aventure terminée sont, eh bien, trop bateaux.
Globalement le Pokédex est beaucoup moins pratique que les dex de Hoenn ou de Johto, en revanche on appréciera qu'il mette l'accent sur chaque nouveau Pokémon récupéré, y compris par évolution ou par échange. On appréciera aussi sa fonction GPS.
Pour en revenir aux échanges, le mode online est poussif comme jamais, et il est sincèrement dommage que, la région à peine accessible au grand public, des débiles patentés commencent déjà à pourrir le mode online avec des Pokémon générés par logiciel. Un jour faudra m'expliquer ce que ces résidus d'excrément, lie de l'humanité, cherchent à accomplir en injectant leurs déchets dans les équipes et PC des honnêtes gens. Je pense relâcher les deux shinys obtenus par échange miracle - Hors de question que je leur accorde le moindre crédit.

J'ai évoqué plus tôt les combats. Malgré du lag en combats par équipe (ayant fait l'aventure sur old 3DS j'espère une amélioration quand je reprendrai sur New), ils ont énormément à offrir. Les prises de vue dynamiques et la présence des dresseurs directement sur le terrain est un véritable bond en avant. Chaque classe de dresseur peut jeter des balls spécifiques, y compris des balls de Johto ! Dommage à ce titre qu'il soit si compliqué de trouver ces balls dans Alola - si on aime collectionner on les gardera précieusement au lieu de les utiliser. Allez, peut-être que le PGL permettra d'en obtenir davantage.


Au cours de mon aventure j'ai été en contact avec les fameuses Ultra Beasts, tant vantées par les campagnes promotionnelles. Ce n'est qu'après le générique de fin qu'on obtient une véritable opportunité de les affronter, dans un mode scénarisé qui n'est pas sans rappeler l'épisode delta d'Hoenn, mais offre tout de même beaucoup plus que ce dernier.
Si à ce stade il reste quelques lieux à explorer, on regrettera tout de même l'absence d'une cinquième île, tout comme on regrettera l'absence de mise à niveau vers le Pokédex national, alors qu'il est totalement possible de croiser des Pokémon ne faisant pas partie des quelques 300 espèces répertoriées à Alola, que ce soit par le biais du mode QR Scan ou entre les mains de certains dresseurs.

Un mot sur la difficulté : Contrairement à la génération précédente, le multi exp est équilibré. Ne pas le laisser activé serait une mauvaise idée - sauf pour les amateurs de farm intensif, mais bon, faut vraiment avoir du temps à perdre - car les adversaires sont plus sadiques que jamais, capables d'envoyer vos Pokémon au tapis sans aucune difficulté. Même certains totems se révèlent de formidables adversaires, alors qu'ils ne sont jamais plus de deux sur le terrain - car les totems, ainsi que les Pokémon sauvages, peuvent appeler de l'aide. Cette fonction, si elle rend certains combats incroyablement ardus, est une bien meilleure façon de faire que les hordes de Pokémon de la 6ème génération. Au passage on apprécie que les combats trio et rotatifs aient été totalement abandonnés, au profit du Battle Royale, un mode de jeu bien plus amusant.



Il me faut à présent évoquer le Poké Finder - Poké Scope en français. Cette fonction, digne successeur de Pokémon Snap, est plutôt bien implémentée, malheureusement une seule épreuve l'exploite. Pour le reste la fonction est assez anecdotique et enregistre systématiquement en jpg. Rien de bien gênant cela dit, ce mini-jeu restant un très bon moyen de varier les plaisirs - je cherche encore l'emplacement de Dracolosse.
J'évoquerais aussi les baies : Elles repoussent une fois par jour, ce qui n'est pas sans rappeler la seconde génération : Très bon point, d'autant qu'il est toujours possible de jardiner, dans un mode à part, à débloquer dans le totalement oubliable Poké Pelago, accessible par le menu.

J'aurais aimé proposer plus de screenshots personnels, mais bon : cette magnifique photo d'Osselait fera l'affaire

Avant de conclure, je n'oublie pas d'évoquer les possibilités presque infinies d'habillage personnel, qui permettent de se faire bien plus beau que le modèle par défaut, mais surtout de revenir sur les nouveaux Pokémon. Sur les 300 Pokémon disponibles, un peu moins d'une centaine de nouvelles têtes sont à débusquer, en incluant les ultra beasts, légendaires et formes d'Alola. Les nouvelles créatures sont vraiment très cools. Quelques ratés (l'évolution finale du starter feu est par exemple une horreur incommensurable, quel dommage quand la forme de base est si réussie !), mais globalement que du très bon.
Les formes d'Alola sont exclusivement des Pokémon de Kanto. On se sent donc un peu floué qu'aucune autre génération ne soit concernée, et que seule une poignée de Pokémon élus aient pu bénéficier de ce traitement.
Car les formes d'Alola sont, en soi, une excellente idée. Elles donnent un coup de jeune aux Pokémon concernés, en leur attribuant de nouveaux types vraiment intéressants, et les coups qui vont avec - mon coup de coeur va à Ossatueur, qui, s'il passe Spectre/Feu et obtient un redesign magnifique, peut très bien conserver l'immunité au type Électrique via le talent Paratonnerre.

Honnêtement, j'ai beaucoup aimé mon aventure à Alola. Malgré quelques lags et une séquence finale interminable, il est difficile de prendre en grippe une région aussi agréable et vivante, soutenue par une narration surprenante à plus d'un titre.

Je vous remercie donc, professeur Kukui, et espère vous ramener prochainement un Pokédex complet et, pourquoi pas, tenter l'arbre de combat si j'en ai le courage.

Cordialement

PS : Salutations au cousin du professeur Chen de ma part, même si sa présence n'a eu sur mon aventure qu'un impact assez limité

Retrouvez également mes lettres aux Professeurs Chen et Seko !

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.