Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

samedi 3 septembre 2016

Pixel Paint

Anciennement exclusivité de la Wii U, Pixel Paint vient de débarquer sur l'eshop de la 3DS pour quatre petits euros. Encore une exclu en moins pour la Wii U - à qui il ne va bientôt plus rien rester pour pleurer -, mais est-ce réellement une aubaine pour les amateurs de pixel-arts ? Analyse.

L'ouverture de l'application est sobre. Ecran titre en haut, menu en bas. Le menu, soyez-en averti, est épilleptique, avec ses couleurs qui changent dans tous les tons. La personne qui a fait ça devait être bourrée.

Trois options s'offrent à nous : "Create", "Load" et "Controls". Un tour dans l'aide du jeu m'apprend également qu'on ne peut pas sauvegarder plus de 100 pixel-arts à la fois et que, lorsqu'elles sont postées sur Miiverse (car c'est là l'un des plus grands intérêts de l'application, poster ses créations sur Miiverse) ou sauvegardéecs sur la carte SD, les oeuvres sont redimensionnées d'une façon uniforme. C'est bon à savoir.

AAAAAAAH ! MES YEUX !!

Parlons tout d'abord des contrôles, expliqués assez simplement. Vous vous en doutez, c'est au stylet que vous allez dessiner. Ni le zoom, ni la pipette ne sont intuitifs à première vue - en fait je pensais qu'il n'y avait aucune pipette jusqu'à ce que je rejette un oeil au menu Contrôles, qui m'a détrompé. Dans les deux cas vous devez utiliser L ou R, combiné avec le pad pour le zoom, le stylet pour la pipette. Certes, tous les boutons sont utilisés en dehors de cela, mais on aurait peut-être apprécié une fonctionnalité pour personnaliser davantage l'utilisation des boutons : B permet d'accéder au menu, exactement comme le bouton Start. Y permet d'annuler une action (le nombre d'annulations est cependant très limité), A de refaire. Pour ma part, j'aurais aimé pouvoir annuler avec B (c'est plus intuitif), et, pourquoi pas, donner à Y les fonctions "Annuler" et "Pipette". Ma 3DS actuelle fonctionne parfaitement, mais j'ai toujours un peu peur pour les boutons de tranche, ayant perdu l'usage de ceux de quasiment toutes mes consoles à deux écrans précédentes. On aurait aussi pu utiliser le circle pad pro pour permettre une fonction "zoom" directe. C'est dommage de ne pas proposer de supplément aux consoles bénéficiant de cette option, alors que des jeux comme SmileBasic le proposent.



Poursuivons, du coup, avec l'outil de création en lui-même, qui est la seule source d'amusement du soft - au moins on ne nous ment pas sur la marchandise.

Tout d'abord, vous devez savoir qu'il n'existe que cinq formats de pixel-arts : 20x15, 40x30, 80x60, 160x120 et 320x240. Rien de bien problématique, les pixel-arts n'étant en général pas forcément gourmands en place, et au pire si vous voulez faire du dessin plus "conventionnel" vous prenez le format 320x240 et vous dessinez sans vous préoccuper des pixels.
Si les deux premiers formats s'ouvrent sur une grille servant à vous aider à placer vos pixels, ce n'est pas du tout le cas des autres qui, beaucoup plus grands, ne font apparaître la grille que lorsque vous zoomez.



En guise d'outils, on nous propose de composer avec un crayon, un pinceau, une gomme. La taille de ces outils peut être ajustée pour occuper de 1 pixel à une énorme partie de l'espace disponible. Outre la fonction trait, le soft propose également rond, triangle et rectangle pleins.
Les deux options suivantes sont Fill et Replace. La première est un pot de peinture. La seconde, dont je n'avais pas compris l'utilité jusqu'à ce matin, permet littéralement de remplacer les instances d'une même couleur par une autre, fonction capitale qu'il aurait été dommage de ne pas avoir sous la main.
"Copier" fait exactement ce qu'il promet. "Couper" s'apparente davantage à une fonction "Déplacer", quoi qu'il en soit ça reste efficace et vous permettra de corriger bon nombre d'erreurs.

En bas de la zone d'outils - qui peut être cachée d'une pression sur le bouton X - se trouvent les palettes.
On ne peut pas dire qu'il y ait de limitations. Pour permettre aux plus exigeants de faire des pixel-arts respectant des restrictions, 8 palettes différentes sont proposées. Si les deux premières sont en noir et blanc (la première utilisant des teintes plus proches des jeux Game Boy), les autres proposent un peu plus de choix. La dernière palette disponible, "True color", propose l'intégralité des spectres de couleurs existants.

Au moins on peut faire des cartes Pokémon

Pour 4 euros, nous avons donc là un outil plus que complet - malheureusement il va maintenant me falloir évoquer ses défauts.

Tout d'abord, l'enregistrement des pixel-arts. De qui se moque-t-on ? Déjà, le partage sur Miiverse n'est pas facilité par le fait que les fichiers se transforment en jpg compressés - et le jpg c'est la mort du pixel-art ! S'il n'y avait que ça. Le jeu permet d'enregistrer ses créations sur la console - ce qui, ne nous leurrons pas, est une excellente initiative puisque le jeu ne permet pas de sauvegarder plus de 100 créations. Problème : Le format reste JPG, le résultat reste compressé. En somme, pour récupérer la moindre création dans un format potable, il vous faudra pirater votre console. Moyen moyen...
L'outil de création n'échappe pas non plus à quelques critiques.
D'une part, il aurait été appréciable d'avoir une option transparence, quitte à ce que tous les éléments transparents soient remplis une fois le pixel-art créé, car les fonctions "couper" et "copier" prennent tout, y compris les pixels de fond qui vont gentiment se superposer si vous voulez faire un décalage ! Bon, ça on le prend en compte et on s'en sort, mais du coup ce n'est pas très pratique.
D'autre part, pourquoi n'y a-t-il pas de fonction permettant de retourner la zone copiée ? Cette option éviterait tellement de prises de tête ! Beaucoup de pixel-arts utilisent des principes de symétrie, et il est dommage de devoir refaire intégralement une zone qu'on a déjà faite juste parce qu'elle est dans l'autre sens !

Et puis, il est dommage, pour un programme requérrant de la précision, que le stylet ne réponde pas parfaitement. Même zoomé à fond, vous aurez du mal à viser juste - Heureusement qu'il existe un bouton annuler, sinon ce serait un pur et simple enfer.

Enfin, concernant les couleurs, si toutes les couleurs possibles et imaginables sont bien disponibles, la façon de sélectionner une couleur n'est pas forcément des plus pratiques. On regrettera à ce titre l'absence totale d'utilisation des valeurs RVB, qui aurait largement pu être implémentée - après tout le jeu utilise bien un clavier pour permettre d'enregistrer ses créations.

Un petit mot sur la musique : Il n'y en a qu'une seule. Elle n'est pas désagréable pour autant mais on comprend aisément qu'une option permette de la mettre sur "Off".

Mais à qui s'adresse ce programme du coup ?

A tous ceux qui aiment dessiner. A tous les amoureux du pixel-art, et à tous ceux qui voudraient partager sur Miiverse. Malgré ses défauts, l'outil reste très puissant, et je ne comprends pas ce qu'une chose pareille faisait en exclu Wii U alors qu'elle avait dès le départ tout pour faire un bon titre 3DS - Un peu comme Super Mario Maker, mais je digresse.
Tel qu'il se présente, Pixel Paint est exactement ce que son titre décrit : Un Paint du pixel. En dehors du menu "Controls" et du manuel, rien ne vous indiquera comment devenir du jour au lendemain un Picasso du pixel-art, donc si vous n'y connaissez rien en la matière, je ne sais pas si vous vous amuserez.

Voilà. Si ça vous convient, vous pouvez foncer, c'est pas cher et ça fait le café.

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.