Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

samedi 30 avril 2016

Ratchet & Clank / Le film

Parlons peu, parlons bien, parlons Ratchet & Clank. J'ai commencé il y a peu Trilogy sur Vita, histoire de rattraper un certain retard vidéoludique. J'aurais beaucoup de choses à dire rien que sur le premier volet de la série.

Malheureusement, aujourd'hui, nous allons parler du film. Et le film, c'est un navet.


Pourtant, Ratchet & Clank est pétri de bonnes intentions : De petites références mignonnes au respect de l'oeuvre originelle, en passant par la réécriture relativement correcte de l'histoire du premier volet, et l'animation, bien que basique, fait à peu près son boulot...

Peut-être aurais-je même été un peu plus coulant, si la localisation française n'avait pas totalement défiguré le film.


Dans le rôle principal, Squeezie. Dans le rôle du journaliste en caméo, Nikos Aliagas. Dans le rôle du scientifique fou, Cartman, littéralement. Et, dans le rôle de l'un des méchants random, Jhon Rach... Attends, c'est qui ? J'ai jamais entendu parler de ce gros random ?? Le seul doubleur qui s'en tire, c'est Kévin, du Rire Jaune. Lui, démontre un réel talent de doublage ; mais cette seule prestation ne parvient pas à tromper la vérité : La VF est nulle à chier. Donner des rôles à des gens juste pour surfer sur leurs noms et s'attirer un public d'enfants alors que le texte (au moins en VF) est truffé de gros mots, c'est tout à fait sordide !
Cela dit si le fait que le cast soit composé de célébrités pour la plupart inaptes au doublage est déjà une grossière erreur, attendez d'avoir vu la traduction.


 
 
Voilà comment le film aurait dû être. 
Malheureusement, Squeezie.

La localisation française est horrible. Entre traductions littérales et références inappropriées, ce qui était à l'origine un texto devient un tweet, et Ratchet tient plus de la célébrité Youtube que du véritable lombax.

 
Voilà. C'est le nôtre. Comparez.

Oui. J'aurais été beaucoup plus coulant avec ce film si j'avais au moins pu voir la version québécoise, qui semble, du peu que j'en ai vu, largement meilleure que ce travail bâclé de lycéens pour le TP de français de la fin du semestre.

Mais allez, soyons bons joueurs, la VF gâche certes l'expérience du film (que je visionnerai certainement en VQ à l'occasion pour comparer), mais que vaut le film en lui-même ?
... Pas grand chose honnêtement. Il faut être vraiment très bon public pour trouver quoi que ce soit à sauver à cette adaptation, les rares références à l'univers Playstation n'étant clairement pas un argument à elles seules. La 3D et l'animation restent correctes, mais on a le sentiment que ça aurait pu être encore plus beau : C'est bien simple, le film ne tient juste pas la comparaison avec son "adaptation" sur PS4 !
Le scénario... Bon. Disons que je prends beaucoup plus de plaisir sur le scénario du jeu d'origine. Voilà qui est dit.

Pour le reste une fois encore on a droit à un travail tout juste correct, où les références mal placées pleuvent et ne sont guère rattrapées par la traduction tant redoutée.
Au final tu pars de la séance avec certes une planche de stickers, mais ce n'est clairement pas suffisant pour compenser la douloureuse sensation d'avoir perdu ton temps, et la douloureuse envie que l'on te rembourse. Non je ne vais pas faire de blague à base d'anus, je ne suis pas comme ça.

Bon allez si, quand même : ça fait mal au rectum.



0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.