Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

vendredi 10 janvier 2014

New York, 2075

Dans une ruelle sordide, on entrevoit un rayon de lumière duquel sort, littéralement, un prince du moyen-âge. Il se réveille pour constater qu'un brigand masqué n'a pas mis bien longtemps à vouloir mettre la situation à profit, mais c'est ce moment que choisit une brigade de robots pour se lancer à la poursuite du prince !
Il se réfugie chez un détective privé qui décide de lui faire confiance et de l'aider dans sa quête : Libérer sa princesse d'un envoûtement qui la maintient endormie. L'ennemie du prince, dans un schéma strictement manichéen, est une sorcière qui, avec l'aide de Satan, se maintient en vie pour l'éternité en envoûtant des jeunes filles depuis des siècles. En 2075 elle gouverne le monde et y impose sa tyrannie sous le nom de Reine Noire. Pour libérer sa promise et défaire son ennemie, le prince devra trouver un moyen de retourner à son époque afin d'y récupérer un livre de prophétie retraçant toute sa destinée. Bien entendu cela ne se passera pas sans encombre : La Reine Noire le suivra et récupèrera aussi le livre.

L'unique DVD qui ne contient hélas que les six premiers épisodes décrit la série dont je vous parle aujourd'hui comme un mélange entre la Belle au Bois Dormant et Blade Runner. Je ne connais pas Blade Runner mais je suppose que la comparaison est exacte. Les aspects "moyen-âge" et "science-fiction" sont tous deux très bien travaillés, et pour une fois on ne prend pas les enfants pour des cons, quand un personnage meurt, il meurt et c'est violent.

Ne vous arrêtez pas à l'animation qui peut sembler pauvre : Argaï : La Prophétie est l'une des plus grandes perles méconnues de l'animation Française. Chaque ligne du scénario est réfléchie pour tirer au maximum profit du plot, chaque personnage est inoubliable. Quelqu'un qui a déjà vu un épisode de la série saura instantanément qui sont Oscar Lampoule et son assistant Barnabé. Cette série contient à peu près tout ce qu'il faut pour en faire, près de 15 ans plus tard, un grand classique - quel dommage que les seuls uploadeurs de la série sur Internet soient des Polonais, ou autre nationalité à la langue incompréhensible par le commun des mortels.



Sur les six premiers épisodes en tout cas, le scénario est mené tambour battant, sans aucun temps mort. Vous vous souviendrez probablement de ma critique de Digimon, où j'avais dit de cette série qu'elle était très bien mais qu'il ne fallait louper aucun épisode sous peine de ne plus rien comprendre ? Là ce n'est pas tout à fait vrai, car les résumés sont très efficaces, mais voir les épisodes dans l'ordre est quand même un plus indéniable.



Bon, on a le scénario qui roxxe, les textes qui sont en général super bien écrits, l'animation qui essaye de faire des économies partout où elle peut (mais reste efficace), le style graphique qui n'en reste pas moins agréable, qu'en est-il de la bande sonore ?

Eh bien... La bande sonore est super. Les doubleurs - dont certains assez connus, ce qui est normal, tant le milieu du doublage en France est peu fréquenté - donnent tout ce qu'ils ont, et les musiques sont tout simplement extraordinaires, que ce soit pour les génériques de début et de fin ou pour le dessin animé en lui-même.



Maintenant, vous vous dîtes "ouais mais y a forcément une embrouille". Vous êtes gêné par le fait que les personnages soient des animaux ? Bah, faut pas. Chaque animal a été choisi minutieusement en fonction de la personnalité du personnage, résultat on se prend au jeu sans aucun problème. Se compliquer la vie à mettre une sorte de dromadaire parmi les protagonistes ce n'est quand même pas rien. Et le gorille de la boîte de nuit de l'épisode 1... Est un gorille. Parfait.
Vous restez de marbre face à l'animation peut-être ? C'est le seul défaut de ce dessin animé, et il est compréhensible, une équipe d'animation fait avec ses moyens. En fait le truc vraiment incroyable, c'est ce qu'ils ont réussi à accomplir, au final; et même si à terme on a une histoire un peu bateau où le gentil prince doit combattre les forces du mal et sauver sa belle endormie, c'est par ses textes, comme je le disais auparavant, qu'Argaï parvient à convaincre, au même titre que l'extraordinaire adaptation Italo-Japonaise de Blanche-Neige.

En fait, la seule embrouille, je vous en ai déjà parlé. C'est véritablement le fait qu'aucun épisode au-delà du sixième ne soit disponible de nos jours en Français, alors que c'est pourtant d'origine une série française ! Dommage !

Au final, Argaï reste une valeur sûre, qui convaincra aussi bien les férus de science-fiction que les amateurs de contes fantastiques, aussi bien les amoureux du moyen-âge que les fans d'histoires spatiales, et bien sûr... Y a du voyage dans le temps. Beaucoup.

Il en reste pour le moment deux exemplaires sur Amazon, je vous mets donc le lien au cas où. Ne vous fiez pas à la couverture, elle ne rend que difficilement hommage à cette belle série.


0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.