Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

mercredi 17 juillet 2013

Venez, je vous fais visiter Nassau (Bahamas) !

Plutôt que de passer un week-end à faire des achats compulsifs à ne plus savoir qu'en faire, cette année, les économies de loisir ont servi à financer un voyage vers une destination chère à la base... Mais pour laquelle il y a moyen de trouver des prix surprenants en cherchant aux bons endroits.
Il faut dire que la réservation s'est faite en Janvier pour Juillet, ce qui laisse tout de même une bonne marge. Ce voyage vous sera donc relaté ici, car je ne pars pas en gros égoïste. Je pars muni d'un appareil photo waterproof et résistant aux chocs, histoire de vous montrer autre chose que ce que j'ai pu ramener de quatre jours passés à Halifax l'an passé.
Pour l'anecdote, à quelques jours du départ, j'ai reçu un coup de téléphone de la part de l'agence de voyage. Nouvelle funeste : L'hôtel qui avait été réservé a été privatisé, et toutes les réservations annulées ! On m'a alors proposé un hôtel de meilleure qualité, pour une poignée d'euros supplémentaires. J'ai accepté. Vingt minutes plus tard, on m'annonçait que l'hôtel avait été contacté et qu'il était entendu de ne pas me faire payer la différence !

Pour le voyage d'Halifax, j'étais parti de Nantes. C'est encore le cas, sauf que le vol est à 7h20. Donc il faudrait être là-bas avant 6 heures. Oh et bien sûr y a une heure de route entre les deux, sinon c'est pas du jeu.
C'est donc munis de bagages judicieusement choisis que nous entrons dans l'aéroport. Pour le voyage au Canada il y avait deux escales, dont une à Amsterdam. Cette fois, la première escale se fera à Madrid, marquant mon premier pas en Espagne - Pas qui ne durera guère que le temps de changer d'avion.
À l'aéroport en France, surprise ! Iberia, la compagnie aérienne Espagnole, qui nous emmène vers cette première étape, s'avère bien plus compétente que la compagnie qui nous avait emmené de France au Canada ! Les billets sont donnés directement à l'enregistrement des bagages, on nous confirme que certains papiers sont bel et bien en règle, et on nous dit avec un grand sourire que le bagage en soute nous attendra à notre destination finale, nous épargnant par la même les tracas traumatisants rencontrés à Toronto en Octobre.


Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.