Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

vendredi 31 mai 2013

Ace Attorney : The Movie

Eh bien voilà : J'ai visionné Ace Attorney le film, légalement, avec un beau DVD reçu d'Australie. Et rien que pour les sous-titres, je ne le regrette absolument pas : Parfaits, sans l'ombre d'une faute, ils respectent totalement la version anglaise des jeux, allant jusqu'à reprendre l'accent du Sud d'Eva Cozésouci. Je peux à présent parler du film en lui-même. Certains l'ont adoré. D'autres l'ont trouvé, n'ayons pas peur des mots, à chier. Quant à moi, je dirais que j'ai un avis beaucoup moins tranché. Le scénario montre un assez grand respect du jeu d'origine. 
Les quelques différences ne sont finalement pas si graves - La modification des circonstances du meurtre du père de Benjamin Hunter passe finalement beaucoup mieux que ce que je pensais, et la façon dont les affaires 1 et 3 ont été mises en scène au tout début du film dans un but de prologue est plutôt pas mal. Ce sont bien les affaires 2 et 4 qui sont au centre de l'intrigue, avec de très légères références à l'affaire 5 - Présence du Lutin Bleu et utilisation finalement bien amenée de la salle des preuves.



Les lignes de texte sont superbement respectueuses du jeu : En ne lisant que les sous-titres, le fan de la série ne pourra qu'adhérer. Le réalisateur a même réussi à retranscrire le gameplay en ayant recours à un artifice : Partant du postulat que l'histoire se déroule "dans un futur proche", il a ajouté au tribunal tout un système d'écrans virtuels de haute technologie, le genre de truc de science-fiction qui n'existe pas en vrai. Le résultat à l'écran est assez bizarre mais permet au moins une fidélité au support d'origine franchement troublante. Au delà de ça, une foultitude de détails me font dire "Ah ouais, quand même, il a eu du cran pour récupérer ça". Il a même repris le concept des confettis quand le client est déclaré non coupable !

mardi 21 mai 2013

Scénaristes et dessinateurs : Qui a raison ?

Suite à un petit débat qui a eu lieu sur Twitter quelques instants avant que je ne commence à rédiger ce post, et auquel j'ai pris part au beau milieu, je me suis rappelé d'un sujet que je voulais aborder ici depuis quelque temps, donc bon, voilà, l'occasion est venue.

Je voulais vous parler, généralement parlant, de qui a raison dans une oeuvre culturelle - Jeu vidéo, bande dessinée, comic américain, manga. Bien sûr, ce sera mon avis, illustré par moults exemples. Je changerai d'exemple en fonction de ce que je voudrai illustrer, ce billet n'ayant pas pour but d'être organisé autour des oeuvres mais bien autour de la façon d'appréhender leurs constructions et s'il est légitime de considérer qu'une oeuvre mérite ses suites ou non. Les exemples que vous verrez pourront je pense s'appliquer à d'autres cas, même s'il est vrai que chaque cas est unique en soi.

mardi 14 mai 2013

Spirou et ses 75 ans

Allez savoir pourquoi, j'ai mis plusieurs semaines à me décider à lire du début à la fin le numéro 3914 de Spirou. Le numéro 3914 ? C'est le numéro spécial sorti pour les 75 ans du journal, le 17 Avril dernier !
Je l'ai déjà exprimé auparavant sur ce blog, le journal de Spirou m'a, pendant une petite dizaine d'années, un peu déçu. Oh, bien sûr, il avait toujours son lot de bonnes bandes dessinées, donc je n'allais pas interrompre mon abonnement. Pourquoi me décevait-il, ce bon journal ? Peut-être à cause du nouveau rédac'chef. Oh, bien sûr, je ne remets pas en question son travail, mais il faut savoir que lorsque j'ai commencé à acheter puis à recevoir Spirou, c'était en pleine époque de Thierry Tinlot, alias le Boss, grand homme qui aura réussi à insuffler en l'espace de quelques années un esprit particulièrement dynamique au journal, avec un nombre hallucinant de numéros spéciaux comme je n'en ai plus jamais revu depuis 2002 !

dimanche 5 mai 2013

[Chronique] Un jour je serai le meilleur testeur #3

En allant acheter des trucs importants - genre l'intégrale de Futurama ou le volume 2 des Brigades du Temps - j'ai récupéré un truc gratuit qui datait de la sortie de Pokémon Noir & Blanc 2, et oooooooooouh que c'est mal fait, ça me fait honte. Bon, je vous propose pas de screens de la chose (enfin si, y en aura un en fait), mais je tenais quand même à la décortiquer pour vous.

Bon, je peux rien dire sur la couverture. J'aurais bien critiqué le "Spécial Lancement" écrit  dessus mais ça va, ça peut se comprendre éventuellement.
Et là, page 1, le drame. On comprend qu'il va y avoir des BD mal foutues réalisées dans un style qui fait penser à l'anim mais en moins bon. Alors y a N qui crie (ou alors les majuscules en gras c'est juste là pour décorer mais alors c'est nul) avec un air incroyablement calme pour quelqu'un qui crie : "À QUEL FUTUR ASPIRES-TU AVEC TES POKÉMON ?"
Alors déjà si tu veux tout savoir pour aspirer j'utilise un aspirateur. Bien.
Ensuite je sais pas si ça valait le coup de réserver toute une page pour une réplique aussi minable. La honte.

vendredi 3 mai 2013

Puzzle League Express

Un billet avec des images rétro pour illustrer. La vraie vie, quoi.
À quoi bon renier son plaisir ? J'assume. J'estime que la série des Puzzle Challenge - Panel De Pon dans leur pays d'origine - est la meilleure série de jeux de puzzle jamais créée, au-delà même de Tetris. Bon, s'il vous est déjà arrivé de lire mes reviews de jeux, vous vous souviendrez peut-être que j'aime aussi beaucoup Peggle, mais laissez-moi vous dire que l'attrait que j'ai pour Puzzle Challenge est bien plus grand encore !
Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.