Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

vendredi 1 juin 2012

Le ver n'est pas sorti de son trou, tout comme la SNCF.

Aujourd'hui, deux jeux médiocres, un sur iOS, un sur GBC.


L'iphone est un système sur lequel on peut aller de surprises en surprises. De bonnes (Coucou, Phoenix Wright, Layton, Monkey Island, Another World, Sonic CD, Spider-Man et j'en passe...) en mauvaises. Et je ne vais pas aujourd'hui vous parler d'un simple mauvais jeu, mais d'une honte totalement indigne qui a paradoxalement reçu les louanges de tous les gens qui se sont donnés la peine de le noter sur l'app store, démontrant un manque certain de goût. À noter que ces derniers temps, l'appstore a de toute façon un nombre assez sidérant de copypastas et d'apps à la con, mais bon, là c'est pousser le vice un peu loin, comme vous allez le constater si vous avez un peu plus de goût que l'abruti moyen qui fout un 5/5 à cette honte sidérale.
Aujourd'hui je vais donc vous parler d'une application dénommé Wormholes. Enfin, application... Perte de temps est plus approprié. A priori, il s'agit d'un Portal-like. L'auteur a, d'après la description, été sermonné par Valve pour avoir fait payer pour une app aussi similaire à Portal, donc il l'a passée gratuite. Je suis tombé dessus en tapant "Valve" sur l'app store, à vrai dire. Et puisque Valve a à moitié laissé passer, l'app risque de rester disponible pendant longtemps.
On peut apprécier le moteur 3D, légèrement supérieur à un Narbacular Drop moyen, mais néanmoins foireux. Si le mec a codé ça tout seul, je lui tire quand même mon chapeau. La physique, ça peut s'apprécier aussi, c'est du Portal. Mais du Portal mollasson.
Là où le jeu se vautre lamentablement, c'est en proposant ni plus ni moins qu'un copié collé de Portal, quelques bugs en plus. L'écran titre est identique, les NIVEAUX sont identiques, et il n'y a de toute façon guère que cinq niveaux. J'ai arrêté après le second, mais j'ai quand même jeté un oeil au dernier et ça s'est confirmé, ce pur copypasta s'est révélé absolument pas maniable.

Mais ce que je ne comprends pas, c'est l'avis global qu'ont les gens sur cette bouse infâme. La moyenne de 4/5 attribuée par dix-sept pèquenauds est en effet expliquée par ces mêmes gens à grands coups de "enfin Portal sur mon ipod !"
Si je veux bien admettre qu'il est toujours agréable d'avoir les jeux que l'on aime sur un support portatif, je ne comprends absolument pas pourquoi tant d'enthousiasme pour un vulgaire copié-collé même pas foutu de proposer la moitié du centième de ce qui faisait la richesse de l'original.

Maintenant, un tour sur Game Boy !
Comme vous le savez si vous me lisez, j'ai à son époque grandement apprécié le premier Lucky Luke sorti sur Game Boy Color. Remake du Lucky Luke de la Game Boy noir et blanc avec quelques sprites de meilleure qualité, il proposait un jeu de plate-formes accessible, fidèle à la bande dessinée d'origine, avec de magnifiques musiques et effets sonores et des sprites ma foi tout à fait convenables. Le système de jeu était franchement réussi, surtout pour de l'Infogrames, et si la fin du jeu était très dure, il n'en demeure pas moins un excellent titre recommandable à tout point de vue.
En voyant Le Train des Desperados, je me suis dit "Oh, ils ont fait un deuxième titre ! Il est sûrement épique !" En fait, on devrait appeler ce jeu "Le Train des Désespérés". Le jeu commence pourtant sur un bon point, avec des niveaux inspirés des albums "Les Rivaux de Painful Gulch" ainsi que "Western Circus". Et c'est tout de même pas mal : Un jeu adapté d'une BD qui ne se contente pas d'adapter le dessin animé adapté de la BD ! Et en plus de ça, y a même pas de Daltons au rendez-vous ! Dans le principe c'est pas mal.
Là où le jeu commence à donner envie de se cogner la tête contre un mur, c'est sur le fait que contrairement au premier Lucky Luke, la maniabilité est tout simplement gerbante. Déjà il faut s'adapter au fait que les actions assignées à A et B ont été inversées par rapport au premier titre, mais surtout, tuer les ennemis s'avère un calvaire atroce bien pire que les boss du premier Lucky Luke.
Les graphismes pour leur part ne sont pas terribles, je préfère la patte graphique qu'avait Infogrames sur ses versions Game Boy de Spirou et du premier Lucky Luke (les graphismes étaient très similaires).

Mais la raison qui m'a fait ragequitter le jeu, c'est que quand tu t'es fait chier à traverser l'horrible niveau du cirque avec Rantanplan, niveau dans lequel t'es obligé de te retaper deux fois une zone franchement casse-pieds, la raison qui m'a fait ragequitter donc, est que le dernier niveau n'est pas jouable en mode facile ! Et le dernier niveau, rien que pour te troller, bah c'est le putain de train dont il est question dans le titre.

Vous me direz "Ouais mais c'est normal, c'est pour le challenge", ouais mais non, Infogrames, c'est précisément le type de jeux où à partir du mode normal, jouer relève de l'acharnement sans plaisir. Alors je m'élève fermement contre ce jeu, et, au même titre que Wormhole machin, je ne le recommande pas.

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.