Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

dimanche 1 avril 2012

[Dossier jeux vidéo] Une guerre de poche

Je n'ai pas encore fini le dossier Pokémon, une quatrième partie est prévue. Mais j'ai prévu, déjà, un autre dossier, que je vais commencer aujourd'hui : Une rétrospective jeux vidéo. Comme chaque année depuis la création d'UTL, je vous fais donc un billet garanti sans poisson d'Avril, même si je conçois que celui de 2009 était une grosse daube. Vous m'en excuserez volontiers, j'étais jeune en ce temps-là. Bien sûr tout cela n'empêche pas l'humour, mais là ce que je compte faire c'est, pour commencer cette rétrospective, une liste non exhaustive mais néanmoins approfondie de consoles portables.
Pour commencer se pose la question de base : Qu'est-ce qu'une console portable ? Est-ce que c'est le petit jouet électronique Batman dans lequel vous  devez éviter des voitures en allant vers la droite ou vers la gauche (il était fun mais moins que le jouet électronique Bugs Bunny où fallait ramasser des carottes), est-ce que c'est ton smartphone, jeune paltoquet, ou est-ce encore cette rutilante GBA qui a déjà 11 ans de bons et loyaux services ?


Les jouets électroniques déjà on peut oublier. Avec toutes leurs vertus ils n'en demeurent pas moins extrêmement simplistes, on se croirait dans un Game & Watch. Vous me direz, les Game & Watch c'est cool, certes je veux bien l'admettre.

Par définition la console portable c'est une console et c'est portable. Merci Captain Obvious. La console de jeux vidéos est un support qui permet de jouer aux jeux, certes certes, et l'aspect portable lui permet d'être pratiquée en tous lieux, faisant la joie des enfants dans les voitures, et plus récemment des sales gosses dans leurs lits. Plus récemment parce que le rétroéclairage n'a pas toujours existé.

Sur ce, permettez-moi de vous faire une petite liste des consoles portables, de leurs avantages et de leurs inconvénients.

La Game Boy Color
J'aurais pu vous parler de la Game Boy première du nom, voire même de la Game Boy Pocket, qui faisait exactement la même chose à ceci près qu'elle était déjà beaucoup plus petite, mais en vérité je préfère sauter directement à celle que j'ai connu, jusqu'au moment fatidique où j'ai fait l'erreur funeste de la vendre. Bon, c'est sûr, je m'en serais pas servi davantage, mais c'était tout de même ma première console, et elle est perdue à jamais, du coup.
Des jeux plus mythiques les uns que les autres, un design franchement bien foutu et une rétrocompatibilité Game Boy noir et blanc permettant de donner plus de couleurs aux jeux GB d'origine donnent à cette console tout son cachet. En revanche, comme toutes les consoles portables de l'époque, ça bouffe de la pile, cette p'tite bête là ! Cela dit, ça reste beaucoup plus raisonnable que par exemple le nombre exhorbitant de piles que pouvait avaler une Game Gear.
L'autre inconvénient tient aux jeux en eux-même et s'appelle pile de sauvegarde. Eh oui, une cartouche à sauvegardes qui aura trop servi finira par ne plus pouvoir sauvegarder, et ça franchement, c'est dommage.

Le Virtual Boy
Pure plaisanterie, le Virtual Boy fait partie du musée des curiosités Nintendo qui n'ont pas marché. Pourtant ça partait d'un bon sentiment et y avait même un semblant de 3D, ce qui à l'époque était vachement impressionnant, mais deux choses plombent la console : D'une part son poids, d'autre part sa qualité technique déplorable. Dix minutes devant cette torture devraient suffire pour traumatiser le plus sage des enfants. Ça reste classe dans une collection, tant que l'on n'y joue pas.

La Game Gear
La console en elle-même avait quelques jeux sympathiques, mais nous n'allons pas nous mentir, c'est le genre de jeu auquel je joue par émulation. D'une part parce que j'ai pas la console, d'autre part parce qu'on m'a dit que de toute façon la console en elle-même est totalement insupportable du fait d'un écran ultra indiscernable et d'une consommation de piles plus abusive que tout ce qui s'est fait par ailleurs.
Game Boy Advance, Game Boy Advance SP et Game Boy Micro
La plus belle création de Nintendo, et de loin, c'est la GBA. La majorité des titres de la console étaient tout simplement épiques. Entre les Zelda, les Metroid, les Sonic et les Pokémon, entre les Mario, les Kirby, Spyro et autres Final Fantasy, il était impossible de ne pas trouver chaussure à son pied. Et si ça ne vous suffisait pas, elle lisait les jeux GB et GBC !
La GBASP introduisit ce qu'on attendait depuis des lustres : Le rétroéclairage et une batterie.
La Game Boy Micro avait un rétro éclairage encore plus poussé - et c'est bien normal, elle est sortie après la DS -, mais son principal défaut était son absence de compatibilité avec la GBC. Dommage.
Puisqu'on est le 1er Avril, anecdote liée : Dans un magazine officiel français Game Boy Advance, en guise de poisson d'Avril, un faux test avait été dissimulé pour un jeu intitulé Wario Kart : Fishing Edition.

Nintendo DS et Nintendo DS Lite
Le gameplay de la DS est un énorme pas en avant franchi par Nintendo. En proposant deux écrans (tout comme d'ailleurs certains anciens modèles de Game & Watch), en leur ajoutant une puissance légèrement supérieure à une Nintendo 64 et en ajoutant du tactile et un micro, Nintendo tient une stratégie gagnante. La rétrocompatibilité est toujours là, mais malheureusement Nintendo commence déjà à faire des choix bizarres : Rien pour les premières Game Boy. GBA uniquement, comme si l'emplacement GBA pouvait pas faire moins. Tss.
Pour le reste, la DS bénéficie d'un catalogue franchement impressionnant. Ce qui est bien, c'est que si, effectivement, un nombre hallucinant de jeux daubesques y sont disponibles, il y a toujours moyen de trouver des perles rares. La qualité a fait place à la quantité, ce qui fait qu'au final on retombe tout de même sur ses pattes.
Ce qui est moins bien c'est que la DS, c'est aussi l'apogée du piratage sur console portable, et si elle n'en aura pas forcément trop souffert, chaque petit Kévin à la con de 12 ans possède son propre linker avec le dernier Ben 10 téléchargé par leur tonton. ET J'AI RAISON, J'EN AI CONNU UN EXACTEMENT COMME ÇA.

Playstation Portable
A priori ce n'est pas le genre de console que je me serais procuré à la base. Je ne connaissais pas les grandes licences de Sony, donc j'allais jouer à quoi, à part peut-être à Sega Megadrive Collection ?
Au bout du compte, il y a tout de même moyen de chopper pas mal de bons jeux sur cette console. Malheureusement la majorité se trouvera davantage en téléchargement, et on fera une mention bienveillante aux classiques PSOne qui relèvent terriblement le niveau. Il est dommage qu'il soit si difficile de bénéficier d'un compte hors de son propre pays - parce que oui y a quelques exclus aux USA donc autant en profiter dans la mesure du possible - mais soit.
Le support choisi par Sony n'est pas terrible par rapport aux cartouches : L'UMD a le défaut commun à tous les jeux sur support CD, il charge, fait du bruit et chauffe. 
Cela dit les UMD disponibles sont pour la plupart formidables, d'autant plus que, de la même façon que la DS de Nintendo, la console n'est pas zonée et peut donc lire des jeux d'import, ce qui est toujours intéressant quand tu sais ce que tu cherches et que tu sais comment y jouer. Mais bon, j'dis ça, la majeure partie des titres intéressants sur PSP sont arrivés jusqu'ici, il n'y a donc vraiment pas à se plaindre à ce niveau-là.

3DS et PS Vita
Non, je ne bénéficie pas encore de ces deux consoles, mais je dois vous avouer qu'a priori elles me chagrinent. Pourquoi ?
Pour la 3DS, deux raisons me viennent à l'esprit. D'une part, la durée de sa batterie est apparemment encore plus courte que celle de la PSP, qui bat déjà des records (et qui en plus a un fil extrêmement petit, ce qui est très chiant.)
D'autre part, LE ZONAGE. Nous sommes en 2012, depuis la Game Boy on a toujours pu jouer aux jeux de Nintendo portables par import, et là qu'est-ce qui se passe ? Si par hasard je veux jouer à Ace Attorney VS Professor Layton en anglais à sa sortie, je suis condamné à chopper une 3DS Américaine ! (Ou à acheter le jeu en version anglaise, mais diverses raisons font que je préfère encore chopper la 3DS Américaine quand ce sera possible).
En tout cas, à l'heure de la mondialisation, c'est un choix absolument pas avisé de la part de Nintendo, qui ne mérite aucun remerciement. Et pourtant la console n'a quasiment que du bon, si l'on exclue cette grosse daube de lapins crétins 3D, que l'on ne peut pardonner que parce que Michel Ancel a fait Rayman Origins.
La PS Vita, je n'ai qu'une seule chose à dire : Les jeux dispos au lancement ne sont pas intéressants. Rayman Origins, je l'ai sur PS3. Ultimate Marvel VS Capcom 3 je l'ai sur PS3. Les autres sont des titres obscurs qui ne me donnent pas envie d'y jouer. Je préfère encore acheter des titres PS1 sur le PSN et y jouer soit sur PSP soit sur PS3.

Je souhaite tout de même bonne continuation aux deux consoles, mais c'est définitivement pas ce qu'il s'est fait de mieux.

Les smartphones
Ce ne sont pas des consoles, mais enfin, force est de constater que leur présence sur le marché est de moins en moins discutée, et que même les plus récalcitrants auront fini par s'en procurer un. Avec l'agressivité de jeux vendus à 99 centimes, voire distribués gratuitement temporairement, le smartphone est un concurrent terrible pour la console portable. Il fait console et téléphone en même temps et est accessible à tous. Après faut faire preuve de discernement et savoir à quoi on joue, mais bon.
Voilà, je n'ai pas forcément fait un tour précis et détaillé de toutes les consoles portables du marché, mais j'espère au moins vous avoir fait réfléchir quelque peu sur le sujet.
J'ai encore plein de thèmes à aborder, mais on se retrouvera une prochaine fois pour le deuxième : Adaptations et jeux vidéo.

1 commentaire :

  1. Pour la gamegear, je chopais toujours une prise de courant et je jouais pendant des heures. C'est aussi pratique qu'une console à batterie... sans batterie !

    Pour la 3DS, je suis entièrement d'accord : Resident Evil m'intéresse, Hatsune Miku Project Mirai(jp) aussi et il y aura un nouveau Etrian Odyssey ! C'est mon jeu préféré sur DS et les épisodes 2 et 3 ne sont jamais sorti en europe.

    Après dans tes tests tu oublies le côté portable des jeux : beaucoup de crétins espèrent copier "l’expérience" (je hais ce mot) salon sur portable... On se retrouve qu'avec des jeux injouables dans le bus.

    RépondreSupprimer

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.