Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

mardi 14 février 2012

A few Catherine, but no sheep

Vincent Brooks a une vie assez banale. Ce trentenaire accompli a un job, des potes avec qui il traîne tous les soirs au bar, et même une copine qui aimerait se marier avec lui ! Aah, la vie de trentenaire, ça a ses hauts et ses bas, mais quand on est bien installé...
Sauf que notre homme va avoir une assez mauvaise surprise. Il sort déjà avec Katherine. Joie. Mais un matin il se réveille à côté d'une autre fille. Catherine.

Et là c'est le drame.


Sous ce titre énigmatique, cette jaquette aguicheuse et un joli PEGI 18 de rigueur (mais pas pour les raisons auxquelles vous pourriez penser), Catherine a tout de la bombe vidéoludique, explosant tel l'un de ses blocs et ne laissant personne de marbre.
Pourtant, le début ne donne pas forcément l'impression que l'on a affaire à un jeu réalisé par ceux-là même qui ont donné le jour à la série des Persona. Catherine n'est pas un RPG. Catherine croise habilement visual novel, puzzle game et traité de psychologie Freudien. Ah oui, c'est disponible sur XBox 360 et Playstation 3.

Mettons nous un peu à la place de notre héros, Vincent.
Ce jeune homme est, vous en conviendrez, tout ce qu'il y a de plus banal. Il a même quelques soucis dans sa vie privée. Mais bon, ces soucis ne nous concerneront pas, puisqu'il va devoir faire face à beaucoup plus sérieux. Le fait de tromper sa copine sans même avoir compris comment est déjà une chose, mais ces cauchemars récurrents que subit Vincent en sont une autre, d'autant plus que ce n'est pas un simple réveil qui le tirera d'affaire. Vincent est en proie à une sorte de malédiction qu'il n'est pas le seul à vivre. Nuit après nuit, au même titre qu'un nombre assez conséquents d'hommes, parfois de son entourage proche, Vincent se transforme en mouton aux yeux de tous les autres et doit grimper un mur infernal, composé de blocs qui s'écroulent tels des Tetrominos.
Vous me direz : "Cool ! Vincent rêve qu'il est dans un Tetris grandeur nature ! Pourquoi ce jeune conche devrait-il se plaindre ?"
À vrai dire, je pense que si vous étiez à sa place, vous flipperiez tout de même un peu beaucoup. Après tout, quand un mouton tombe de l'engrenage, un homme est retrouvé mort le lendemain
Et là, normalement, vous êtes mindfuckés. Ce jeu réussit bel et bien l'exploit assez osé de combiner puzzle et profondeur scénaristique. D'autant plus qu'à mesure de sa progression, Vincent doit effectuer un certain nombre de choix, qui détermineront comment il s'en sortira à la fin. Parce que par dessus le marché il y a plusieurs fins.


Mais Vincent a aussi une vie. Il ne se contente (heureusement) pas d'enchaîner les cauchemars Freudiens. Il va au bar. Il se saoûle (je sais, ça la fout mal), il discute avec ses potes, il joue à la borne d'arcade, va se passer un peu d'eau sur la figure, et tape même la discute avec des inconnus de passage qui deviendront par la suite récurrents.
Le dilemme est qu'en plus de ça, il doit jongler entre Katherine et Catherine, entre la fiancée et la tentatrice. Il reçoit des textos de l'une et de l'autre et a la possibilité d'y répondre. Cette possibilité lui permet d'autant plus d'influer la balance du destin.

Et toi, sauras-tu résister à la tentation de la pizza ? /FOU/

Avant de poursuivre sur pourquoi ce jeu est épique et pourquoi tu dois y jouer, toi, brebis égarée que tu es, je vais répondre à quelques questions que tu dois certainement te poser.

Mais dans le fond, il est comment, le gameplay ?

Il est très bien. La grimpette de blocs se fait de façon très efficace.  Il y a des mécanismes de jeu assez surprenants, qu'on découvrira au fur et à mesure. Dans les phases de puzzle, il est dommage que la jouabilité ne suive pas totalement. J'ai plus d'une fois subi le fatidique Game Over parce que oups haha faux mouvement que je n'avais pas pu calculer. Heureusement, le jeu se maîtrise finalement assez bien et ces phases restent un pur plaisir à jouer. Même chose pour Raiponce, le jeu d'arcade (un jeu dans le jeu donc, c'est un peu le meilleur type de mise en abîme existant), qui a un fonctionnement très similaire aux cauchemars de Vincent et compagnie.

Et la musique, elle donne quoi ?

Sans être la meilleure OST de Shoji Meguro, la bande sonore de Catherine en impose tout de même pas mal. Le monde onirique est soutenu par un grand nombre de morceaux classiques très légèrement remixés (Cela reste cependant très perturbant dans un contexte de mort imminente), et le bar a un jukebox qui permet de réécouter les musiques du titre et quelques bonus.

Elle est comment l'animation ? Ils sont cools les graphismes ?

Si tu as déjà touché à Persona 3 ou 4, tu peux retirer ta question, ça te plaira forcément. Sinon, bah ouais, c'est du haut niveau. Le cell-shading est parfaitement maîtrisé et intégré dans son environnement, j'apprécie et tu apprécieras très certainement également.

Mais si c'est si bien, pourquoi PEGI 18 nom d'un p'tit bonhomme ?

Si tu veux tout savoir, non, y a aucune scène PR0N et encore moins de viscères ! Le jeu est même carrément gentil à ce niveau-là ! Alors pourquoi ?
Disons simplement que notre héros se retrouve déjà dans une situation d'adultère. C'est déjà pas mal. Mais en plus, le jeu s'octroie le luxe de proposer une réflexion vraiment poussée qui, comme je le disais plus tôt, ne te laisseront pas de marbre, mon jeune ami.
Et puis malgré tout y a aussi de la violence verbale (un peu) et de l'horreur. Un bien grand mot diront peut-être certains, qui n'auront sûrement pas remarqué que chaque nuit, Vincent, en plus de devoir escalader des pentes assez dangereuses, doit en plus échapper à des cauchemars tirés tout droit du best-of des meilleurs films d'horreur en direct live.

Ce charmant bambin, par exemple

C'est à peu près tout ce que tu as à savoir concernant le "Pourquoi la PEGI ?".

Tu devais pas me dire pourquoi ce jeu est épique et pourquoi je DEVAIS y jouer ?

Oh, tu veux rire ? Il te suffit de relire les paragraphes précédents ! C'est merveilleux ! Maintenant, fonce ! Procure-toi ce chef-d'oeuvre sur la console que tu veux, procure-toi la console si tu l'as pas (c'est important pour jouer), et si tu trouves pas le jeu, bah tu peux toujours l'acheter en dématérialisé, mais dans ce cas t'auras pas l'artbook et ce serait quand même assez dommage. Sans compter que dans ces temps de crise, il faut bien faire marcher le petit commerce. :'(

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.