Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

samedi 4 février 2012

Aperture Science and Black Mesa are in a boat. In space.

J'aime les jeux de chez Valve. Ils m'ont appris à ne plus craindre les FPS, traumatisé que j'étais par une bête partie de Doom 64 à l'âge de 9-10 ans. Je dois avouer que le relativement non-violent Portal (attention hein j'ai bien dit relativement) et que le très accessible Team Fortress 2 m'ont motivé à me pencher sur Half Life 2, ses deux suites et sa démo jouable. J'ai donc passé d'excellents moments à dessouder du headcrab et à caillasser des soldats du cartel avec l'aide de ces fripons d'antilions. C'est sûr, j'ai aussi ragé, que ce soit quand ces mêmes antilions respawnaient à l'infini si je ne bloquais pas leurs saletés de nids, que ce soit quand Ravenholm m'a tuer, ou que ce soit lors du mémorable combat final d'Episode 2. J'ai ragé la toute première fois que j'ai joué à Lost Coast parce que, hé hé, c'est bête, je ne trouvais pas le chemin.

L'univers d'Half Life 2 est un univers extrêmement riche, qui m'a amené à me pencher sur Half Life premier du nom, où j'ai bloqué pendant longtemps de façon stupide. J'ai compris pourquoi je bloquais en jouant au portage, Half Life Source, et oui, c'était VRAIMENT stupide.
Comme vous l'aurez compris, j'ai d'abord joué à Half Life 2 PUIS à Half Life 1. Et je n'ai fini le 1 - par le biais de son portage - qu'aujourd'hui. C'était pas facile. Par contre j'ai aussi joué à Portal 2, que j'ai littéralement dévoré, du début de son solo à la fin du DLC de son coop. Si Ghost Trick n'occupait pas déjà cette place, Portal 2 serait à coup sûr le meilleur jeu de l'année 2011, mais c'est bête, j'ai quand même préféré Ghost Trick.

Aujourd'hui, je vais donc vous parler de ces deux jeux de Valve.

Portal 2

Comme son nom ne l'indique pas, Portal 2 est la suite de Portal premier du nom, de son temps disponible dans l'Orange Box. Portal a aussi été distribué deux ou trois fois gratuitement via Steam; il serait donc un peu honteux pour un joueur PC/Mac de n'y avoir jamais touché.
Comme l'indiquent tout plein de sources, Portal est le successeur spirituel d'un jeu gratuit (donc allez le télécharger si vous avez envie d'un jeu gratuit) intitulé Narbacular Drop. C'est marrant, un achievement du 2 porte ce titre. Le principal point commun entre Narbacular Drop et Portal est leur équipe de développeurs. Leur principale différence, et là c'est crucial, réside dans leur univers. Dans le premier, on incarne une princesse qui doit s'évader d'un gros donjon avec l'aide de pouvoirs mystiques qui lui permettent de placer à volonté des portails de téléportation. Dans le second, on se retrouve dans un centre de recherche en lien avec l'univers de Half Life, et on doit se sortir du piège tendu par une voix robotique (GLAdOS).

La principale mécanique de jeu, reprise de Narbacular Drop, est un fusil qui tire des portails. Un bleu et un orange. Ces portails permettent de se téléporter, comme l'illustre la vidéo ci-après.









Le jeu est un gigantesque puzzle mis en scène de façon diablement efficace. Son ambiance unique et son scénario de folie en font un must-have, mais aujourd'hui je vais vous parler de sa suite.

Et Portal 2 est bien une digne suite, comme tout bon jeu devrait en avoir. Valve a établi juste ce qu'il fallait de mise en scène pour introduire les nouveaux joueurs au jeu, mais pour être franc je trouverais assez dommage de ne pas entrer en contact avec Glados par le biais du premier Portal. Une fois ce jeu court mais intense traversé, avant même d'entrer en contact avec Portal 2 (oui je suis un peu long à vous en parler, je l'admets volontiers), j'aimerais vous recommander un mod. Vous allez croire que je parle de Portal Prelude, eh bien pas du tout. La difficulté aberrante de Portal Prelude en fait un jeu que je ne recommande pas, bien que j'aie toujours l'espoir d'en venir à bout et qu'il aie de réelles qualités ludiques.
Non, j'aimerais vous recommander Factum Solus. Malheureusement en épisodes (Si j'en crois le site officiel et le Twitter associé, le 2 devrait être réalisé avec le moteur de Portal 2 dès le retour de l'auteur de son voyage... En Iran, ce qui est plutôt inquiétant à vrai dire), Factum Solus m'a tout simplement bluffé. Les mécaniques de jeu extrêmement surprenantes et le plot twist final franchement bien pensé en font un chef-d'oeuvre parmi les mods, alors faîtes-moi plaisir, si vous disposez du moteur Source (mais si, ce truc nécessaire pour faire tourner des mods), foncez !

Cela étant dit, Portal 2 est le principal jeu dont je souhaitais parler dans cette partie du billet.
Que dire sur Portal 2 ? Beaucoup de choses, en fait. Portal 2 donne aux fans de Portal à peu près tout ce qu'ils attendaient. La difficulté en moins, diront certains. Ces gens n'ont pas testé le co-op, qui se révèle au bout d'un moment monstrueusement difficile, pour le plus grand bonheur des aficionados d'énigmes, et pour le plus grand malheur des gens pressés.
Le scénario est en tout cas au point, et il m'est tout simplement impossible d'en parler tant il est plus judicieux de découvrir in game les pièges mis au point par Glados. Mais pas que par Glados. Parce que Glados n'est pas le seul personnage secondaire du jeu. Outre les tourelles, Valve a inséré deux joyeux lurons qui égayeront à n'en pas douter vos soirées à Aperture Science. Le premier ben c'est Wheatley, le petit con que tous les joueurs adorent. Pour son accent british et sa bêtise. Bon. Le second, c'est un mec awesome qui éclairera votre chemin dans une ambiance délicieusement rétro, contraste bienvenu dans les locaux d'Aperture, même s'il faut avouer que chercher son chemin dans d'immenses dédales est la partie la plus laborieuse du jeu. Bonté divine.

Qui dit nouveau jeu dit nouveaux mécanismes. On retrouve bien sûr les boutons et les tourelles. En lieu et place des boules de plasma, on va devoir rediriger des lasers, soit pour brûler (c'est très triste) les tourelles, soit pour activer divers interrupteurs.
Dans le genre "nouveaux systèmes", on a aussi des ponts de lumière qui ont l'avantage d'être infinis et de passer par les portails. On peut marcher dessus, mais aussi s'en servir comme bouclier. À part ça y a des tunnels qui vous permettront de flotter dans les airs. Beaucoup de joie en perspective, surtout quand on combine tout ça avec les plaques de foi (qui permettent une projection dans les airs) ou encore avec les gels, principaux atouts commerciaux du jeu. (Bah ouais y a un teaser rien que pour eux.)

Les gels permettent de jouer avec les propriétés physiques des maps que vous aurez à traverser. Le bleu permet de rebondir, l'orange d'accélérer super vite, et le blanc de tirer des portails à des endroits où c'était pas possible avant. Combinés avec les autres nouveautés du jeux, ils donnent des challenges tout de même assez retors.

Si le solo est exceptionnel, le co-op n'est pas en reste. Il se compose de six chapitres - dont un accessible dans la partie DLC - où vous devrez donc coopérer avec un ami pour venir à bout de casses-têtes que l'on ne peut résoudre seul. Mention spéciale à la cinquième partie, mais aussi au DLC, tout simplement épique de difficulté.
Le co-op n'est en tout cas pas à manquer, d'autant plus que c'est la suite logique du solo et que son scénario, même sans humain, est de très bonne facture.

Que dire donc de Portal 2 ? Eh bien qu'il se doit de figurer dans votre ludothèque.

Half-Life Source

Gordon Freeman et moi, c'est une longue histoire d'incompréhension, de conduits d'aération, de zombies et de pied de biche. Oui, c'est cliché dit comme ça, mais ce sont les aspects qu'on retient le plus du jeu, avec le "BLAH BLAH BLAH MISTER FREEMAN" final.
Half-Life est à l'origine un jeu développé en 1998 sur PC. Il a également été vendu sur PS2 par la suite. Ça commence à dater, certes. Je l'avais finalement acheté en pack avec Team Fortress Classic, Half-Life Blue Shift et Half-Life Opposing Force. Puis j'ai voulu jouer à Half-Life premier du nom, j'ai bloqué, j'ai ragé, j'ai acheté Half-Life Source. Ne nous leurrons pas, le principal avantage que j'en retire est son intégration dans le Garry's Mod, parce que sinon c'est exactement le même jeu, avec tout de même une difficulté amoindrie et quelques différences dans les décors. Et puis bon, si on veut, on peut skinner, donc bon si j'avais voulu je me serais juste contenté d'aller sur FPS Banana télécharger les skins HD disponibles et basta. Les deux principales qualités graphiques du portage par rapport au jeu d'origine sont le ciel et les textures de l'eau, tant vantées par Valve. Quand tu compares les deux, le jeu d'origine a des couleurs quand même un peu cacateuses.
Half-Life Source est ce qui s'appelle un portage. Le jeu de base a été repris tel quel avec le moteur Source, moteur qui fait la joie et la fierté de l'éditeur. La principale différence avec le jeu de base est que certains passages sont facilités, et si je n'ai pas pu finir Half-Life premier du nom pour la raison que j'ai évoquée, j'ai quand même pu constater que certains passages extrêmement tendus avaient effectivement été allégés pour la version Source.

Pour le reste, HLS a les exactes qualités de son prédécesseur, pas plus, pas moins. Je ne reviendrai pas sur les graphismes, qui restent de toute façon impeccables, ni sur la bande sonore qui est de très bonne facture. Sinon, la panoplie d'armes est très bien pensée. Les pièges pourront servir de temps à autre au cours du jeu, de même que les grenades. Je n'ai pas compris l'existence des espèces de bestioles extraterrestres à lancer, parce que tout efficaces qu'elles soient, si tu te retrouves seul avec elles, c'est toi qu'elles attaquent, donc en fait c'est la pire arme que j'aie jamais vu dans un jeu Source. On appréciera les quelques armes extraterrestres qui font tout de même preuve d'originalité, et il est vrai que c'est toujours jouissif d'avoir la possibilité d'utiliser du matos qui a été utilisé contre soi.
Source a néanmoins un défaut ultra débile et véritablement chiant que Half-Life n'avait pas. Tu vois, quand tu avances dans le jeu, t'as des personnages qui te disent diverses choses et bon, ce sont des informations de scénario. Quand ils n'ont rien à dire, ils disent des phrases random. Par exemple Bradley (c'est le prénom générique des soldats) dit souvent "Là tout de suite, une bonne bière bien fraîche, ça m'dirait bien." Et je m'en souviens alors que j'ai stoppé la VF au profit de la VO, ce qui montre tout de même que la VF était très bien aussi.
Maintenant, imaginez que Bradley dise, par exemple, "Gordon ! Le réacteur a été coupé ! C'est une catastrophe ! Vous devez l'allumer au plus vite, il en va de la sécurité de Black Mesa !"
Dans Half-Life Source, il y a de fortes chances qu'il dise plutôt ceci :
"Gordon ! Le réacteur a é là tout de suite une bonne bière bien fraîche ça me dirait bien."
Donc en gros si tu joues à Half Life Source, ne t'attends pas à voir l'intégralité des répliques du jeu. Et ça c'est extrêmement frustrant.

Je pourrais aussi évoquer le boss final, trésor de sadisme qui reste, même dans Half Life Source en mode facile, un pur et simple calvaire. Je pourrais aussi troller le GMan, ce personnage à la fois mystérieux et emblématique de la série des Half-Life, et l'une de ses phrases finales "On vous a pris vos armes car c'était des propriétés gouvernementales". Donc le pied de biche est une propriété gouvernementale ? HAHAHA.

Plus sérieusement, maintenant que j'y ai joué, je le confirme, Half-Life, que ce soit en original ou en Source, est un incontournable. Si vous n'y avez jamais touché, vous devriez. Si vous n'avez joué qu'à Half-Life 2 (et peut-être à ses suites ?) et que le jeu vous a plu, vous pouvez également foncer, en ayant toutefois conscience qu'il y a un écart assez important de difficulté entre les deux titres (Quoique la fin d'Episode 2 était ultra tendue également).

Maintenant ce que j'attends, c'est ce mod dont on avait beaucoup parlé à une époque, le mod intitulé Black Mesa, mais j'ai l'impression que ce n'est pas pour tout de suite. Ça fait plusieurs années que plus personne n'a évoqué le projet, et c'est à vrai dire bien dommage.

En ce qui concerne l'intégration de Half-Life Source dans le Garry's Mod, j'ai pu constater deux choses : 1. Les personnages sont très bien intégrés. 2. Il n'en va pas de même pour les maps. Le fait que ce soit un portage joue peut-être, mais certaines caractéristiques ne tournent pas bien sur le GMod. Disposer des personnages de HL1 dans un tel jeu reste néanmoins extrêmement intéressant.

2 commentaires :

  1. "Half-Life est à l'origine un jeu développé pour PS2 [...]"
    En 1998 ?? Retire-moi ça tout de suite ! Et avant la version ps2 ils devaient faire la version dreamcast... qui a été annulé.

    correction : Half-Life Blue Shift (pas strike)

    Concernant le mod très attendu Black Messa, aux dernières nouvelles, ils venaient de finaliser le canon à particules (ou aspirateur ghostbuster)

    RépondreSupprimer
  2. Impair corrigé. C'est vrai que j'étais parti pour dire autre chose à la base et que je me suis planté, du coup. Pour Blue Shift, c'est un lapsus qui m'a échappé, c'est corrigé aussi.

    Pour Black Mesa, on verra bien ce que ça donnera o/

    RépondreSupprimer

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.