Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

jeudi 19 janvier 2012

La colline aux caissières

Ne prêtez pas attention au titre. Ce soir je suis fou.

Bon, pour redevenir plus sérieux, aujourd'hui c'est billet cinéma. Nous allons parler de deux films.

Les tribulations d'une caissière

C'est sorti y a quelque temps déjà, donc je ne sais pas si le grand écran le diffuse encore, mais bon, disons que c'était mon dernier film de 2011.
Donc en gros les Tribulations d'une caissière, c'est l'adaptation d'un livre tiré d'un blog... De caissière. En somme, une histoire vraie retouchée pour les besoins de la cause, avec du mélodrame, des personnages fictifs basés sur les faits réels, et surtout un humour décapant à souhait.
En fait, le film tire sa force de la même raison qui a fait d'Intouchables un succès critique du box-office : Il est drôle, contient de bons jeux d'acteurs, et bon, il faut le dire, c'est un film de haute volée.
Pourtant à la base, l'idée était au moins aussi passionnante qu'une BD sur les supermarchés (quoique ça a déjà existé), mais bon, voilà, ça prend, et on se prend à s'attacher à Solweig, héroïne du film, à ses collègues caissières, aux différents niveaux de langage employés (là où les Tribulations et Intouchables se rejoignent, c'est que, en tant que films français, ils peuvent se permettre d'utiliser du langage de racaille, de façon heureusement justifiée et modérée), à la petite amourette débile qui se transforme en gigantesque n'importe quoi quand l'amoureux transi décide de jouer un remake de Le père Noël est une ordure.
Un film touchant doublé d'une agréable histoire de Noël (Parce qu'en plus ça se passe dans la période des fêtes), une preuve aussi que le cinéma comique Français n'est pas condamné à ne plus diffuser que des bouses (Coucou Disco), si par hasard vous avez envie de voir ça un jour, n'hésitez pas. Et comme c'est le genre de film qui risque d'être rapidement diffusé sur France 2, jetez donc un oeil le jour où ce sera le cas.

La Colline aux Coquelicots

Quand Ghibli sort un film d'animation au cinéma, c'est toujours une attente un peu fébrile de voir ce que le Disney Japonais va bien pouvoir nous pondre. Avant c'était juste du Hayao Myazaki, puis ça a été un peu ses collaborateurs, et depuis peu ben c'est son fils qui assure la relève. Y a eu les Contes de Terremer. C'était joli, mais j'ai tout oublié de l'intrigue. Je n'ai jamais eu la force de le revoir et pourtant j'ai le DVD.
Un Hayao Myazaki, quand tu le regardes, même si tu l'aimes pas, t'es obligé de te souvenir à vie au moins de l'intrigue. Un Goro (le fils donc), je ne suis pas sûr.
Pourtant a priori ça démarre bien, et je préfère rester confiant pour l'avenir du jeune réalisateur, on sait jamais il pourrait y avoir un miracle soudain. Alors on se retrouve au cinéma cinq jours après la sortie du film dans une salle occupée par deux pelés et un tondu, ce qui préfigure le film d'animation très peu médiatisé. Il faut dire aussi que les résumés n'étaient pas clairs. "Une lycéenne hisse des drapeaux jusqu'au jour où elle fait une rencontre qui change sa vie", ouais okay d'accord je veux bien.
Du coup on se retrouve dans la salle sans trop savoir à quoi on va avoir à faire, et là en fait c'est comme Terremer :
Goro a l'animation de son père mais on ne sait pas de qui il tient sa mise en scène.

Et pourtant, le scénario se tient. Peut-être parce que c'est Hayao qui l'a écrit. L'histoire est intéressante, les personnages sont attachants a priori, les décors sont beaux, l'ambiance années 60 est une vraie réussite. La musique peut s'oublier sauf un morceau qui revient plusieurs fois et qui est franchement très sympa, mais à vrai dire j'ai même oublié à quoi il ressemblait.

Je ne vous fais pas le résumé complet, le résultat à l'écran se révèle trop mou pour me motiver à le faire. Et c'est là que Goro me désappointe. Des longueurs de bout en bout, des scènes qui auraient pu être coupées ou raccourcies, des personnages intéressants mais qui s'éternisent trop dans leurs réflexions. Ce n'est clairement pas du niveau du papa ni même d'un assistant, et c'est dommage, parce qu'il y a tout pour faire un superbe film d'animation, sauf le dynamisme.
Au bout du compte, bilan mitigé, sauf pour l'animation, qui reste de haute volée.

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.