Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

lundi 24 décembre 2012

Wreck-It Ralph !

Comment vous dire mon étonnement ? Comment vous exprimer ma béatitude plate ? Comment expliquer qu'en cette fin d'année 2012, si la "fin du monde" à la con venait en retard, je n'en aurais strictement rien à foutre ?

Car j'ai vu Wreck-It Ralph. Les Mondes de Ralph en VF. (Et on notera que comme souvent la France hérite d'un titre pourri) Et ce film a changé ma vie. Ce n'est pas un simple Disney. C'est de l'art. Vous le savez, Basil Détective Privé est à l'origine mon Disney préféré, auquel on doit tous les éloges. Eh bien en comparaison de Wreck-It Ralph, Basil Détective Privé est une bouse. Une sombre merde. Une daube oubliable. Comme absolument tous les Disney sans exception, en fait. Wreck-It Ralph n'est pas un simple Disney. Wreck-It Ralph est un JOYAU. Wreck-It Ralph est une PÉPITE. Wreck-It Ralph est un Mewtwo shiney lvl 100 au milieu d'une bande de Keunotor lvl 3 ne connaissant que Mimi-Queue. Si tu n'es pas d'accord avec moi, tu es un monstre d'insensibilité et je pèse mes mots. Ne pas vouloir voir Wreck-It-Ralph est un crime du même ordre que réfuter l'épisme des Retour Vers Le Futur et devrait être puni par la loi. Et maintenant je vais t'expliquer pourquoi ce film est un pur chef-d'oeuvre et pourquoi dès que je le pourrai, je n'achèterai pas mais précommanderai le DVD le plus collector possible, peu importe son prix.

vendredi 7 décembre 2012

V.I.P.E.R

Spirou est dans de biens beaux draps. Dans "Les Griffes de la Vipère", dernier volume de ses aventures, il signe un contrat à la con qui le rend quasiment esclave d'une certaine société, la V.I.P.E.R.

vendredi 30 novembre 2012

Sacrénom d'un poulet !

Note : Ce billet, suite à plusieurs problèmes techniques notamment dûs au fait que l'application iphone Blogger est le pire échec de Google au monde, vous est présenté sans image ni mise en forme. Par contre il est assez court.

Pendulo n'est pas le genre de boîte à laisser tomber ses héros. A Twist of Fate avait pourtant marqué une fin nette, précise, et de surcroît sacrément bien mise en scène, à la trilogie des Runaway. Tellement passionnant que les lecteurs les plus anciens se souviendront peut-être que sitôt après avoir fini le jeu, j'avais littéralement passé la nuit à taper mon impression pour la publier vers 6 heures du mat' avant de m'écrouler, un sourire jovial illuminant mon visage radieux. Et je n'attendais pas de suite.
Dans l'excellent Yesterday, Pendulo réussit néanmoins à réexploiter différemment, par le biais de clins d'oeil franchement bien trouvés, le même univers. Mais c'est la dernière trace que l'on ait eu de Brian Basco, notre brave compagnon... Jusqu'à aujourd'hui, avec la parution pour le moins inattendue sur l'app store d'Apple de Hidden Runaway, qui est peut-être le jeu le plus audacieux que j'aie jamais vu de ma vie : La société a repris un jeu paru il y a plus de dix ans, graphismes, musique et moteur physique inclus, l'a coupé en deux, et a totalement remplacé le gameplay. Le point and click se transforme ainsi... En jeu d'objets cachés.

Je n'aime pas trop les jeux d'objets cachés, alors quelle douche froide la première fois. Et puis on progresse, on avance dans le jeu, et en tant que fan de la série d'origine, on retombe sous son charme de l'époque : Ses personnages hauts en couleur qui vivent dans un environnement délicieusement dessiné à la main, ses musiques toujours judicieuses, ses doublages inoublia... Ah, oubliez, toute trace de doublage a été remplacée par d'immondes bulles de texte. Le bon point au moins : Le jeu est léger. Ouf.
Le gameplay peut se révéler poussif par moments, et c'est assez dommage. Le joueur se retrouve souvent coincé, hésitant entre taper l'écran n'importe où au risque de le péter virtuellement (Oui, le jeu l'a prévu), ou appuyer sur le bouton "Astuce" mais devoir attendre qu'il respawn. Les minis-jeux placés ça et là sont pour la plupart incroyablement chiants, même si deux ou trois d'entre eux tirent avantageusement leur épingle du jeu. Le principe du jeu en lui-même ne m'a de toute façon pas amusé; les raisons qui m'ont fait l'apprécier tiennent à son humour omniprésent et à ses répliques savoureuses, justifiées par une pirouette scénaristique pas très originale car déjà utilisée pour une autre raison dans A Twist of Fate, mais néanmoins bien foutue donc on pardonne : Brian et Gina, séparés (Dis donc, c'est beau l'amour), racontent leur histoire à un metteur en scène désireux de l'adapter au cinéma. Si d'aucuns décrient le fait que le jeu ait été coupé en deux, ce qui est, il faut l'admettre, plutôt mercantile (mais tant pis, c'est une petite société qui a apparemment moins de moyens qu'autrefois, donc ça n'empêche pas de les faire vivre, d'autant que leur support technique est toujours aussi efficace), je trouve au contraire que c'est une bonne initiative. Bien sûr, ça fait jeu en kit, mais ça évite aussi au casual gamer, cible principale du jeu, de décrocher et de ne pas aller jusqu'au bout. Et puis la fin du jeu, si elle ne présente aucun rebondissement véritablement nouveau, vaut le coup d'oeil.

En tout cas, Hidden Runaway réussit plutôt bien son pari et s'en tire admirablement bien. Ce n'est pas le jeu de l'année mais je suis heureux d'y avoir joué, et j'attends une seconde partie avec impatience, peut-être même qui sait suivie d'une adaptation de The Dream of the Turtle !

lundi 5 novembre 2012

Ça sent le remake !

Pour votre confort, ce billet peut se lire en musicovision.


À l'époque, rien ne laissait présager que Game Freak offrirait à ses joueurs un remake Game Boy Advance de ses premiers Pokémon, les versions Rouge et Verte. Profitant de graphismes forcément plus colorés et de musiques remises à la norme GBA, le jeu acquérait en plus de ça une profondeur scénaristique assez intéressante et bienvenue grâce à la continuité rétroactive : En utilisant de façon intelligente des éléments issus des versions Or/Argent/Cristal, Game Freak réussit le pari improbable de reconstruire la légende Pokémon, en n'enlevant rien, en rajoutant seulement. On ne regrettera guère que l'absence de certains bugs rigolos, puisqu'évidemment, la technologie aidant, les jeux de la série Pokémon ont eu de moins en moins de bugs avec le temps. Désolé, Mew, on ne se reverra pas avant une génération !

lundi 22 octobre 2012

Venez, je vous fais visiter Halifax !

Les amis, je vais aujourd'hui vous conter une aventure. Une aventure humaine, véridique et épique. Un beau voyage rempli de péripéties que même ce brave Belge de Tintin ne renierait pas. Un voyage au Canada, dans la région de la Nouvelle-Écosse, plus précisément à la conquête de sa capitale, Halifax.

Avec des photos que j'ai prises moi-même, bien entendu.

dimanche 14 octobre 2012

Tupurudu ! WAHOO ! Parlons de Klonoa 2 !

Aujourd'hui je ne vais pas vous parler de poisson comme très récemment, mais il va encore être question de rêves, d'onirisme et de poésie vidéoludique. Non, je ne vais pas vous parler d'autre chose que de Klonoa 2, comme vous l'a si bien indiqué le titre énigmatique de ce billet.

Mais avant toute autre considération, c'est quoi un Klonoa ?
Klonoa, n, m. Désigne un félin à oreilles de lagomorphe, possédant une casquette sponsorisée par Pacman. Le Klonoa se distingue par son sourire qui ne s'évapore jamais, même quand il est entouré par une brochette de personnages bizarroïdes. Aussi appelé "Voyageur des rêves".

Klonoa a été conçu par des employés de Namco qui en avaient marre de manger des fantômes à longueur de journée et n'a donc rien à voir avec Sonic, même si le design du héros (et du héros UNIQUEMENT) peut rappeler la patte Sega et par extension le hérisson transgénique. Il a vécu plusieurs aventures sur plusieurs consoles, incluant la Game Boy Advance et la WonderSwan, console très nipponne de Namco/Bandai qui n'est malheureusement jamais parvenue ici (snif, snif), mais est surtout connu pour ses apparitions sur Playstation. Y a un remake Wii du premier opus Playstation aussi mais il a l'air largement moins bien que l'original. Et donc, Klonoa 2 : Lunatea's Veil est sorti sur Playstation 2, fait suite au premier, et est tout à fait réjouissant et recommandable pour toute la famille. Sauf pour le chien qui se sentira insulté, comme je vous l'expliquerai plus tard, quand vous vous serez mentalement préparés à une nouvelle terrible et peu réjouissante.

Mais sinon c'est un chef-d'oeuvre et je dois vous expliquer pourquoi, vite, vite, pour que vous puissiez y jouer à votre tour.

vendredi 12 octobre 2012

Un réveil de luxe pour un certain poisson

Un jour, sur ce même blog, je vous en ai parlé : Je ne suis jamais allé jusqu'au bout d'un Zelda. Ce n'était pourtant pas faute de les avoir quasiment tous achetés - exception faite de Four Swords Adventure, Skyward Sword, et les jeux de merde du type Crossbow Training ou Philips CDI. Eh bien c'est fini. Sur ma 3DS américaine récemment acquise, j'ai téléchargé le tout premier Zelda que l'on m'ait offert (pendant l'été 1999 ce qui ne me rajeunit guère), Link's Awakening DX.

Va savoir pourquoi, au Japon, le logo est carrément moins classe (et même, soyons crus, c'est de la merde) mais y a un joli dessin pour compenser.


Sachant qu'il possédait une perfect ending ne se déclenchant que sans game over, et n'ayant pas spécialement envie de me perdre pendant des mois dans les dédales d'un jeu où je n'avais pas avancé au-delà du deuxième des huit donjons proposés, je me suis armé de solutions complètes pour les cas de blocage intensif, et du système de savestate de la console virtuelle 3DS. Okay, ce n'est pas très correct, mais je l'ai jamais fini par moi-même et je voulais mortellement arriver au perfect ending. Je ne le regrette pas.

vendredi 7 septembre 2012

The World Ends With You iPhone

Square Enix nous fait en ce début d'année scolaire 2012 une belle surprise en publiant The World Ends With You sur iPhone et iPad. Apparemment la version iPad n'est pas très belle et la version iPhone ne peut juste pas se jouer sur un iPod touch classique, mais ça je n'en sais rien, parce qu'à vrai dire on m'a offert l'occasion de tester la version iPhone.

Pourquoi ? Parce que sur le site Application iPhone, j'étais, avec une autre personne, l'un des seuls à s'être opposé au test fort négatif du site en question, qui nous a donc fait l'honneur (ne mâchons pas nos mots) de nous publier. En modifiant un peu la formulation au passage. J'avais prévu de publier mon texte ici par la suite, je tiens parole. Et si vous voulez lire la version App!phone, je vous invite à cliquer ici !

mardi 7 août 2012

Brave

Parce que "Rebelle" quand le mot "Brave" existe en Français, c'est quand même sincèrement navrant.

Deuxième billet cinéma consécutif, mes amis, quelle folie incroyable !
Mais aujourd'hui il va être question d'un film Pixar, parce que Pixar fait partie des studios auxquels tu DOIS vouer un culte, petit chenapan, sauf pour Cars et sa suite qui méritent juste une mention "bien mais trop commercial." Vous me direz, "Mais, Toy Story est super commercial, non ?" avec un visage empreint d'un doute fort profond, mais il y a une différence entre un film "exceptionnel" et un film "bien". Ceci dit le film dont je vais vous parler aujourd'hui tend davantage vers le "plus qu'exceptionnel" donc cela importe peu.

lundi 23 juillet 2012

The Amazing Spider-Man

Quand je regarde les avis des autres sur le film "The Amazing Spider-Man", je me dis "Quoi ?" "Pardon ?" ou encore "Comment est-ce possible ?", parce que la plupart des gens ont adoré ce film. Alors je suis allé le voir. Et effectivement, c'est d'la bonne.

lundi 16 juillet 2012

Yesterday

Pendulo Studios. Si ce nom ne t'évoque rien, permets- moi de te rafraîchir la mémoire en te rappelant que ce studio espagnol est réputé pour avoir remis le point and clik au goût du jour avec l'épatante saga des Runaway.

Ils ont par la suite produit The Next BIG Thing, auquel je regrette de ne pas avoir joué, mais bon au bout d'un moment ça revient cher de se payer du Pendulo, puis plus récemment Yesterday, un nouveau jeu qui a eu la bonne idée de sortir non seulement sur PC, mais aussi sur iphone/ipad (porté par une société appelée Bulkypix), pile au moment où un concours de circonstance assez fâcheux m'a fait me procurer un 4S, ce qui est très bien parce que forcément le 3GS n'est pas compatible avec la chose.

samedi 23 juin 2012

Gyakuten Saiban Sound Box

A l'occasion de la sortie du film Ace Attorney, de Phoenix Wright 1/2/3 HD et de l'annonce de Ace Attorney 5, Capcom a eu une chouette idée : Ressortir l'OST des trois premiers jeux de la série, mais en un seul coffret reprenant plus précisément les versions WiiWare.

lundi 11 juin 2012

Prométhanus

Bonjour. Aujourd'hui je vais décrire un film de science-fiction qui passe au cinéma ces temps-ci, Prométhéus. Je n'aime pas ce film, comme vous l'aurez peut-être deviné à la lecture du titre fin et délicat de ce billet. Je vous rassure tout de même, il n'est pas totalement à jeter, il y a des beaux effets spéciaux et des beaux décors, et certains acteurs jouent pas trop mal. Et puis l'histoire était sympa, quand même. Ce qui suivra sera donc un troll pas bien méchant et rigolo.

Attention, ce billet spoile donc plus ou moins l'intégralité du film, alors si vous avez une envie folle et sauvage d'aller le voir, ce serait mieux d'y aller avant de me lire.

vendredi 1 juin 2012

Le ver n'est pas sorti de son trou, tout comme la SNCF.

Aujourd'hui, deux jeux médiocres, un sur iOS, un sur GBC.

mercredi 23 mai 2012

Sonic Heroes

Sonic Heroes est un jeu de SEGA sorti dans cette période un peu charnière de Sonic. Celle où le simple nom d'un jeu Sonic faisait frissoner les gens. Il faut dire, après les Sonic Adventure, la licence Sonic a commencé à s'empâter, à tenter de se chercher et à tituber dans tous les sens. Cependant, bien qu'un des premiers à être sorti après les Adventures, Sonic Heroes n'est pas totalement raté (du moins, pas autant que va l'être Shadow the Hedgehog deux ans plus tard). Nous allons voir ensemble pourquoi.

mardi 8 mai 2012

Jam with the Band Brothers DX !

Dans la grande famille des jeux de rythme, il est parfois délicat de faire un choix approprié. Le tout-venant essaye certes de simuler - tant bien que mal - une guitare, une batterie ou je ne sais quel trombone à coulisse (c'est beau un trombone à coulisse) à grands renforts d'énormes manettes en forme d'instruments de musique.
Après, y a tous ces jeux de karaoké à plusieurs avec micro et tout le bordel qui va avec.
Et puis bien sûr y a le jeu de rythme un peu plus "basique" mais néanmoins prenant où tu dois battre le rythme de la musique. Donkey Konga et Elite Beat Agents en sont deux exemples notables issus de consoles Nintendo, et ça tombe bien parce que le jeu du jour se trouve être une bonne vieille exclu DS, dispo uniquement au Japon et en Europe, entièrement localisée dans les deux cas, ce qui en fait deux jeux fondamentalement différents et identiques à la fois. J'ai les deux (j'ai eu la version Européenne pour trois euros en neuf et j'en suis fier), je peux donc me lancer dans une critique plus poussée qu'à l'époque où je ne jouais qu'en Japonais, ce qui m'empêchait évidemment de comprendre un traître mot du jeu, ne lisant absolument pas le Japonais et étant uniquement capable de comprendre que mamoru, le mot préféré des gens qui font les openings d'animes, ne signifie pas ma morue mais protéger, mais bon, ça n'aurait finalement pas changé grand chose vue la profondeur de certains textes.

dimanche 22 avril 2012

Time waits for no one.

Dans le monde, il existe deux sortes de personnes. Les artistes et les autres. C'est vrai au Japon aussi, à ceci près que j'estime que seule une poignée de Japonais méritent d'être appelés "artistes". Parmi ceux-là, on comptera notamment Mamoru Hosoda.

Ce brave homme a plusieurs films à son actif, parmi lesquels du Digimon et l'incontournable Summer Wars, reprise flagrante du contenu de l'un des films Digimon, les monstres digitaux en moins, de l'épisme en plus. Non, sérieux, certaines scènes vont même jusqu'à ressembler à s'y méprendre à du copier-coller. Que celui qui a vu les deux films et, en voyant le second, n'a pas senti venir à des kilomètres la scène du missile me jette la première pierre. La mise en scène et le contexte diffèrent cependant suffisamment pour en faire deux grands films qui valent chacun le coup d'être vus.

Aujourd'hui, je comptais plutôt aborder un autre film du même auteur intitulé La Traversée du Temps.

lundi 9 avril 2012

Dossier Pokémon - Partie 4 - Pokémarketing

Ce n'est certes pas nouveau : Pokémon est un pur produit marketing. Au delà des jeux vidéo, la licence a été pensée comme ça dès sa création. Ce n'est donc pas un hasard si, à part les spin-offs, l'anim et les mangas, y a des tas de produits dérivés. Bien sûr ça va beaucoup moins loin qu'un Hello Kitty et sa mitraillette (Oui, je sais), mais à une époque y avait tout de même l'avion Pikachu, et ça c'est tout de même assez fou.
Je vais me pencher sur deux choses sur lesquelles je peux parler : Les cartes Pokémon (et par extension les jouets), ce gros phénomène omgwtf, et les magazines dérivés parus en France à une époque.

dimanche 1 avril 2012

[Dossier jeux vidéo] Une guerre de poche

Je n'ai pas encore fini le dossier Pokémon, une quatrième partie est prévue. Mais j'ai prévu, déjà, un autre dossier, que je vais commencer aujourd'hui : Une rétrospective jeux vidéo. Comme chaque année depuis la création d'UTL, je vous fais donc un billet garanti sans poisson d'Avril, même si je conçois que celui de 2009 était une grosse daube. Vous m'en excuserez volontiers, j'étais jeune en ce temps-là. Bien sûr tout cela n'empêche pas l'humour, mais là ce que je compte faire c'est, pour commencer cette rétrospective, une liste non exhaustive mais néanmoins approfondie de consoles portables.
Pour commencer se pose la question de base : Qu'est-ce qu'une console portable ? Est-ce que c'est le petit jouet électronique Batman dans lequel vous  devez éviter des voitures en allant vers la droite ou vers la gauche (il était fun mais moins que le jouet électronique Bugs Bunny où fallait ramasser des carottes), est-ce que c'est ton smartphone, jeune paltoquet, ou est-ce encore cette rutilante GBA qui a déjà 11 ans de bons et loyaux services ?

mercredi 21 mars 2012

La fin d'une ère

Aujourd'hui, je me suis procuré Ultimate Fallout. Il s'agit d'un comic de la lignée Ultimate Marvel, plus précisément du dernier de la formule actuelle de la gamme.
J'ai déjà fait pas mal de billets sur l'univers Ultimate, parce que voilà, c'est un univers tout de même assez complexe et qui mérite que l'on s'y intéresse. Par contre je ne sais pas si beaucoup de gens me lisent quand j'écris de tels billets, et si vous êtes de ceux qui me lisent dans ce genre de cas, merci, parce que là j'ai de la passion à véhiculer, voyez-vous.

samedi 17 mars 2012

Dossier Pokémon - Partie 3 - Dessin animé, mangas

Bonjour, ceci est la troisième partie de mon dossier Pokémon, qui essaye de couvrir à peu près l'ensemble de l'univers des Pokémon, et Dieu sait qu'il y a énormément de choses à en dire. Aujourd'hui je vais parler un petit peu des mangas (exception faite de Pokémon Spécial dont je parle déjà beaucoup par ailleurs dans ce blog, si vous voulez en savoir plus il y a même un tag Pokémon Spécial où je vous recommande de vous rendre sans plus tarder dans le cas où vous ne sauriez pas de quoi je parle, parce que Pokémon Spécial est l'épisme incarné), mais surtout de l'anime, en long, en large et en travers. Je commence donc par les mangas.

mercredi 7 mars 2012

Le magazine de Corinne et Jeannot

C'était en 1999; de Février à Novembre pour être plus précis. Les puristes ajouteront le mois de Janvier qui vit la parution d'un numéro d'essai, mais comme ce n'était qu'un essai et qu'il est même pas foutu d'être en ma possession, eh bien je n'en parlerai tout simplement pas.
Le billet du jour est un billet bandes dessinées et s'attarde sur un magazine méconnu et malheureusement disparu : Le magazine de Corinne et Jeannot. Les plus fins connaisseurs l'auront compris, ce magazine a été fait par Tabary, le papa d'Iznogoud.

vendredi 2 mars 2012

Cher Professeur Chen,

Vous souvenez-vous de notre première rencontre ? Pour ma part, je m'en souviens très bien. C'était en 1999. Vous m'avez donné un Pokémon afin de me protéger des "dangers" que recelaient les hautes herbes, inconscient que j'étais de vouloir quitter le village. Depuis, j'ai pas mal bourlingué, j'ai exploré des horizons de plus en plus lointains. Nous nous sommes vus à Johto, je suis aussi allé à Hoenn, à Rhodes, et j'ai même passé pas mal de temps à Sinnoh, région où je me suis, il me faut bien vous le confier, profondément ennuyé. Quelle ne fut pas ma joie de pouvoir retourner à Johto, LA région de mon enfance dans le monde des Pokémon ! Bien entendu, vous m'avez encore une fois demandé de compléter un Pokédex. Mais cette fois, pour la première fois, ma mission est remplie. Et en deux langues, s'il vous plaît.
À présent, si vous le voulez bien, j'aimerais revenir avec vous sur mon voyage, ses temps forts, ses moments de joie, ses moments de peine aussi.

mercredi 29 février 2012

Leave it to Parappa !

Vétéran des jeux de rythme, Parappa The Rapper était à l'origine sorti sur PS1. Le succès amplement mérité du titre lui a valu un spin-off, une suite, et même un remake PSP !
Aujourd'hui, je vais donc vous expliquer pourquoi le remake et le spin-off sont des jeux de haute volée.

samedi 18 février 2012

Dossier Pokémon - Partie 2 - Les spin-offs

Dans le billet d'aujourd'hui, je vais aborder les spin-offs de Pokémon. Je ne m'attarderai que sur les trois premières générations. Des générations 4 et 5, je n'ai finalement joué en spin-offs qu'à Donjon Mystère Explorateurs du Temps (parce que merde, le temps c'est cool) et Pokémon Battle Revolution, que j'aborderai tout de même en fin de billet parce qu'il mérite d'être mentionné. Je vous les fais en tous cas à peu près dans un ordre logique.
Ah, et je n'aborderai pas Pokémon Ranger, je n'y ai jamais joué et ne compte absolument pas essayer un titre de cette sous-série un jour. (Et je suis frustré qu'elle compte un grand nombre de jeux et que Pokémon Snap soit toujours unique.)

mardi 14 février 2012

A few Catherine, but no sheep

Vincent Brooks a une vie assez banale. Ce trentenaire accompli a un job, des potes avec qui il traîne tous les soirs au bar, et même une copine qui aimerait se marier avec lui ! Aah, la vie de trentenaire, ça a ses hauts et ses bas, mais quand on est bien installé...
Sauf que notre homme va avoir une assez mauvaise surprise. Il sort déjà avec Katherine. Joie. Mais un matin il se réveille à côté d'une autre fille. Catherine.

Et là c'est le drame.

lundi 6 février 2012

Dossier Pokémon - Partie 1 - Les jeux de base

Bonjour. L'espace de quelques billets, je vais aborder le vaste univers des Pokémon. Je n'évoquerai cependant pas Pokémon Spécial, tout simplement parce que j'en ai déjà parlé plusieurs fois.
Aujourd'hui, je voulais revenir sur les jeux fondamentaux de la série, sur ce que j'en pense, et sur "pourquoi les plus jeunes ont loupé de l'épisme et doivent désormais se contenter de se rattraper sur DS, ce qui est quand même assez triste".

samedi 4 février 2012

Aperture Science and Black Mesa are in a boat. In space.

J'aime les jeux de chez Valve. Ils m'ont appris à ne plus craindre les FPS, traumatisé que j'étais par une bête partie de Doom 64 à l'âge de 9-10 ans. Je dois avouer que le relativement non-violent Portal (attention hein j'ai bien dit relativement) et que le très accessible Team Fortress 2 m'ont motivé à me pencher sur Half Life 2, ses deux suites et sa démo jouable. J'ai donc passé d'excellents moments à dessouder du headcrab et à caillasser des soldats du cartel avec l'aide de ces fripons d'antilions. C'est sûr, j'ai aussi ragé, que ce soit quand ces mêmes antilions respawnaient à l'infini si je ne bloquais pas leurs saletés de nids, que ce soit quand Ravenholm m'a tuer, ou que ce soit lors du mémorable combat final d'Episode 2. J'ai ragé la toute première fois que j'ai joué à Lost Coast parce que, hé hé, c'est bête, je ne trouvais pas le chemin.

L'univers d'Half Life 2 est un univers extrêmement riche, qui m'a amené à me pencher sur Half Life premier du nom, où j'ai bloqué pendant longtemps de façon stupide. J'ai compris pourquoi je bloquais en jouant au portage, Half Life Source, et oui, c'était VRAIMENT stupide.
Comme vous l'aurez compris, j'ai d'abord joué à Half Life 2 PUIS à Half Life 1. Et je n'ai fini le 1 - par le biais de son portage - qu'aujourd'hui. C'était pas facile. Par contre j'ai aussi joué à Portal 2, que j'ai littéralement dévoré, du début de son solo à la fin du DLC de son coop. Si Ghost Trick n'occupait pas déjà cette place, Portal 2 serait à coup sûr le meilleur jeu de l'année 2011, mais c'est bête, j'ai quand même préféré Ghost Trick.

Aujourd'hui, je vais donc vous parler de ces deux jeux de Valve.

dimanche 22 janvier 2012

Pendant ce temps, à Polytech Nantes.

Aujourd'hui, c'est convention. Pourquoi, tout simplement parce qu'un certain Tsuchi m'en a parlé fin 2011 et que Nantes c'est à portée de là où j'habite. Du coup nous voilà à JapaNantes pour une journée de qualité o/
JapaNantes, c'est quoi ? C'est une petite convention animes/mangas/jeux vidéo/culture Japonaise, le tout faisable en une journée, contrairement à la Japan Expo où tu dois quand même te lever tôt pour faire la moitié du quart de la convention en quatre jours pleins. C'est la première d'un projet étudiant qui compte devenir récurrent (et on ne peut s'empêcher de penser à l'Epitanime au passage).
Petit tour des lieux.

jeudi 19 janvier 2012

La colline aux caissières

Ne prêtez pas attention au titre. Ce soir je suis fou.

Bon, pour redevenir plus sérieux, aujourd'hui c'est billet cinéma. Nous allons parler de deux films.

mardi 10 janvier 2012

La déchéance d'un professeur archéologue

Le billet du jour est à la fois très court et fort colérique. Bonne lecture.

Le professeur Layton est un personnage que j'apprécie. Je ne viens pas pour rien de boucler à cent pour cent le quatrième volet de ses aventures, et de trouver par la même occasion un easter egg Ace Attorney concernant une échelle et un escabeau (Si vous l'aviez pas trouvé, vous l'avez lu ici en premier.)
Non content de signer un quatrième volet tout à fait respectable, le prof va continuer sa carrière sur 3DS avec au moins deux jeux, sans compter le très attendu crossover avec le bon Phoenix Wright, qui signe dans Ultimate Marvel VS Capcom 3 une prestation remarquable.

lundi 2 janvier 2012

Il était une fois les MoshiMoshi

Parfois, il peut être bon de visiter les rayonnages de livres pour enfants. On peut y faire des découvertes sensationnelles. Les MoshiMoshi en sont une et je suis on ne peut plus sérieux.

dimanche 1 janvier 2012

2011, l'année des jeux COOLS.

En cette période estivale hivernale, et en cette nouvelle année 2012 (Bonne saint-valentin à tous !), j'ai décidé de faire un truc fort cliché pour bien démarrer l'année. Vous l'avez compris, je vais revenir sur les jeux marquants de 2011 ! Et comme certains gens disent que j'ai bon goût, j'estime que vous ne devriez pas être déçus. En plus je vais parler de jeux que je n'ai même pas encore évoqué ici, si c'est-y-pas merveilleux !
Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.