Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

jeudi 27 octobre 2011

Retour sur les Spirou de Yoann et Vehlmann

Bon. La Face Cachée du Z est parue. Le commentaire que mon précédent billet a reçu m'encourage à revenir là-dessus, mais aussi sur d'autres choses. En fait, j'ai envie de vous reparler du travail que les deux auteurs ont apporté à la série.
Heureusement ou malheureusement, la continuité de Spirou est quelque chose d'assez important. Fournier l'avait bien compris et avait repris de façon assez spectaculaire le travail de Franquin. Après, c'est sûr, on aime ou on n'aime pas. Nic et Cauvin, ça a été un ratage total, mais c'était surtout à cause de l'éditeur, je ne m'étendrai pas là-dessus. Mais par la suite, les auteurs qui ont suivi ont AU MOINS essayé de respecter l'oeuvre de Franquin. Morvan et Munuera sont allés plus loin, puisque leur Spirou à Tokyo est essentiellement basé sur les personnages de Fournier, ce dernier ayant accepté sans problème qu'Itoh Kata et ses compères reviennent dans Spirou, pour le plus grand plaisir... Peut-être bien de moi tout seul, vu le grand nombre d'aigris qui ont détesté la période Morvan/Munuera alors que franchement, si on oublie Aux Sources du Z, ç'aurait été un duo d'auteurs que j'aurais adoré voir continuer leur reprise de Spirou. Ce qui est fait est fait, on en est venus à Yoann et Vehlmann. Bien.
Dans un premier temps, ils ont fait leur spin-off, Les Géants Pétrifiés. Dans l'absolu, j'avais accroché. Ça s'éloigne volontairement du ton habituel de Spirou, et bon il faut bien avouer que le résultat est tout à fait convaincant quand on le prend en tant que vision alternative de l'univers Spirou. En 2008, on a eu droit à une histoire courte dans le journal de Spirou spécial 70 ans, histoire courte que j'estime être leur chef-d'oeuvre incontestable sur la série. À lire et à relire sans problème.

L'année dernière, ils nous ont donc offert le volume 51 de la série classique, Alerte aux Zorkons. Déjà, ça a commencé à ne pas aller bien fort. Le style Géants Pétrifiés était repris et allégé pour correspondre un peu plus au canon habituel de la série. On n'allait pas se plaindre pour si peu, sauf que dans le processus Spip est devenu très laid. L'histoire elle-même était assez bateau. Un album de transition qui aurait pu être très bien en tant qu'album de transition s'il n'avait pas enchaîné plusieurs maladresses. Sans compter Spip, quelques grossièretés parsèment l'album et surtout, Fantasio fait deux références aux Sources du Z. On aurait franchement pu s'en passer. Ça fait mal à la tête, en plus.

Avant d'enchaîner avec le volume 52, on nous a octroyé une histoire courte de Noël. Très bien. Mais quelle histoire de mauvaise facture, mes amis, je ne crois pas avoir déjà vu le Père Noël injustement souillé à ce point. Comme d'habitude Spip fait peur.

Et puis le volume 52. La Face Cachée, là. Je ne reviendrai pas sur mon billet précédent, vous savez déjà globalement ce que j'en pense. De base, j'avais surtout envie de clarifier quelques détails.

1. Le volume 52 est disponible dans deux couvertures différentes dont une limitée à très peu d'exemplaires (Bon, quand même 10 000) et en Novembre disposera également d'une édition collector. Ça avait aussi été le cas pour le volume 51. Puisque j'en avais l'occasion j'ai récupéré l'ouvrage avec couverture "collector", mais bon, je trouve que cette opération de couvertures collector commence à sentir un peu mauvais parce que j'ai comme l'impression que ça va devenir une habitude, et bon faut pas se leurrer, c'est juste une stratégie pour que les gros collectionneurs achètent deux fois le même album, ce que je ne risque absolument pas de faire, raison pour laquelle j'avais ragé d'avoir trouvé l'édition collector du volume 51 APRÈS m'être payé l'édition classique.

2. Je n'aime pas le volume 52. Cependant il contient quelques répliques savoureuses. Une en particulier, à vrai dire, qui à mes yeux sauve un peu l'album. Je parle bien sûr de la jolie référence à La Peur au bout du Fil de Franquin.

3. Et justement, ça commence à me fatiguer que les auteurs fassent toujours des références à Franquin. Oui, c'est lui qui a tout inventé, oui c'est le saint patron de Spirou, mais des fois je me demande pourquoi les auteurs essayent pas juste de s'en affranchir rien qu'un peu :(

4. Pour être franc, voir la lettre "Z" en couverture CINQ fois, ça me fatigue. Je ne veux pas d'une sixième o_____o

5. Le plot twist final a le mérite d'exister, mais putain si Yoann et Vehlmann se mettent à faire des plot twists à chaque album, ça va vraiment sentir mauvais :(

6. Franchement, le scénario de ce volume 52 est totalement inexistant, vous trouvez pas ? C'est habilement caché par divers artifices, mais l'album passe son temps à piétiner :(

7. Malgré tout, un Spirou est un Spirou. J'ai beau être de plus en plus circonspect à l'égard de la direction que prend le groom actuellement, je ne le lâcherais à aucun prix et j'espère qu'il va remonter la pente.

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.