Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

jeudi 7 avril 2011

Star Driver : Kagayaki No Takuto

KIRABOSHI !

Je ne suis pas quelqu'un que l'on pourrait qualifier d'otaku, et j'en suis bien content. D'où un postulat de départ assez simple, qui est que ma vie n'accorde finalement que très peu de place à l'animation Jap. Quant aux mangas, j'ai lu les inévitables Yu-Gi-Oh et Dragon Ball, qui restent d'excellentes expériences, ainsi que le magnifique bien que overhypé Death Note. On pourra toutefois considérer que mon premier contact avec l'univers du manga s'est fait par le biais de Pokémon Spécial, que j'ai surkiffé. Il faudrait être sacrément con pour aimer Pokémon et ne pas aimer ce manga, d'ailleurs. En fait si vous êtes dans ce cas je vous plains sincèrement pour ce manque flagrant et inexpliquable de bon goût.
Enfin bon, pour l'univers des mangas, je lis BIEN ENTENDU Neuro le Mange-Mystères. Je lis aussi Bakuman et ça me satisfait amplement. J'ai lu quelques autres séries plus anecdotiques, mais aussi des sacrément biens, sauf que la plupart du temps je les ai pas finies.
Et c'est pareil avec l'animation. J'ai eu la force d'aller jusqu'au bout de Yu-Gi-Oh en français par je ne sais quel miracle, alors que j'ai toujours regardé cet anime d'un assez mauvais oeil. J'ai vu le début de Death Note, dont je possède toujours les coffrets, mais j'ai jamais eu le courage d'aller jusqu'au bout. Je ne vous parlerai pas des anims sympas que j'ai pu voir à la télé, je crois que je les ai pas vus en entier t'façons. Ou alors m'en souviens plus.

Pour en revenir à du concret, j'ai vu à une époque une petite pile d'animes. Le déclic qui m'a fait m'intéresser à l'animation japonaise dans son ensemble a été Code Geass, que j'ai regardé suite aux recommandations insistantes et répétées (mais heureusement pas soûlantes) de plusieurs personnes.
Les animes que j'ai à la fois terminés et surkiffés se comptent au nombre de quatre, ni plus ni moins. D'abord Vision d'Escaflowne. Mon premier contact avec le monde de l'animation, bien avant les Pokémon, Card Captor Sakura et autres Gundam Wing. Scénario de folie, personnages intéressants, méchas superbes, musiques magnifiques et plots twists inattendus sont l'apanage de cet anim, qui commence pourtant sérieusement à dater. 
Vous l'aurez probablement deviné, ma deuxième valeur sûre dans le monde sanguinaire de la japanimation, c'est bien évidemment Code Geass. All hail Lelouch ! All hail Lelouch !
Mon troisième anim de qualité qui pète des dents ? Tengen Toppa Gurren Lagann. Un truc bien costaud comme on n'en fait que trop rarement. Et son deuxième film est franchement le film du charisme, j'en oublie même les points discutables alors qu'il y en a.

Mon quatrième choix se porte bien entendu sur... Star Driver. Okay, c'était obvious, j'avoue. Whatever.

Star Driver : Kagayaki No Takuto est un anime des studios Bones. Ces studios sont réputés, et mon ami l'Internet me l'a aimablement confirmé, ils ont fait des anims dont je n'ai entendu que du bien, faute d'en avoir vus. 
Si je me suis penché dessus, c'était essentiellement parce qu'on nous annonçait un Gurren-Lagann like et que les seiyuus qui doubleraient étaient juste UN APPEL TROP TENTANT. Bordel, imaginez ça, dans un même anim, Lelouch et Kallen de Code Geass, Light de Death Note, Hitomi Kanzaki de Vision d'Escaflowne, (Pour Hitomi je le savais pas et je viens de l'apprendre en fait, mais ça m'a foutu un coup) et tout plein de seiyuus aux CV franchement impressionnants ! C'est beau, merde, j'adhère à ce putain de casting. Puisque j'en suis à la bande son, je continue en parlant des musiques : si celle du trailer ne m'a absolument pas emballé, les musiques de cet anime dans leur ensemble étaient franchement de toute beauté. Le seul truc dommage, c'est qu'on a eu droit à quatre insert songs, que le meilleur était le premier, et que son absence à partir de je sais plus quel épisode a été un immense vide.
Globalement, la musique reste excellente et se savoure au fil de l'histoire.
J'en profite donc pour rebondir sur l'histoire. Et l'histoire... C'est du nawak. Voilà, y a pas d'autres mots pour décrire un anime qui ose alterner tranches de vie lycéennes useless (Bordel, les Japonais sont quand même tordus à TOUJOURS vouloir au moins un ep de base ball et un ep de beach volley dans toutes leurs prods, j'en reviens pas Oo) et les combats de folie armés de méchas. Le truc vraiment dérangeant, c'est que L'INTÉGRALITÉ du lycée semble faire partie du Kiraboshi, la putain d'association qui veut buter Takuto, le héros, et qu'ils ont une vie lycéenne tout à fait normale au même titre que ce dernier qui ne se rend compte de rien, ce qui est con. 
Le principal problème de l'histoire, c'est toutes ces idées qu'elle n'exploite pas à fond, tous ces plots twists qui te prennent aux trippes mais qui ne servent finalement à rien, toutes ces scènes de tranches de vie qui, si elles font passer un bon moment, n'ont absolument aucun intérêt.
Pourtant, je l'ai adoré cet anim. Le scénario a eu beau s'enliser et empêcher certaines choses d'être compréhensibles (l'histoire passée de Takuto, malgré quelques éclaircissements, reste un putain de mystère), il a tout de même rempli son contrat et m'a fourni un anime de méchas franchement excellent. Et rempli de répliques cultes. Du "APPRIVOISE" au "GINGA BISHONEN" en passant par le putain de mythique "KIRABOSHI", les mots prononcés par les personnages donnent vie au tout, beaucoup plus qu'un pauvre mec qui aurait pour seul objectif dans la vie de percer les cieux avec sa foreuse en gueulant "WHO THE HELL DO YOU THINK I AM" (Désolé Simon mais c'est comme ça, le Glittering Crux surpasse largement ton Dai Gurren Dan, hein)

Je sais que certains n'ont pas aimé, notamment pour le bâclage sur le traitement de points de scénario qui auraient pu être intéressants (vive la first phase pas exploitée du tout, sauf pour faire une ou deux tentatives foireuses d'agression sur les protagonistes), mais ma foi j'ai vraiment aimé ce truc et je suis content de l'avoir vu.

... Pardon ? Le résumé ? Ah bah oui je suis con. C'est l'histoire de Takuto Tsunachi, un mec qui débarque à la nage sur l'île où se trouve l'établissement scolaire où il poursuivra ses études. Il est quasi mort sur la plage quand Sugata et Wako, les deux autres personnages centraux, lui sauvent la vie, tout simplement. Après ce début wtfesque, on a un peu de tranche de vie, comme on en aura à à peu près chaque début d'épisode en fait, et puis soudain c'est le drame : Wako se fait enlever. Takuto accourt pour la protéger. Ils se retrouvent tous dans le "Zero Time" et Takuto, dans une parodie de magical girl, se transforme en GALACTIC PRETTY BOY, avant de tabasser le Glittering Crux avec un mécha nommé Tauburn.



Le Glittering Crux ? Comme j'ai déjà dû le mentionner, il s'agit  d'une association qui englobe un nombre incroyable de personnages, dont le but est vraisemblablement de mélanger le Zero Time au monde réel. Pour cela, ils veulent briser le sceau des quatre prêtresses qui gardent secrètement le Zero Time. Bien évidemment, Wako est l'une de ces prêtresses. Et chaque prêtresse connaît une chanson qui lui est propre - D'où insert songs badass, surtout le premier, Monochrome. Oh putain, c'est peut-être la meilleure musique que j'aie jamais entendu dans ma bien maigre expérience en terme d'animation. (Si vous vous posez la question, j'ai déjà écouté des OST, par contre, notamment celle de Macross Frontier, anime que j'ai regardé euh... Partiellement, voilà)

Pour en revenir au Crux, c'est peut-être le groupe de méchants le plus badass que j'aie jamais vu dans un anim. Contrairement à la Team Rocket, ils ont beau être ultra nombreux, ça ne les empêche pas d'avoir chacun un charisme propre, et Takuto, seul contre tous, va avoir fort à faire dans les vingt-cinq épisodes que comporte la série.
Une série qui m'a fait flipper pour son vingt-quatrième épisode, ceci dit. Parce que oui, au terme des défauts que j'ai déjà dû mentionner (Mais j'ai quand même mis un 10 sur Sens Critique) les plot twists mal foutus et les situations pas développées donnent un épisode 24 vraiment précipité, qui m'a fait craindre le pire pour le 25. Que j'ai finalement vu.
Au final, il répond à pas mal de questions et arrive à faire un final vraiment grandiose, du genre "on lâche le coup final à la dernière seconde".

Le truc avec tous ces points qui font douter sur le sérieux de cet anime, c'est que ça va au delà du simple foirage. L'histoire n'a ni queue ni tête, un peu comme l'organisation un peu trop mal foutue de ce billet. J'ai parlé de foirage, je suis resté assez critique à ce niveau-là, mais en vérité c'est LOIN d'être un foirage et il faut prendre cet anime comme on nous le présente : Un moment de détente et de déconnade où chaque élément ridicule en temps normal réussit à devenir un truc vraiment charismatique.

Alors ouais.

J'adore Star Driver pour toutes ces raisons, et beaucoup d'autres que je n'ai pas forcément évoquées.

Et je l'assume.

5 commentaires :

  1. Les Glittering Crux font néanmoins pitié dans le dernier épisode.

    "Oh putain les gars ! Je viens de me rendre compte qu'on s'est tous faits niquer ! Ça fait 10 épisodes que on est plus que des sous-fifres inutiles mais quand même, ça la fout mal !"

    RépondreSupprimer
  2. J'ai envie de foutre ça sur le dos de la précipitation des scénaristes, mais je dois dans tous les cas te donner raison... Ça fait pitié.

    RépondreSupprimer
  3. Moi cet anime m'a vraiment déçue. Le fait que ce soit un peu brouillon au départ ne m'a pas forcément dérangée, car j'ai trouvé qu'à partir 5 épisodes, ce qui semblait un peu vague commençait à avoir une certaine allure. Puis j'ai continué, et finalement même en ayant finie, j'ai vraiment l'impression de m'être ennuyée et d'avoir perdu mon temps.

    Et l'histoire de Takuto et de son père, alors? C'était quoi ce plot twist moisi qui n'est pratiquement pas travaillé dans le dernier épisode? A quoi servait vraiment la fille du club de théâtre? Et la fille de la cage, et l'histoire de Mizuno? Il y avait tellement d'histoires secondaires pas assez recherchées que ça m'a vraiment enervée.

    Surtout que l'excuse du "on n'a pas le temps pour tout faire", je la trouve un peu facile: sur 10 épisodes, il y a eu 9 combats sans aucun intérêt, donc du temps perdu pour développer les personnages.

    Au final, j'ai surtout aimé les musiques, quelques passages assez beaux (et les couleurs sont somptueuses faut bien le reconnaître), sans oublier que même si le Glittering Crux servait à rien, il restait quand même sacrément classe.

    RépondreSupprimer
  4. :-(
    Il est où mon gateau?

    RépondreSupprimer

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.