Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

jeudi 28 avril 2011

[Chronique] Un jour je serai le meilleur testeur #1

Aujourd'hui, je vais vous parler d'un magazine de jeux vidéo publié il y a plus de dix ans. À cette époque, je m'achetais Kids Mania, successeur d'un très bon magazine baptisé Consoles Mania qui ne vécut que quatre numéros avant de subir un relooking plutôt brutal. Notons que le magazine est resté pas mal plusieurs années avant de devenir la bouse qu'il est toujours aujourd'hui, puisqu'il me semble que la publication réussit toujours à se vendre, ce qui est un peu honteux quand on y pense.

Mais bon, même à l'époque on faisait des merdes. Et encore, on le faisait en équipe, puisque ce hors-série Noël 2000 dont je parle fut réalisé en collaboration étroite avec un autre magazine de l'époque, à savoir Playmag.
La pierre n'est à jeter à personne quant à la qualité plus que médiocre de la serpillère obtenue, ça aurait pu être pire. Mais au-delà des jeux qui ont les mauvais screens ou un test ne correspondant pas au jeu (citons ainsi Spyro 2 orné d'une magnifique description du premier), je voudrais revenir sur un test en particulier que j'ai beaucoup de mal à digérer à mesure que je le relis. Si l'incompétent qui l'avait écrit passe ici et se reconnait, j'ose espérer un commentaire pas trop enflammé, ça fait plus de dix ans là, je suis sûr que t'es passé à autre chose et que t'es devenu depuis agent d'entretien. Ou alors c'est Fylodindon qui l'a écrit, et comme il se trouve que je ne supporte vraiment pas ce testeur depuis l'infamie qu'il avait osé lâcher en septembre 2008 dans le Nintendo Mag, bah voilà.

Quoi qu'il en soit, je vais plutôt entrer dans le vif du sujet : Aujourd'hui j'inaugure une nouvelle rubrique, l'analyse de vieux tests pourris. Je sais, je manque pas d'imagination. Je compte donc vous parler du test que fait ce magazine de Pokémon Bleu et Rouge, et j'vous préviens d'entrée, c'est du lourd. Je cite la chose.

Voici la première version de Pokémon. Ici, tu incarnes Sacha, un jeune dresseur de Pokémon. Un jour, le professeur Chen te convoque et te dit qu'il veut écrire un livre sur les Pokémon. Tu vas donc devoir partir à travers le monde pour capturer un exemplaire de chaque Pokémon ! C'est, en tout, plus de 150 créatures que tu peux capturer. Tu pourras les faire combattre à la manière d'un Final Fantasy. À l'issue de chaque combat, ta créature devient plus forte ! Le jeu est jouable, l'aventure prenante, mais les graphismes sont vraiment très laids.

Voilà. Notons que le jeu est noté 16/20. Dans l'absolu c'est cool, mais ce torchon ne descend jamais au dessous de 12, ce qui dévalorise pas mal ce jeu quand on y pense.
Quant au test, il a dû être fait sous acides. Enfin je suppose. Plus je le lis, plus j'ai envie de baffer son géniteur.
Développons rapidement :
-Le héros ne s'appelle pas Sacha
-Chen ne veut pas écrire de livre, il veut qu'une encyclopédie électronique reçoive diverses données.
-Pour l'illustre inconnu qui rédigea ce truc - probablement un mec de 3ème qui faisait son stage de découverte -, Pokémon = Final Fantasy
-Enfin, et c'est le plus grave, les magnifiques bien que pixellisés graphismes de ce jeu sont traités de "très laids". "en dessous du niveau habituel" honnêtement j'accepterais pour avoir vu cette critique sur de nombreux jeux Pokémon, sur tout un tas de sources différentes. Mais "très laid" ? À vrai dire, je me demande encore plus ce qu'ils ont fumé.
Notons enfin une immondice, en la présence d'un logo très moche qui invite à se rendre page 194 pour la solution complète. Chose prévisible, on se retrouve en face d'un bon de commande tout pourri pour divers magazines quelconques. Peuh.

Mais bon, je râle, je râle, mais en fait après tout ce temps, je ris surtout de ce truc. J'espère que vous aussi vous avez ri. Au moins aussi fort que le jour de la parution de Dragon Ball Evolution.

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.