Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

vendredi 1 avril 2011

Bilan rapide de où en est Telltale actuellement

Bon alors déjà, comme vous pouvez très bien le constater, eh bah aujourd'hui, c'est le premier avril. Je me sens donc obligé de faire un billet SANS LE MOINDRE TRAIT D'HUMOUR. Par contre le poisson d'Avril du Spirou qui sort en kioske mercredi prochain m'a fait flipper sur le coup. Je vous laisse le découvrir par vous-même le moment venu si ça vous amuse, je vais plutôt en venir au fait.

L'an dernier le même jour, je m'étais enfin décidé à consacrer quelques paragraphes à l'énormissime Retour Vers Le Futur. Il m'a donc semblé logique de recommencer, non pas pour parler du film, mais plutôt pour parler de Telltale Games en général. Rapidement. Mais sans faillir.

Note : Ce billet sera parsemé d'un certain nombre de vidéos.
Pour les trois du fonds qui ne le sauraient pas encore, je vous résume un peu ce qu'est Telltale.
Donc voilà, Telltale, c'est un éditeur de jeux vidéo. Même si par certains points il a de quoi diviser, il reste mon éditeur de jeux préféré (Ce qui n'est pas la même chose que dire qu'il a fait mes jeux préférés, mes jeux préférés restant ceux de Shu Takumi, protip). A l'origine, Telltale a commencé son activité en reprenant une fameuse licence : Sam & Max. Oui, Sam & Max, le chien détective et son compère lagomorphe, qui avaient à l'origine été conçus par Steve Purcell. L'un des poissons du jour parlait d'un Lego Sam & Max. Si seulement c'était vrai. Quoi qu'il en soit, à l'origine, c'était un comic. Que j'ai acheté mais que je n'ai pas fini de lire, ce qui est tout de même dommage dans l'absolu car il était rigolo. Ça a aussi été un dessin animé tout à fait absurde, tout à fait Américain, et surtout tout à fait dans le ton de son propos !

Or donc, à l'époque, c'est-à-dire dans les 90s, la société LucasArts avait développé un système qui avait été intitulé SCUMM (Pour Script Creation Utility for Maniac Mansion). Ce système était, pour résumer, un moteur de création de jeux d'aventures en point and clicks. Il y en a quand même eu pas mal, des jeux créés à l'aide de cet outil. On retiendra notamment Day of The Tentacle, ou encore les extrêmement fameux Monkey Island, qui se sont payés le luxe d'inspirer les Pirates des Caraïbes une bonne décennie plus tard. Et bien sûr, Sam & Max Hit The Road. Je dois dire qu'en dehors des trois Monkey Island, je n'ai terminé aucun jeu Scumm, mais bon, la prochaine fois que je m'y remets, je les boucle.
De ce que j'en ai vu, Hit The Road était déjà un jeu sacrément épique, qui s'octroyait de surcroît le luxe de rénover quelque peu le moteur du jeu, en proposant des graphismes plus proches du dessin animé (Notons qu'on aura quelque chose d'encore plus poussé pour Curse of Monkey Island, à juste titre étant donné qu'il s'agit de l'un des derniers jeux du moteur) et une jouabilité plus intuitive.
Tout ça pour en arriver où ? Bah, au fait que Telltale a repris la licence pour faire son entrée sur le marché. Et quelle entrée, mes amis ! Direct, la société se positionne : Elle va faire des jeux épisodiques. Cette première tentative ne s'essaye pas énormément aux plot-twists, ou alors elle le fait de façon maladroite, mais l'idée est là et la société ne la lâchera jamais ! (Ou alors pour des trucs sans rapport, genre Poker Night At The Inventory ou encore leur premier jeu de poker qui, de ce que j'en ai vu, était une daube sans intérêt)
Le système de jeu emprunte pas mal au Scumm des derniers retranchements, tandis que bien sûr les graphismes évoluent et passent en 3D, avec une patte graphique qu'on retrouvera dans la majorité des productions Telltale sorties par la suite.
Mais Telltale est encore au stade expérimental, et sort notamment un Wallace & Gromit. J'l'ai eu gratuitement, affaire de folie réalisée en Décembre dernier ! On pouvait s'y attendre de Telltale, le scénario, le graphisme, la musique, on frôle l'épisme. Le seul truc regrettable sur le scénario, c'est que là les plot twists sont totalement absents; chaque épisode se joue séparément, tel un épisode des moyens métrages de base des deux personnages.
Je disais donc que Telltale en était au stade expérimental, qu'est-ce que je veux  dire par là ? Ben... Que le gameplay est très différent dans ce jeu. A titre personnel, je le trouve même totalement raté. Si je n'avais pas essayé l'ignoble, l'affreux Monkey Island 4 de LucasArts, je dirais que c'est le pire gameplay point and click que j'ai vu de ma vie, mais bon, contrairement à MI4, ça reste entièrement contrôlable. Le truc, c'est que dans les deux cas, on joue uniquement au PUTAIN DE CLAVIER. Un point and click doit pouvoir être joué au choix au clavier ou à la souris, merde.
Par la suite, Telltale nous offre une folie, en reprenant également la licence des Monkey Island ! Le retour de Guybrush, Elaine, Lady Voodoo et l'incontournable fantôme pirate LeChuck se fait en beauté dans Tales of Monkey Island !

Ce jeu est aussi pour Telltale l'occasion d'expérimenter un système de gameplay qu'ils conserveront. MALHEUREUSEMENT. A priori, le gameplay est agréable. Je dirais même que dans le cas de ce jeu et de Sam & Max The Devil's Playhouse, je l'ai apprécié ! Mais bon.
D'ailleurs, parlons-en de The Devil's Playhouse.
TDP est la troisième saison de Sam & Max, troisième saison dont l'épisode final peut se résumer en un mot : "TROLL".

Pendant deux épisodes, on nous fait jouer à de l'épisme, purement et simplement. L'épisme continue par la suite dans les épisodes 3 et 4 mais il y a un hic. Ces deux épisodes sont pleins de bugs assez impardonnables, dont un qui aura réussi à me niquer un fichier de sauvegarde. Oui. Quand même.
Je n'ai rien remarqué sur l'épisode 5 mais c'est pas impossible qu'il en contenait aussi, des bugs.
J'en conclus quoi ? Que Telltale se repose de plus en plus sur ses lauriers. Et tandis que la société enchaîne les succès et sort l'épisode pilote de Puzzle Agents, sympathique Layton-like du studio, leurs plus grosses productions souffrent de plus en plus de bugs éhontés. Et pour être convaincu que la société se repose sur ses lauriers, il suffit de voir un certain teaser, épique au demeurant, mais qui dit bien des choses.

Vous l'avez deviné, c'est maintenant que je vais revenir sur Back To The Future : The Game. Au fait, pour les gens intéressés, Jurassic Park : The Game, c'est ce mois-ci.

Bon par contre je n'y jouerai pas, faut pas abuser non plus.



Annoncé en Juillet dernier, Back To The Future The Game est sorti, comme toujours épisodiquement, à partir de Décembre dernier, à raison d'un épisode à chaque fin de mois. Trois épisodes sont sortis, le jeu nous en a promis cinq.


Le premier mettait en place l'univers du jeu : Une suite qui nous permettrait d'explorer Hill Valley à plusieurs époques cohérentes au scénario, une suite ne manquant pas de punch et réussissant à foutre un bon paquet de références et running gags issus des films, ce qui est toujours pas mal.
Le deuxième était, à mon sens, encore plus épique que le premier, avec un plot twist assez génial (à ceci près qu'il présentait une faille spatio-temporelle, mais bon, on va pas aller chercher la p'tite bête non plus, ce serait con), mais qui n'en restait pas moins assez prévisible... Quand on s'était spoilé le titre et le résumé de trois lignes de l'épisode suivant. Pourtant, grâce au talent certain de Telltale pour la mise en scène, on se laisse surprendre et on surkiffe.
Le troisième épisode... Je vais reprendre ce que j'ai posté sur SensCritique, tiens.

Comme prévu, le jeu fut tout simplement épique en terme de contenu. Le face-à-face tant attendu depuis la preview de la fin de l'épisode 2 (Dont les images ne coïncident pas avec cet épisode 3, d'ailleurs, c'est marrant) reste LE point fort ultra jouissif de cet épisode, et si je dois avouer que cette fois, je ne m'attendais pas à de véritables retournements de situation, j'en ai finalement eu largement ma dose !
Grosse surprise également, Claudia Wells, l'actrice incarnant Jennifer dans le premier film a été embauchée pour doubler le personnage. Je dois d'ailleurs revenir sur les doublages, qui me bluffent de plus en plus à chaque instant ! Le seul personnage dont le doubleur pourrait être discuté, c'est notre bon vieux Biff, mais au bout du compte il ne s'en tire pas si mal. Disons qu'il ne tient pas la comparaison avec les autres personnages, dont le doublage est parfait.
En tout cas, cet épisode fut vraiment un grand moment. L'attente a été LONGUE, mais ça en valait largement la peine.

Cela étant, le jeu présente des défauts. Beaucoup de défauts. Avec moi, ça passe, je les pardonne tous car putain ce que ce jeu est formidable, mais on comprendra que certains joueurs émettent des réserves.
1. Le jeu est trop facile, n'hésitant pas à donner la solution à tous les puzzles sur simple pression d'un bouton. (Et me dîtes pas que c'est pas tentant de cliquer sur un putain de bouton.)
2. Le système de déplacements. Oui, celui-là même qui est présent dans tous les point and click Telltale depuis Tales of Monkey Island. Dans ce jeu, il est extrêmement mal géré, occasionnant de nombreuses rages au joueur qui ne réussit pas à aller où il veut ! Ne parlons même pas de la course poursuite avec Emmett dans l'épisode 1, qui est un passage vraiment chiant à franchir.
3. Les bugs. Au final, j'en ai pas expérimenté énormément, mais voici un exemple assez pénible : Ne pas pouvoir sauvegarder lors de la première partie de l'épisode. Youpi, paye ton truc qui sert à que dalle.
4. Je dois être le seul à m'en plaindre (à part Théo13 qui est d'accord avec moi), mais la VOSTFR, quoi, c'est quoi cette daube immonde et mal traduite ?
Et à côté de ça, vous avez Telltale qui poste en vague Français très mal traduit sur les forums pour demander aux fans français de leur lécher les bottes pour qu'ils continuent à traduire -_-"
Enfin bon, pour ce qui est de BTTF, à l'origine c'est la meilleure trilogie filmographique de tous les temps. L'existence des jeux est extrêmement motivante étant donnée leur excellente qualité. Puis bon, ça fera oublier à certains le souvenir de jeux BTTF à la fois vraiment anciens... Et vraiment déprimants.

Et quoi ? On en est où, maintenant, pour ce qui est de Telltale ?
Maintenant, le calendrier de Telltale est vraiment chargé, avec de nombreux jeux dores et déjà prévus. La firme prend du poil de la bête et s'impose comme étant le standard des jeux d'aventure en point and click du 21ème siècle, faute d'un Runaway 4 ou d'un sursaut inattendu de LucasArts.

Ceci dit, il faudra que je pense à terminer, voire à recommencer Ceville.
Qui n'est PAS un jeu de Telltale Games.

1 commentaire :

  1. Avec la consolisation des jeux, telltales m'a forcé à jouer avec une manette. Pour Tales of Monkey Island, j'étais obligé de me servir de xpadder pour contrôler la souris au stick droit de ma manette 360.
    Dans Sam&Max 303, j'ai vu quelques bugs rigolos mais rien de très mechant... Par contre je n'ai pas du tout ris dans le 304 : toutes les touches de l'interface sont des p*t*** de boutons triangle !!!!!!
    Ce bug n'a jamais été corrigé (ils ne corrigent rien) et ces cons de telltales ne trouvent rien de mieux qu'à fouttre tout leur jeu dans un seul fichier >:(

    RépondreSupprimer

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.