Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

vendredi 7 janvier 2011

Telltale, je ne te comprends pas.

Telltale, c'est une société qui à la base a tout pour séduire. Une société qui a repris avec brio les licences de Sam & Max ou encore de Monkey Island. Une société qui, après un Poker Night At The Inventory totalement addictif, en rajoute en annonçant Back To The Future et Jurassic Park. Une société sur laquelle on peut compter pour se réapproprier des univers à la perfection, que ce soit en termes de gameplay, de bande sonore ou encore de scénario. Quant aux dialogues, en règles générales, ils sont savoureux.
Pourtant, Telltale peut aussi décevoir. Je ne boycotterai pas la société pour autant, elle a encore beaucoup à offrir. Mais ses défauts se doivent d'être recensés.

Le principal problème de Telltale Games est que la société a de plus en plus tendance à se reposer sur ses lauriers. Elle n'essaye pas d'améliorer son moteur physique ni son moteur graphique, et les bugs sont de plus en plus légion, probablement parce que les développeurs veulent aller au bout des capacités de leur logiciel de création et que le bêta test est bâclé.
A la base, j'ai joué aux deux premières saisons de Sam & Max. Elles tournaient avec l'ancien gameplay, qui était du bon vieux point and click pur et dur. La saison 3, The Devil's Playhouse, m'a à la base totalement perdu, en proposant un gameplay totalement différent. J'ai pu retrouver ce gameplay dans le jeu Tales of Monkey Island, qui apparemment était le premier jeu à utiliser ce gameplay en particulier. Une fois maîtrisé, je dois dire deux choses :
-Sympa à la souris
-Détestable au pavé tactile d'un ordinateur portable
Et au bout du compte, depuis que j'ai eu Wallace & Gromit, j'ai davantage tendance à utiliser le clavier pour déplacer mes personnages, un comble.
Parlons-en du gameplay de Wallace & Gromit. Le jeu en lui-même respecte totalement la licence, comme d'habitude je n'ai pas d'objection à ce niveau-là. Mais le gameplay... Humpf. Un truc qui utilise totalement le clavier. J'ai regretté de ne pas avoir commencé par le tutoriel tant c'était perturbant. Quant aux énigmes, elles sont au moins aussi compliquées qu'un LucasArts du temps jadis. Pour cette licence en particulier, je trouve que c'est abusé. Dans le cas des Sam & Max et des Monkey Island c'est normal, mais là ça reste tout public, alors bon.


Quand j'ai joué à The Devil's Playhouse, j'ai expérimenté un tout nouveau type de frustration : Les bugs. Il paraît que Back To The Future est pas mal non plus en termes de bugs, moi je n'en ai pas vu et j'en suis bien heureux. Dans le cas de Sam & Max, les épisodes 3 et 4 en sont truffés. Surtout graphiques, les bugs, mais j'en ai vu un en particulier qui m'a niqué une partie, quoi.
Ces bugs n'ont pas réussi à entamer mon enthousiasme sur le jeu la première fois, pourtant, j'ai réussi à m'en accommoder. Mais bon, c'était loin d'être fini !
Le premier achat que j'ai fait sur le site de Telltale Games plutôt que sur Steam était le Bundle Adventure Pack. Cinq jeux, 20 euros au lieu de 200, pensez. J'aurais Puzzle Agents, j'aurais une deuxième fois Sam & Max Season 2 (j'espérais la VF en fait pour tester), et bien sûr quelques jeux que je ne connaissais pas mais auxquels je voulais donner une chance.
Le pack devait débloquer Puzzle Agents et Sam & Max en fonction de ses ventes. Le temps qu'il a fallu pour Sam & Max relève du foutage de gueule pur et simple. Au final j'ai pas eu la version Fr. Je m'y attendais, à vrai dire, donc c'est pas grave. Mais c'est pour le temps d'attente que je suis pas content.
Quant à Puzzle Agents, quand j'ai acheté le pack il était déjà débloqué. Vous pensez si je l'ai installé, ce brave jeu ! Eh bien ça en valait vraiment la peine, j'ai eu droit à un jeu où le texte ne s'affichait pas. Pour la première fois, je me suis intéressé au forum de support de la société. Après tout, les braves gens qui s'occupent du forum Runaway, eux, font des patchs au moindre problème. Là, que dalle, j'ai pu constater avec effarement que Telltale ne lève jamais un pouce pour ses clients, qui sont contraints de s'entraider dans la mesure du possible. Ainsi, je n'ai jamais pu jouer à Puzzle Agents depuis ce pack maudit.

Le fait de précommander Back To The Future n'était pas peine perdue. Non seulement je donnais une obole pour la Michael J Fox Foundation, ce qui est toujours charitable, mais en plus je récupérais une version non buguée de Puzzle Agents. Deux mois d'attente pour en arriver là, tout de même, et le coup du Bundle Adventure Pack n'a jamais été résolu par l'équipe de support. Je suis impressionné.
Et puis arrive le moment de jouer à Back To The Future.
A priori, le jeu ne m'a pas déçu. Je le trouve même ultra over épique, voyez-vous. Du scénar il y en a, des dialogues remarquables il y en a, c'est un authentique Back To The Future 4, ce truc, et je le recommande. Seulement, lui non plus n'est pas exempt de défauts.
Sa durée de vie déjà, deux fois moins élevée que celle des autres Telltale. Faisons contre mauvaise fortune bon coeur, elle est accélérée par le fait que le jeu est énormément facile. C'est bête ceci dit, je n'ai rien contre un peu d'aide (Celle de The Devil's Playhouse était parfaitement huilée, contrairement à celle de Wallace & Gromit qui n'aide absolument pas), mais là au contraire, l'aide ça soûle, et la désactiver est ce qu'il y a de mieux à faire en lançant le jeu. On n'échappera malheureusement pas à l'obligatoire et chiant tutoriel de début d'épisode, tss. Je fais référence bien sûr aux fenêtres qui s'affichent toutes seules pour t'expliquer ce que tu dois faire et qui te pompent l'écran, poutrant un peu le plaisir de jeu. Non, je n'aime pas voir sur Marty une fenêtre qui dit "Raccorde la guitare à l'ampli" et qui ne se ferme même pas manuellement ! L'inventaire enfin aurait pu être mieux foutu, mais bon celui de Tales of Monkey Island était déjà pas le meilleur inventaire de tous les temps, par exemple. Ceux des Sam & Max étaient biens, par contre, donc petite déception.
Le second défaut du jeu est son système de déplacement. Il reprend le système instauré dans Tales of Monkey Island en le couplant à des maps sérieusement mal faites, puisque remplies de murs invisibles et de transitions frustrantes. Difficile dans ces conditions d'aller où l'on veut. Pénible aussi de poursuivre le jeune Emett Brown à travers le Hill Valley de 1931.
Le dernier défaut du jeu, qui ne vient pas du jeu mais bien de Telltale, et j'espère que vous aurez remarqué que ce n'est pas contre BTTF que je gueule mais bien contre son éditeur, c'est les sous-titres. Pour UNE fois dans sa vie, Telltale propose une VOSTFR. L'initiative est louable, mais les sous-titres sont une vraie catastrophe. Les répliques cultes reprises sont traduites comme dans les films, c'est bien, mais le reste est du mot-à-mot et de l'à peu près. Pénible. Je voulais une version full english, pour ma part. J'ai fini par googlé, je voyais pas trop quoi faire de mieux. Je tombe sans surprise sur un topic des forums Telltale, topic dans lequel l'équipe n'a pas répondu, preuve une fois de plus que putain ces enculés sont pas foutus d'avoir un service après vente un minimum correct. Ce sont les joueurs qui ont trouvé la solution, et quelle solution de TARÉ. Pour remplacer les sous-titres, aucun espoir d'un patch de la part de l'éditeur. Il faut CHANGER UNE CLÉ DE REGISTRE. Le genre de truc que j'aurais pas été capable de faire si les braves joueurs n'avaient pas fait un fichier permettant de le faire automatiquement. Mais je vous le demande, de qui se moque-t-on ?

Ceci dit, le jeu de Retour Vers Le Futur vient seulement de paraître et ne compte qu'un épisode sur cinq. Il a le mérite d'être parfait pour un public pas habitué au domaine du point and click. La patte graphique Telltale fait une fois de plus merveilleusement bien son boulot. L'OST est superbement bien insérée, les doublages sont comme d'habitude d'excellente qualité. J'ai déjà dû le dire, mais c'est un Retour Vers Le Futur 4 dans les règles de l'art, ce jeu. Malgré tous ses défauts, je le trouve épique de son début à sa conclusion. Conclusion qui je dois le dire reste plus faiblarde que celles d'autres jeux de l'éditeur, mais bon, on a tout de même un plot twist bien foutu là où Wallace & Gromit par exemple n'ont même pas de lien entre leurs épisodes, ce que j'ai trouvé dommage.
Quant au scénario, car il mérite d'être résumé, le voici :
Nous sommes en 1986. Le doc a disparu et Marty s'alarme parce qu'on va vendre sa maison. La Delorean sort de nulle part et finit par mener Marty en Juin 1931. Il a sur lui un journal où l'on apprend que le doc va être assassiné le 14, aussi il se rend le 13 pour y trouver le doc en prison, inculpé suite à l'incendie d'un bar clandestin. Le doc lui dit "C'est pas grave, on me libère demain !", et Marty lui montre le journal.
"... Tu dois convaincre le jeune moi de te prêter la foreuse qu'il met au point", conclue le doc. S'ensuit une aventure dans laquelle Marty aura aussi l'occasion de rencontrer son grand-père ainsi que le papa de Biff Tannen.
Oui, c'est bien foutu. Le scénario respecte totalement l'esprit de la série, et je suis jaloux que le joueur du grenier ait pu y jouer en avant-première quand il a fait son propre voyage dans le futur. (Le premier qui crie au fake je le mange)
Les défauts du soft ne sont pas ses défauts. Ce sont les défauts de l'éditeur. Il paraît que le jeu comporte aussi quelques bugs. Je n'en ai vu aucun, mais ça ne m'étonne pas, à vrai dire. Non, ça ne m'étonne pas, de la part d'une équipe qui ne semble plus avoir de budget/de temps pour faire des tests un minimum poussés avant de publier ses créations.

Telltale, je ne te comprends pas.

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.