Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

jeudi 6 janvier 2011

Le jour où le ciel est tombé sur la tête d'un auteur définitivement et irrémédiablement sénile

Il n'est jamais agréable de retrouver des excréments. Le ciel lui tombe sur la tête d'Albert Uderzo en est un, et je l'ai retrouvé alors que je pensais ne plus jamais le revoir. Bah non, il était tranquillement rangé auprès d'autres Astérix et, chose plus curieuse, de mon édition 1965 des Voleurs du Marsupilami (que j'avais paumé aussi du coup obviously).
Du coup MAINTENANT je peux faire ce qui était prévu : Détailler à quel point fail cet album. Page par page.

Couverture
Nous voyons Astérix tabasser une météorite. Obélix arrive au loin. Uderzo prétend que c'est un hommage à la couv du tout premier Astérix, moi je dis qu'il avait la flemme de faire mieux et que du coup oui il a inversé parce qu'il avait rien de mieux à proposer. Quant au titre... Des titres qui sont des phrases, ça peut être winnant dans certains cas, oui. Ici, c'est juste maladroit et inadapté.

Avant la soi-disant "aventure"
Pas de page blanche. Pourtant, dans une BD de qualité, y a toujours au moins une page blanche avant la BD, voire deux Oo
Nope, à la place nous avons Uderzo qui présente un hommage à son frangin. Il faut croire que le pauvre gars voulait faire de cette BD sa dernière et que donc l'hommage s'imposait. Why not. Notons également que ce n'est pas sa dernière puisque pour les cinquante ans de la licence il a vaguement rassemblé de vieilles histoires courtes avec des trucs faits pour l'occasion, donnant un résultat particulièrement immonde et indigne de l'univers d'Astérix.

"GOSCINNY ET UDERZO PRÉSENTENT UNE AVENTURE D'ASTÉRIX", annonce la page suivante. Putain, c'est pousser l'hommage trop loin. On associe un auteur de génie qui a toujours fait son travail avec brio à une grosse merde, y a rien de plus à dire.

En 50 avant JC, toute la Gaule est occupée par les Romains. Toute ? Non. Suit la présentation des personnages.
Je ne vais pas vérifier tous les albums, mais putain Oo, la présentation est en caps lock, quoi ! Alors qu'avant elle ne l'était pas ! De même pour la présentation des persos, mais je crois qu'il n'y a pas eu cette présentation dans TOUS les Astérix. Cela dit, ça occasionne un grave, un énorme fail. Une erreur totale dès la page 1 de la bande dessinée en elle-même. Contrairement à TOUTE LOGIQUE, la première page commence sur une page de GAUCHE Une VRAIE bande dessinée manage un suspense de bas de page dès la première et trouve donc son entame sur une page de DROITE, maudit AMATEUR !
Cela dit, commençons à lire la chose. Si vous voulez la lire vous-même, quittez cette page, je vais tout décortiquer !

Première page.
Astérix et Obélix sont en forêt. Ils chassent le sanglier, comme à leur habitude. L'élément perturbateur est des plus simples, ils trouvent un sanglier immobilisé. Totalement. Bon. Pour l'instant ça va. Peut-être un coup de Panoramix, qui sait ? Mais, tandis qu'Obélix se plaint, Astérix sent qu'il se trame QUELQUE CHOSE et qu'ils doivent revenir d'urgence au village ! Quelle émotion, mes amis !

Page 2.
Les villageois, en plus d'être immobilisés tels des sangliers, ont une gueule qui fait peur. Leurs yeux hagards ne défriseraient pas un alien névrosé. Dans cet album, on peut sauver le dessin d'Uderzo... C'est vite dit, tant les villageois immobilisés sont tout de même laids.

Page 3.
Chose rare dans cet album, cette page et la suivante sont assez sympathiques. Un fail quand même pour la page 3. Obélix s'est arrangé pour faire boire quelques gouttes de potion magique à son chien. Je sais bien que suite à la Galère d'Obélix, le gaulois n'avait plus forcément envie de potion magique, mais bon tout de même, avec tout ce temps passé à réclamer de la potion magique au druide, s'il a réussi à mettre la main dessus (Et en premier lieu, comment il a fait ? Ce n'est même pas expliqué, Idéfix ne reste là que pour décorer, en définitive !), pourquoi ne pas l'avoir consommé lui-même et en personne ?

Page 4.
Compte tenu de la piètre qualité de l'album, je dirais que c'est la meilleure. Le suspense en bas de page est bien amené, et on ne peut pas jeter la pierre sur le dessin d'Uderzo qui est quand même bien foutu. Les dialogues sont les plus adéquats, peut-être parce qu'il n'y a pas tant que ça à lire.
Page 5.
PUTAIN JE QUOI. C'est quoi cette HORREUR ?
Page 6.
Un putain d'EXTRATERRESTRE débarque. Il se met à parler de TRADUCTEUR UNIVERSEL et d'ORDINATEUR. Ce truc est LAID. Il se met à expliquer qu'il vient d'une planète lointaine et "omg vous êtes sous-évolués", alors Astérix s'énerve et le traite de "p'tite violette", waw fort. SUPERMAN ARRIVE pour protéger son patron.

Page 7.
Mea culpa. Ce n'est pas Superman. C'est SILVESTER STALLONE EN COSPLAY SUPERMAN. Mais c'est aussi, d'après le truc violet immonde, un "superclone". Le superclone dit qu'Obélix est gros. Olol comme c'est prévisible. Obélix qui vient d'ailleurs de dire que lui aussi avec un peu de potion magique il peut voler, waw on y croit fort.
Page 8.
Plot twist. Chez les extraterrestres, il n'y a pas que des copies de Superman. Il y a aussi des BATMAN et des SPIDER-MAN. Obélix décide que tiens on va demander au clone de ramener un sanglier non mais sans blague.
Page 9.
Tandis que l'horreur violette va désactiver son LOL CHAMP DE FORCE, le Superclone revient. Comme il a la même intelligence que Stallone, au lieu de ramener des sangliers, il ramène deux romains. Obélix lui fait "LES ROMAINS NE SONT PAS COMESTIBLES, HÉ PATATE".
On pourrait passer sur cet anachronisme et même le trouver rigolo, après tout le tout premier Astérix parlait de fraises. Mais Uderzo déraille, ça se voit. Il fout un ENCART où il explique que les patates sont les rutabagas de l'époque ! C'est con. Le clone tape Obélix. Okay ça c'est rigolo, limite.
Page 10.
La vie revient dans le village. Après une case inutilement grande, on voit les villageois reprendre leurs activités. Pas d'objection.

Page 11.
Les trois premières bandes sont la continuité de la planche précédente, pas d'objection non plus donc. La dernière nous fait revenir à nos préoccupations, le gros truc jaune moche, la petite horreur violette et le super-héros bodybuildé.

Page 12.
L'extraterrestre constate que c'est bizarre que tout le monde soit différent, pourtant chez lui tout le monde est identique ce qui permet de mieux se reconnaître. Peut-être une référence à quelque chose, allez savoir. Mme Agecanonix tombe amoureuse du baraqué, et Agecanonix lui dit "Oust", sous-entendant que Uderzo ne sait plus écrire \o/
Panoramix, devenu aussi sénile qu'Uderzo, annonce aux villageois que le truc violet est venu d'un autre monde grâce à cette grosse boule métallique dans le ciel... Effet de panique. C'était prévisible, pourtant.

Page 13.
Les extraterrestres luttent contre un ennemi mystérieux et redouté. Les "nagmas". Car ces "gens sans scrupule savent", comme d'ailleurs "l'univers entier" (AH OUAIS QUAND MÊME PUTAIN J'AURAIS JAMAIS CRU), que les Gaulois ont à leur disposition une OMG ARME SECRÈTE. Le truc violet veut donc la confisquer, olol le con.

Page 14.
Astérix et Panoramix se demandent si les extraterrestres savent la nature exacte de la LOL ARME SECRÈTE. Il faut croire que non. La deuxième partie de la planche est bien mieux que la première, puisqu'elle revient sur les Romains, qui n'ont visiblement rien compris.  

Page 15.
Un vaisseau extraterrestre se crashe sur le camp Romain. Ce vaisseau a une espèce de tête de mécha qui rappelle vaguement Goldorak, et des sortes d'ailes qui rappellent vaguement un dragon. Hmm.
Page 16.
Un truc moche sort du vaisseau moche. Il a deux cornes moches, une armure moche et de grands yeux. Il parle en petit nègre. WAIT. Probablement un nagma, venu dans un timing un peu trop parfait. Je ne m'en doutais pas la première fois que j'ai lu cette daube, mais les nagmas sont en réalité le visage qu'Uderzo donne... Aux mangas. Nous aurons l'occasion d'y revenir, pour le moment ce n'est pas encore bien méchant. POUR LE MOMENT. Quoique, opposer l'Amérique au Japon comme ça, euh. Ouais okay je quoi.

Page 17.
Tiens, ça je l'avais pas lu la première fois,  c'est dire à quel point j'étais concentré, les Nagmas "viennent de la planète Gmana", planète au nom débile mais qui confirme le manque total d'imagination de l'homme sénile qui sert d'auteur au truc. Nous apprenons avec effarement que le truc violet moche a un nom. Il s'appelle TOUNE. Encore plus imaginatif qu'avec les Nagmas, Uderzo nous étonnera toujours ! Toune propose à Astérix  le plat national de son pays de merdeux, à savoir le "chien chaud". Connard d'Amerloque. Dans une mise en scène bien foutue, reconnaissons-lui au moins ça, le vaisseau Nagma atterit devant Obélix.
Page 18.
Un combat fort ridicule s'engage. Le Nagma, comme toute bonne production Japonaise vue par un vieux Français râleur coincé, est un gros violent qui désintègre tout ce qui bouge. Il utilise des techniques au mauvais goût exagéré pour bastonner Obélix, qui se mange d'ailleurs un coup sans broncher.
Page 19.
Tel Dragon Ball, le combat s'éternise. Principalement parce qu'Obélix en a rien à foutre en fait. On voit le Nagma passer toute la page à taper Obélix pour rien, puis Obélix le tabasse et veut repartir. Mais Idéfix, comme ses sangliers, a purement et simplement disparu !
Page 20.
Toune sauve Idéfix et confirme que l'extraterrestre vu précédemment est un Nagma. Tu es pathétique, Uderzo, tu le sais j'espère ? Le vaisseau Nagma attaque.

Page 21.
La demeure d'Assurancetourix est cramée par le fier vaisseau Asiatique, qui se cogne ensuite contre la masse informe Américaine. Il a cramé la maison juste pour le plaisir en fait.

Page 22.
Pour changer, Obélix montre à quel point il est débile. Astérix consomme un peu de potion et bute le Nagma, qui perd son armure, et là, horreur, confirmation de toutes les craintes qu'on pouvait avoir avant. Outre l'accoutrement ridicule (Mais pardonnable, c'est une bande dessinée comique, ne l'oublions pas), le Nagma est bien entendu de couleur jaune et a bien entendu les yeux bridés. Pour se défendre, il invoque, tenez-vous bien...
LES GOELDERAS.

Page 23.
La merde ridicule et infâme qui tente vainement de plagier Goldorak veut se battre ! Superclones, go ! Vous devez sauver L'HONNEUR DE LA PATRIE !
Page 24.
Ostensiblement, les Superclones et les Goelderas n'ont jamais appris à utiliser leurs poings. Ils se mettent à se tirer dessus, à coups de rayons énergétiques qui n'ont pas à pâlir de l'éclipse solaire partielle qu'il y a eu l'autre jour et que j'étais d'ailleurs pas au courant qu'y en aurait une mais peu importe.
Page 25.
Eh bien fuck, les Américains et les Japonais ont la même force. Le nagma et Toune décident donc de S'ALLIER LOL histoire de récup la potion magique. Quel plot twist de folie. D'ailleurs, Abraracourcix, sous le coup de l'énervement, révèle que seul le druide connait le secret de la potion.
Page 26.
Dans son immense sagesse, Panoramix décide que "ok on va leur en donner de la potion". Obélix arrive et confirme qu'il en voudrait bien, de la potion. Quel con d'en avoir donné à Idéfix au début.
Page 27.
Les Gaulois prouvent leur bonne foi et le nagma se précipite sur la potion magique. Obélix lui envoie son menhir à la gueule vu que le nagma veut tester. Fail.
Page 28.
Panoramix conclue que la constitution des extraterrestres ne leur permet pas de consommer la potion. Le nagma énervé retourne à son vaisseau et envoie ses fiers guerriers à l'attaque. Toune, en bon citoyen Américain, garde son calme. Astérix et Obélix grimpent sur deux Superclones et s'envolent pour aller se bastonner dans les cieux !
Page 29.
Les fiers soldats robotiques du pays du Soleil Levant se font poutrer par Obélix.
Page 30.
Pour changer, le nagma montre toute la "violence" dont le Japon fait décidément preuve. Il s'empare du druide et le traite au passage de SORCIER LOL. Obélix a jamais été aussi con que dans cet album, tiens, vu comment il comprend rien. Le vaisseau Nagma s'envole en emportant Panoramix. SERAIT-CE LA LOL FIN DES AVENTURES D'ASTÉRIX LE GAULOIS ?
Page 31.
Quatre cases pour montrer que le vaisseau Nagma s'est fait enfoncer par la chose horrible appartenant à Toune. Quel fainéant, ce Uderzo.
Page 32.
... Comment expliquer convenablement cet énorme FAIL DE GROS MERDEUX ? Obélix, qui je le rappelle a été depuis le début un GROS CON INCONSCIENT, dit qu'il peut très bien grimper sur le vaisseau. Après tout, IL A DÉJÀ ESCALADÉ LE SPHINX.
UDERZO, TU ES SÉNILE. OBÉLIX NE CONNAIT PAS LE NOM DU SPHINX. IL EST DE PLUS SENSÉ ÊTRE UN BON GROS BÊTA, ALORS POURQUOI IL SE SOUVIENT D'UN ÉVÈNEMENT AUSSI VIEUX ?

Page 33.
Pour la deuxième fois de suite, l'auteur de cette immondice commet une erreur de jugement. Il fait dire au nagma à propos de sa machine "Oui, mais elle beaucoup moins bien marcher !" Oui hum. Bah, okay, mais C'EST QUOI CE PUTAIN D'ENCART ? "*En hommage au film "Le Corniaud" de Gérard Oury". MAIS, ON DÉTAILLE PAS SES HOMMAGES EN ENCART, MAIS QUELLE FAUTE DE GOÛT MONSTRUEUSE O__________O, il y a UN truc drôle dans cet album et il révèle que c'est une référence ! Les bras m'en tombent !
Page 34.
Par principe, Uderzo doit s'arranger pour que les pirates apparaissent à chaque album. Cette insertion est je dois dire réussie, ils se font simplement poutrer par la fusée. Suit une scène avec les Romains, qu'on n'aura décidément pas beaucoup vu dans cet album. Une planche sans prétention mais qui sauve un peu l'album.
Page 35.
Le village célèbre l'héroïsme de Toune par un banquet. Obélix est deg, on doit piocher dans sa réserve de sangliers pour ce repas. Le barde est pour sa part parti en forêt pour faire sa musique. Et là omg les Romains. Il se précipite donc prévenir Astérix et co. Okay, en fait il est juste sorti parce que Uderzo avait besoin d'un prétexte. Ha ha ha je ris.
Page 36.
Les Gaulois terrassent les Romains dans une bataille qui n'est même pas comique et qui ne dure qu'une page. Ah, il est loin le temps où les Romains avaient un semblant de dignité.
Page 37.
PLOT TWIST ! Sur les extraterrestres la potion a un effet inattendu après coup ! En effet, elle les fait grandir à un point démesuré ! Toune en subit donc les conséquences ! Dans cette taille de colosse, il est encore plus repoussant qu'avant. Exploit.

Page 38.
Trois cases. Une pour montrer que le Nagma va tout simplement crever, deux pour montrer la VDM de l'affreux géant. La fainéantise de l'auteur semble se confirmer.

Page 39.
Bien évidemment, c'est Panoramix qui apporte la solution. Une potion, of course. ON LE VOYAIT TROP PAS VENIR, DIS DONC. Mais voilà...

Page 40.
Toune est devenu noir. Il paraît que c'est une référence à Mickey. Perso j'ai du mal à la voir, en noir ou en violet Toune reste un gros moche. Cela dit il est un peu plus classe en noir. (Après le jaune, le noir, quel raciste ce Uderzo)
Le druide arrange tout en trois cases, conclusion cette affaire de couleurs avait juste rien à foutre là en fait. Même pas foutu de développer. C'était utile, merci.

Page 41.
Première case, la ridiculosité violette spoile la suite : Il va effacer la mémoire des villageois. Ce serait juste bien s'il effaçait la mémoire des lecteurs en même temps pour que ces derniers gardent le souvenir d'un Astérix immaculé, mais bon.
Page 42.
L'extraterrestre part en ne laissant derrière lui que du brouillard, les villageois reviennent à eux et Assurancetourix découvre que sa hutte a brûlé, vu que bon évidemment il le savait pas du coup. On ne parle même plus des Romains ni des pirates, qui se souviendront, eux, de cette aventure loufoque. Bah oui, l'auteur les a tout bonnement oubliés. Waw.
Page 43.
Le calvaire est enfin terminé. Le chef qui est un con décide arbitrairement que c'est Cétautomatix et son comparse Ordralfabétix les fauteurs de trouble. L'art de sauter aux conclusions, quoi.
Alors que pour UNE fois dans sa vie on laisse Assurancetourix chanter sur la scène finale, sa hutte reconstruite, ce sont les deux comparses qui sont ligotés.

Page finale.
"Je voudrais rendre hommage au grand Walt Disney".
Uderzo, Uderzo. Nous n'avons pas la même conception de Disney, je crois. Enfin, si ça t'amuse de dessiner des petits Mickey et de faire se battre des gros muscles avec des robots dignes des pires films d'horreur, hein, libre à toi.

Conclusion
OH PUTAIN J'AI RÉUSSI À ALLER JUSQU'AU BOUT SANS M'ÉVANOUIR. Exploit.

1 commentaire :

  1. Jerry :rena1: Moi j'ai pas tenu 10 pages en fait hihihi

    RépondreSupprimer

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.