Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

samedi 30 octobre 2010

Mega Jump #miseajour #tuerie

Mega Jump. Sur iPhone. J'en ai déjà parlé mais là bizarrement j'ai envie d'en REparler. Déjà la dernière fois je me suis planté, le jeu n'est pas gratuit pour un temps limité, c'est bien un jeu entièrement gratuit, et les revenus de la société reposent sur les achats intégrés au jeu... Achats qui sont inutiles vu qu'on peut très bien TOUT débloquer en jouant.
Je pensais naïvement que j'avais presque fini le jeu, qu'il me restait plus grand chose à débloquer, et que je devrais le mettre au placard. HA HA HA. J'ai eu tort. Débloquer les personnages en soi, ça m'intéresse pas, mais bon, c'était le seul truc restant à débloquer (à part les wallpapers pourris que je ne débloquerai pas)
Je vais pas revenir sur le principe du jeu, j'en ai déjà suffisamment parlé dans mon billet précédent, que je vous invite à (re)lire si vous en avez envie. Je vais plutôt vous parler d'à quel point j'étais dans l'erreur quand je pensais en avoir fini avec ce jeu.
Déjà une première mise à jour bien sympathique a ajouté des power ups de flammes, qu'elles soient rouges ou bleues. En soi, c'est déjà excellent car les flammes bleues, ça roxxe sévère. Les flammes rouges moins, mais qu'importe.
Une deuxième mise à jour a ajouté des power ups et putain, j'ai pu en débloquer que deux jusqu'à présent. Bon. Je continue à économiser mes méga pièces, mais que dire ? Les différents powerups déblocables d'origine ont jusqu'à deux ou trois upgrades chacun (Sauf le super aimant qui semble n'en avoir qu'une étant donné que le super aimant est déjà ultra cheaté de base). En plus de ça, les power ups sont moins chers qu'avant. Du coup je me sens un peu niqué d'avoir dépensé tant de méga pièces, m'enfin, c'est l'jeu.
Et là, nous voilà avec une nouvelle mise à jour relançant encore plus l'intérêt du jeu.
Déjà d'une part, le power up parapluie a un upgrade. ENFIN !  Ce power-up était celui que j'aimais le moins ! JE SUIS ENFIN DÉBARRASSÉ DE SA FORME BASIQUE ! Et là je dois le dire, le premier power up du parapluie (qui en a d'autres évidemment) est tout simplement énorme, car il tient compte du fait que le personnage a un parapluie : Tant qu'il le porte, une PLUIE DE PIÈCES lui tombe dessus ! Putain sérieux, c'est énorme §§

Et enfin la mise à jour qui surbutesurbutesurbute : L'ajout d'un mode difficile ! Je dois dire que je me demandais pourquoi un tel mode n'était pas disponible, sachant que le premier niveau de ce mode, bah on y joue de toute façon quand on a fini le niveau 10 du mode normal. En tout cas, refaire les dix niveaux du jeu avec des obstacles supplémentaires (D'autant que les graphismes choisis pour les obstacles des niveaux 11 et 12 surgèrent), ça a quelque chose d'extrêmement jouissif.

Donc qu'est-ce que Get Set Games a fait, concrètement ? Ils ont pris leur jeu et ils l'ont amélioré. (J'ai pas parlé de l'ajout de nouveaux personnages parce que je m'en fous un peu en fait, je reste fidèle au petit monstre de couleur bleue)

mercredi 27 octobre 2010

X : Analyse du personnage



X, de Neuro, est un personnage assez ambigü. Je pense pouvoir me permettre de faire une fiche sur le personnage dans la mesure où le volume 14 de Neuro le Mange-mystère, qui vient de paraître, révèle enfin la vérité sur le personnage. Et quelle vérité ! Cela dit je ne la spoilerai pas, j'ai déjà été suffisamment dèg qu'un mec random me l'ait justement spoilée quelques mois plus tôt. (Que partiellement heureusement)
Par contre pour le reste je ne garantis pas l'absence de spoiler.

X en fait... On ne sait pas qui c'est. C'est un personnage mystérieux doublé d'un voleur. Et d'un meurtrier. A chacune de ses apparitions, ce cher X tue une personne, l'étripe, enferme le cadavre dans une boîte en verre qui donne l'impression d'une boîte rouge sans imperfection, et vole un objet sur le lieu de son forfait.
Il s'appelle X, mais il s'appelle aussi Sai. Ce nom lui a été attribué par le peuple Japonais, pour X-I. (Prononcez en anglais.) X renvoie à son absence d'identité connue, et I à son invisibilité. C'est Sai, le pilleur.
X croise la route de Neuro lors d'une affaire qui ne semblait pas spécialement alambiquée... Sauf que la clé du mystère c'était X lui-même. Sa première apparition est tout simplement putain de roxxante. Sa première apparition dans le dessin animé en revanche est tout simplement le summum du fail.
Si X est un personnage particulier, c'est que malgré son statut humain, il manifeste une force surhumaine, et aussi des pouvoirs bizarres génétiques. Il a la faculté de modifier ses gênes à volonté, sauf qu'à chaque fois il perd de plus en plus la mémoire.
A ce rythme il ne devrait pas tenir longtemps... Sauf qu'il bénéficie de l'aide de son assistante, Aï. Je ne pense pas que ce soit une coïncidence que son nom ressemble tant au I de Sai. Car c'est grâce à elle et à son expérience que X a pu rester de nombreuses années caché aux yeux du monde.

X est assez ambigü, et quand Yako est amenée à analyser le comportement du personnage (Volume 13), elle tape comme toujours juste (Car si c'est un estomac sur pattes, il lui arrive aussi de se montrer fine psychologue) : Sai est "quelqu'un pour qui tous les moyens sont bons pour retrouver ses racines, quelqu'un de cruel, d'égoïste, de violent, de puéril, mais qui peut se montrer gentil envers les personnes attentives à leur famille." "Le X qui a erré jusqu'à aujourd'hui" est "aussi une partie de [son] contenu."
Tout ça est effectivement très vrai, bien que le problème restant est que X continue à perdre sa mémoire de façon constante. Sans Ai, il ne serait même plus capable de chercher son identité, identité qui devient claire dans ce fameux volume 14, occasionnant du même coup un plot twist que j'ai trouvé beaucoup moins surpuissant que les twists des volumes précédents. Cela dit, la réponse à son identité reste un énorme coup que le lecteur se mange.

Il reste encore neuf volumes avant la fin de ce manga purement énorme qu'est Neuro le Mange-Mystère. J'espère sincèrement revoir avant la fin un X plus roxxorz que jamais, parce que là, rien que le fait que son identité ait été révélée rend la chose malaisée...

mardi 26 octobre 2010

Hatsune Miku dans le grand journal de Canal + (oklol)

La vidéo suivante a été choppée par @killuapo, merci pour lui.
Bon, les vocaloid-fans l'ont certainement déjà vue en direct sur Canal (si, si, y a du monde qui regarde cette merde) ou sur le site de Canal +, et la plupart des gens ici ont dû la voir au moins par Twitter, mais je l'ai foutue sur Youtube histoire de faire profiter tout le monde.





Ce qui est d'autant plus ridicule que cette blondasse de présentatrice n'a pas remarqué que ce n'était pas Hatsune Miku sur scène. Et en plus, ils ont mis l'extrait le plus pourri de la chanson Po pi po, en prenant soin de l'arrêter juste au moment où le meilleur de la chanson allait démarrer. Donc en gros, les téléspectateurs, qui ne connaissent pas en majorité le phénomène Hatsune Miku, s'imaginent que c'est une chanson merdique et répétitive.
Honteux.

lundi 25 octobre 2010

La machine à explorer le temps

Tout ce qui se base sur le TEMPS m'intéresse. Alors quand ce film, que je ne connaissais pas, est passé à la télévision, je n'ai pas raté l'occasion de l'enregistrer.
Plus tard j'ai lu le livre dont le film s'inspirait. Eh bien pour une fois, si j'ai bien aimé le bouquin, c'est l'adaptation qui a mes faveurs !
Contrairement au voyageur du temps du livre, celui du film a une identité et un but. Il ne voyage pas dans le temps pour le plaisir de la science, mais parce qu'il n'est pas capable de trouver une réponse finalement assez obvious à une question plutôt dramatique : Pourquoi n'arrive-t-il pas à faire en sorte que celle qu'il aime ne meure pas ?
Tout ce qu'il trouve à faire pour le savoir, c'est de voyager dans le futur. Hé, il a inventé une machine à explorer le temps au 18ème siècle, les Hommes feront probablement mieux dans les millénaires à venir !
Eh bah en fait non. Après une scène franchement géniale de voyage temporel, on se retrouve dans un futur lointain, où les hommes s'apprêtent à faire sauter la Lune (Pour résumer en gros). Cette petite sauterie va avoir des conséquences tellement néfastes sur l'écosystème que l'on retrouve pour la suite du film le contenu du bouquin, à savoir une espèce humaine qui s'est divisée en deux races : Ceux d'en haut, ceux d'en dessous. Les idées un peu vieillottes du bouquin sont écartées au profit d'un film résolument plus moderne, n'hésitant pas à ajouter aux personnages un super ordinateur nucléaire qui a su résister au temps.
L'autre ajout du film pourrait être un peu plus discutable : Le personnage principal n'est plus observateur, il devient acteur. Il tombe amoureux d'une autochtone, et pour ça, et aussi parce que oh merde sa machine a disparue, il se rend chez CEUX D'EN BAS, à savoir les méchants, ceux qui d'après Wells descendraient des ouvriers et seraient restés tapis sous terre tandis que les bourgeois devenaient mous. (N'empêche que la pensée de Wells est franchement bien foutu et que je recommande le bouquin également.)

Et c'est là que finalement au bout du compte, dans un déluge d'effets spéciaux bien maîtrisé, le film se conclut en beauté, de la meilleure façon qui soit compte tenu de tout ce qui a précédé.

Pour en revenir au bouquin, il m'a également marqué quand je l'ai lu. Enfin voilà, vu QUAND ça a été écrit, c'est vachement fort que ce bouquin de SCIENCE FICTION soit TOUJOURS un bouquin de science fiction non périmé !
Wells a en effet eu une idée vraiment géniale en pondant un bouquin qui se passe tellement loin dans le futur qu'au bout du compte il est toujours d'actualité.
La narration est vue de l'extérieur, mais le narrateur reste un personnage du roman, qui parle à des amis du voyageur du temps de la splendide découverte que leur estimé ami a faite. On le verra ainsi aller dans le futur, directement à cette époque où la société est également divisée en deux : Ceux du haut, les descendants des bourgeois, qui se sont tellement embourgeoisés qu'ils sont devenus mous et faibles, et ceux du bas, descendants de la classe ouvrière, qui se sont purement et simplement mutés en cannibales, mangeant ceux du haut pour survivre, tandis que ceux du haut sont quasiment revenus à l'état d'animaux végétariens.
Le voyageur du temps évite à tout prix de se méler des affaires des habitants du futur, mais ça ne l'empêchera pas de vivre une aventure franchement intéressante, à mettre dans toutes les mains au plus tôt ! Car HG Wells est un auteur de qualité.

mercredi 20 octobre 2010

Robot Unicorn Attack Heavy Metal

C'est un bon mois pour commencer à lire de l'Ultimate.

Oui oui je suis sérieux. Enfin pour la France, du moins, les USA ont toujours un an d'avance sur nous donc bon. L'Ultimate Spider-Man de ce mois-ci est en tout cas vachement intéressant pour s'essayer à cet univers : C'est un récit complet, il recadre l'intégralité du contexte, et s'il fait référence à des évènements passés (survenus notamment dans un hors série épique qui faisait partie du prélude d'Ultimatum, mais peu importe), ça n'a rien de gênant étant donné que ça reste très bien expliqué. L'histoire en elle-même est sympathique, même si les réactions de la tante May sont de plus en plus chelous depuis qu'elle sait que son neveu est Spider-Man, et surtout depuis qu'elle héberge deux autres super-héros en plus de Peter et de sa copine. (Oui ça fait beaucoup.)
Apparemment un hors-série devrait paraître également dans peu de temps... À voir.

Maintenant je vais vous parler de Robot Unicorn Attack HEAVY METAL.

En fait à la base RUA c'est un jeu flash/facebook/iphone débile où vous devez tenir le plus longtemps possible la route avec une licorne robot qui doit sauter au dessus d'obstacles et buter d'autres obstacles avec son ATTAQUE ARC EN CIEL. C'est produit par Adult Swim.
Il n'existe qu'une seule façon de résumer ce jeu de façon cohérente :
ALWAYS I WANNA BE WITH YOU
AND MAKE BELIEVE WITH YOU
AND LIVE IN HARMONY HARMONY OH LOVE.

Ben voilà la version Heavy Metal c'est la même chose sauf que...
D'une part ça se passe exclusivement sur iphone/ipod touch.
D'autre part la musique change au profit d'un morceau évidemment... Metal.
Dernièrement, les sprites changent, et tant qu'à faire ce ne sont plus des "voeux" que vous allez faire mais bien des "cauchemars".
Cela dit ça n'en reste pas moins un RUA tout à fait banal, mais à ce prix-là, ce serait con de prendre la version classique.
Et honnêtement, la musique (Battlefield, des Blind Guardian) surpoutre et modifie énormément l'ambiance globale du jeu, le faisant passer de "jeu ridicule auquel on peut pas s'empêcher de jouer" à "jeu serious bizness auquel on peut pas s'empêcher de jouer".

Bref voilà une raison de passer des heures à ne pas décrocher de son iphone.

Bon sinon si je récapitule bien tout ce qui a été annoncé ces derniers temps :
-Epic Mickey
-Back To The Future/Jurassic Park
-Prof Layton VS Phoenix Wright
-Portal 2
-Ace Attorney Investigations 2
-Time Travelers
-Tous ces PUTAINS DE REMAKES sur 3DS
-Pokémon Black/White

... Putain mais les mecs qu'est-ce qui vous arrive ? L'âge d'or du jeu vidéo referait surface ? Sérieux ? Après toutes ces années relativement creuses, pourquoi TANT DE WIN ?
Pendant ce temps mon PC n'a quasiment plus de place. Il faudra que je le reformate, un de ces jours.

mardi 19 octobre 2010

Ok putain je quoi.

Juste un billet court à destination des gens qui ne l'auraient pas vu sur Twitter ou sur un forum spécialisé ou sur un blog quelconque ou whatever :
Bon d'une part le film de Layton est paru en DVD.
D'autre part PUTAIN FUCK FUCK FUCK FUCK FUCK FUCK FUCK FUCK FUCK.
LEVEL 5 ET CAPCOM S'ASSOCIENT POUR PONDRE UN CROSSOVER PHOENIX WRIGHT x PROFESSEUR LAYTON.


Voilà ma première source, même si celle de base reste le blog officiel de Level 5 : http://www.officialnintendomagazine.co.uk/article.php?id=20637




Bonne journée.

lundi 18 octobre 2010

C5 Enrichment Program: Spirou La Panique Mécanique Episode 3


C5 Enrichment Program: Spirou La Panique Mécanique Episode 3
envoyé par GoldNoway.

La qualité sonore est toujours aussi merdique, j'ai honte. Par contre y a un joli opening et un joli ending pour compenser.

samedi 16 octobre 2010

Lucky Luke... Game Boy classique. [BILLET MÉCONTENT]

Fuck le monde. Comme vous le savez certainement, Lucky Luke GBC était à la fois mon premier vrai jeu vidéo et reste encore mon jeu préféré au delà de tous les autres. C'est totalement dégoûté du fait que ma cartouche ne marchait plus que j'ai fini par en commander une autre via Price Minister, parce que j'avais pas trop le choix du coup.
Le nom sous lequel le jeu était référencé était clair et y avait pas d'erreur possible : C'était "Lucky Luke Color". Y avait une image de la boîte du jeu en plus pour illustrer. J'ai pris la version qui me semblait la plus sympa, pour pas trop cher et tout, sans la boîte et le mode d'emploi parce que je m'en fous je les ai déjà, et là je l'ai reçue.

On est bien d'accord, j'ai commandé un jeu référencé sous le titre "Lucky Luke Color" avec pour image d'illustration la boîte du jeu Game Boy Color. Et pourtant, l'INCAPABLE qui m'a envoyé la cartouche ne vendait pas une version couleur de 1999, mais bien la VERSION NOIR ET BLANC de 1996 !

... D'une part j'ai envoyé à ce sale connard de putain d'enfoiré de merde de mes deux une réclamation virulente, très dure à taper puisque Price Minister sont des abrutis qui imposent une limite de caractères de 250 caractères. On n'est pas sur Twitter, bande de cons stupides dégénérés !
Et puis j'ai testé la version noir et blanc. Quand même. Parce que bon voilà je l'ai autant que ça serve, mais fuck le monde là. J'espère que l'attardé qui m'a vendu le truc va me répondre "ok je vous le laisse gratuitement", parce que désolé mais quatre euros (1.10 le jeu, 2.90 les fdp) pour le mauvais article c'est encore beaucoup trop.

Pour en revenir au jeu, bien sûr, c'est exactement le même que la version GBC. Je le savais déjà, on m'en avait parlé, et je l'ai testé en émulation y a quelques temps histoire d'être sûr. Là, je me suis contenté de me faire les trois premiers niveaux, ça suffit amplement.
La musique est toujours la même, je la trouve de qualité donc tout va bien. Les sprites bon... Bizarrement certains sprites ont été modifiés pour la version Couleur, notamment le sprite des Mexicains qui se mangent une balle. Je préfère le nouveau, mais bon, l'ancien était tout de même relativement sympa, je lui reconnais au moins ça.
En tant que jeu noir et blanc, Lucky Luke bénéficie de la commande Game Boy Color permettant de modifier le noir et blanc pour les couleurs de son choix, bon. Le résultat est pas forcément transcendant mais ça reste fun. Fun fact : Étonnamment, les étoiles de shérif restent en jaune pour la plupart des couleurs. Sinon le jeu est par défaut en vert avec les persos en rouge, le résultat reste agréable.
Par contre énorme défaut du jeu, celui qui nique tout quand tu es un joueur de la version GBC : Le jeu est rempli. De bugs graphiques. Oh, Lucky Luke répond toujours parfaitement, c'est sûr, mais ce n'est pas très agréable de voir ses mouvements cachés par des pixels foireux, je peux vous l'assurer.

Conclusion : Jouez à Lucky Luke en VERSION COULEUR. Voilà.

Et maintenant la minute musique qui roxxe (via @killuapo et @Morolian) :


vendredi 15 octobre 2010

Bomberman Land Touch

Bomberman Land Touch en fait c'est un jeu DS paru en 2007. Je viens d'y jouer et de le terminer. Ben c'était sympa. Parfois ça pouvait être très frustrant, cela dit le jeu en lui-même se trouve être un jeu de qualité.

Avant de parler de Land Touch, un point sur Bomberman en général : Pour ceux qui vivraient dans une grotte au fin fond du Vercors ou bien qui ne s'intéresseraient aux jeux vidéo que depuis peu, Bomberman est un jeu addictif très célèbre axé sur les bombes. Les Bomberman de base présentent d'intéressants modes d'affrontement où deux joueurs ou plus canardent des briques à coups de bombes dans un espace très défini afin de se latter la gueule entre eux. Voilà, c'est pas sorcier et ça résume bien le truc en général.
Notons qu'un Bomberman classique est d'ailleurs proposé dans ce jeu, dont vous pouvez choisir les différentes règles : Jeu de coloriage, affrontement, piège...

Concrètement sur Land Touch : C'est un jeu de minis-jeux. Certes, la DS se prête bien à ce genre de trucs, et des jeux sans aucun rapport peuvent également présenter des minis-jeux. Ce qui est sympa ici c'est le petit plus de terrain, puisque le terrain lui-même est propice à la réflexion, orientée par l'équipement de Tim, le héros du jeu; jeu qui comporte d'ailleurs un certain nombre de personnages farfelus.

Pokémon 2

Autant le premier film Pokémon, malgré quelques scènes de qualité, restait moyen; autant le troisième était somme toute dans le même cas, autant, à l'image du dessin animé en fait, les films 2 et 5 de Pokémon étaient purement énormes. Là je vais vous parler du deuxième.

Alors déjà le principal défaut, celui que tout le monde a déjà remarqué : Sacha est une tête à claque. Bon. Il l'a toujours été, le pauvre, c'est dans sa nature :(
Plus encore que dans les autres films de la série (jusqu'au 8, je suis pas allé et je n'irai pas plus loin), Sacha a sur les épaules le destin du monde entier, serious bizness. Tout ça parce qu'un crétin a décidé que capturer Lugia pour le plaisir de la collection c'était tendance. Mais ce crétin... Il roxxe. Il a du CHARISME. Il a une MACHINE VOLANTE sophistiquée et EN PLUS il joue aux cartes Pokémon ! Non sérieux, ce Mew Antique, c'est la seule incursion des cartes Pokémon de toute l'histoire du dessin animé ! Mew Antique qui était donné dans les cinémas quand t'allais voir le film 2. Je l'ai pas eu. Puis je l'ai eu à l'occasion du film 3, youpi.
Mais sinon ? Ce film déchire. La présence de Roigada parmi les "nouveaux" Pokémon de l'époque est un must, car ce Pokémon ultra serious bizness est au moins aussi classe que Mewtwo. Par contre, tant qu'à parler de charisme... IL Y A LUGIA et il est ENCORE PLUS CLASSE que Mewtwo, Roigada et les trois autres piafs réunis. Sa présence seule justifie le charisme de ce film. Et pendant ce temps l'autre mec collectionneur continue d'avoir du charisme également \o/
La seule faute de goût en fait c'est que ce soit Sacha qui doive sauver le monde. Certes c'est le omg héros de tout l'anim, mais bon, ça reste une tête à claques.
Sinon le mini film Pikachu juste avant est le meilleur mini film Pikachu jamais réalisé, je trouve. L'opening est génial (Bon ok je le connais qu'en VF mais MÊME), l'histoire est mignonne, et ça avait son lot de nouveaux Pokémon 2G aussi.

Au même titre que Pokémon 5 et 7 que j'aime beaucoup également (malgré le doublage VF du 7 totalement foiré par une bande d'incompétents dont la nullité crasse n'a d'égale que la puanteur de Grotadmorv), Pokémon 2 est un film de qualité !

Tomb Raider 2 / Mamy Blues / Lucky Luke VS Pinkerton / Les Renés

Récemment j'ai fini le premier Tomb Raider. Bon, rien de plus à ajouter à ce sujet, y a un joli billet sur le sujet un peu plus bas. Je vais plutôt vous parler du 2.
En fait TR2 c'est comme TR1 mais en mieux. Il y a juste un truc très gênant quand tu le débutes : La maniabilité ne répond pas de la même façon que dans le 1. Du coup, pour peu que tu te sois habitué au premier volet, tu vas passer des heures à essayer de comprendre qu'en fait il ne faut SURTOUT PAS relâcher la flèche directionnelle avant de faire un saut avec élan, alors que dans le 1 si tu la relâchais pas juste avant tu te foirais inévitablement. En plus de ça, j'y ai joué sur PC, et les boutons choisis sont les mêmes que pour le premier. Que ce soit pour le 1 ou pour le 2, même combat : Ils sont très mal choisis.
Une fois ces aspects techniques inévitables maîtrisés, on a une Lara finalement plus maniable que dans le premier. Ce n'est pas contradictoire, c'est juste une question d'entraînement. Petite nouveauté sympa qui ajoute un peu de réalisme au jeu : On peut patauger dans les zones d'eau où y a pas la place de nager. Bah c'est sympa hein qu'est-ce que vous voulez que je vous dise.
Au passage les ennemis sont très différents de ceux du premier volet. Adieu chauves-souris, lions et gorilles, bonjour tigres (Qui ont LA CLASSE, comme tout tigre qui se respecte), yétis et méchants vilains pas beaux humains à la pelle.

samedi 9 octobre 2010

Tout le bien que je pense des Power Rangers

Alors déjà : Ce titre n'est pas un troll et je suis tout à fait sérieux.
Là normalement j'ai perdu 2/3 de mon lectorat. \O/

jeudi 7 octobre 2010

Poursuite de mon propos sur les 90s : Emissions jeunesse.

Oui parce que j'ai parlé uniquement de Bonjour les petits loups et du dessin animé Postman Pat, du coup.
Avant toute chose je fais une réponse au commentaire de Twenty-One. Ici direct. Parce que ça faisait longtemps que je voulais le dire soit dans un billet soit sur Twitter. Donc j'en profite.

"la reconnaissance de maître Tezuka"

... Maître. Wtf.

Sérieux, QUI AIME TEZUKA ? Pourquoi TOUT LE MONDE LE VÉNÈRE ? Ce type a un style de dessin AFFREUX ! J'ai essayé Léo, j'ai pas tenu un épisode ! J'ai peiné à voir une première fois Metropolis, que j'ai complètement oublié, et quand j'ai voulu le revoir, j'en ai SOUFFERT ! Enfin, Astroboy est une pure. Ode. A la laideur. OZAMU TEZUKA DESSINE MAL.

Voilà. Maintenant je vais vous parler des émissions jeunesses.

mardi 5 octobre 2010

Retour sur Sir Pyle

J'en ai déjà parlé au lancement de ce blog, mais n'empêche, Sir Pyle, ça SURROXXE. Si vous avez une occasion de lire cette BD, qui ne comporte malheureusement que trois volumes, eh bien foncez dessus !

Comme je le disais dans mon billet précédent posté genre euh l'année dernière, Sir Pyle, c'est une bande dessinée éditée par Soleil, faîte par Morvan et Munuera entre 1999 et 2003. Le dessinateur (je sais jamais lequel c'est, je sais je devrais avoir honte) a fini par décider d'arrêter et c'est le dessinateur Ruben qui a dessiné le tome 3, à l'exception de deux épisodes. Parce que ce sont des histoires courtes.
Des histoires courtes certes, mais diablement prenantes. Et y a de la culture sous-jacente, en plus, même si ça reste la plupart du temps assez généraliste. D'après une interview que j'ai lu récemment (mais qui date de l'époque bien sûr), les contraintes hallucinantes imposées par la rédaction du Lanfeust Mag, où était prépublié ce pur bijou d'inventivité, ont fait que le scénariste ne parvenait plus à trouver le temps de se documenter; c'est aussi pour ça que le dessinateur a fini par passer la main.
Mais si c'est pour ça que la série s'est arrêtée après un épisode ÉPATANT parodiant allègrement les Télétubbies et Casimir et cet autre épisode intitulé sobrement L'étroit mousquetaire, pourquoi le fuck ils ont fait l'effort de changer le dessinateur pour Ruben ?

Sir Pyle, c'est l'épisme ! Il fallait CONTINUER, bordel !
Mais Sir Pyle au fond, vous vous demandez peut-être de quoi ça parle ?
C'est donc l'histoire très riche de Sir Pyle S. Culape. Ce mec a douze ans depuis plus de 3000 ans. Il est millionnaire et habite un manoir à New York, dont l'entrée est protégée par deux sphinx. Son majordome est un fantôme appelé Spectre, à qui il raconte de temps à autre ses histoires de jeunesse (et Dieu sait qu'elle est longue). Et Pyle occupe le charmant métier de mythecin. Vous aurez je pense compris ce mot valise : Depuis tout ce temps, Pyle soigne les créatures fantastiques de toutes sortes et les humains lambdas atteints de maladies pas très classiques, moyennant paiement exorbitant.
Avec trois millénaires d'histoires possibles, il est évident que les auteurs s'en sont donnés à coeur joie pour proposer du contenu on ne peut plus varié; d'autant plus que comme ce sont des histoires courtes bah voilà. Sir Pyle est un voyageur ! De la Grèce antique au Far West en passant par l'Égypte et l'Île de Pâques, le docteur traite des cas aussi divers et variés qu'une sardine garou, que la bête du Gévaudan ou que le maneken pis qui a des concrétions calcaires (et ça lui fait mal).

La bibliographie des auteurs ne s'arrête pas à Sir Pyle -L'une de leur dernière BD en date était un Spirou après tout-, mais j'estime que leur seul et vrai chef-d'oeuvre, c'est celui-là. Une bande dessinée à la fois comique et relativement culturelle, présentant un personnage principal à la fois charismatique et attachant, dont les préoccupations oscillent entre payer le loyer de son manoir et trouver des femmes acceptant de faire l'amour avec lui. Eh, plus de 3500 ans (j'avais dit 3000 plus tôt sauf que il triche sur son âge), c'est long !
Dommage d'ailleurs que puisque cette bande dessinée a été interrompue (à jamais semble-t-il malheureusement), nous n'aurons jamais le fin mot de la malédiction qui a touché ce "pauvre" Pylius Sculapio.

Restent trois albums énormissimes.

Sir Pyle tome 2, Mauvais Souvenirs : La bête du Gévaudan de sagesse ou Enquête scrupuleuse et circonstanciée sur les origines de la maladie de la vache folle.

lundi 4 octobre 2010

Putain n'empêche la génération 90s est la plus chanceuse.

Hey ouais, quand on y réfléchit, si vous êtes nés dans les années 90 (Comme moi quoi), ben vous avez de la CHANCE. Contrairement aux générations d'avant, contrairement aux générations d'après. Enfin en terme de CULTURE en tout cas. Bien sûr il existe des exceptions dans les générations d'avant et d'après, exceptions dont vous faîtes peut-être partie, je n'en sais rien je ne sais pas qui vous êtes jusqu'au moment où vous lâchez des komz, mais globalement...

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.