Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

mercredi 22 septembre 2010

Le Journal d'un Ingénu

Bon allez parlons peu parlons bien : Parlons SPIROU. Pour être exact du quatrième spin-off des "Aventures de Spirou et Fantasio par", le bien nommé Journal d'un Ingénu.
Chaque spin-off est réalisé par un auteur/duo d'auteurs différent. On peut donc à CHAQUE FOIS s'attendre au pire comme au meilleur. Le tombeau des Champignac ? Caca. Le Groom Vert-de-Gris ? Poubelle. Sans même les comparer aux autres albums de la série, ces deux-là méritent d'être brûlés. Je ne garde mes exemplaires que parce que même quand c'est de la merde un Spirou est un Spirou, bordel. Spirou/Tintin/Astérix : De ce trio d'icônes de la BD mondiale bien que Franco-Belge, Spirou sera toujours mon préféré, ce qui ne m'empêche évidemment pas d'apprécier des BD moins connues à côté. Cela dit ce sont le plus souvent des BD Dupuis.
Bref, j'en reviens au journal d'un ingénu.
Déjà l'ouvrage part avec un capital sympathie centuplé avant même de le commencer. BORDEL C'EST ÉMILE BRAVO QUI EST AUX COMMANDES. Foutez-le aux commandes de la série régulière quand Yoann et Vehlman l'auront quittée (De préférence au volume 53) et plus personne n'aura d'excuse pour ne pas aimer Spirou. Non seulement Bravo est un PUTAIN D'AUTEUR au style graphique EXCEPTIONNEL à mi-chemin entre Spirou et Tintin (qu'il cite d'ailleurs fréquemment, brisant au passage la barrière entre nos deux ex-rivaux), mais il maîtrise son récit comme quasiment personne, et ça c'est BIEN.
Le principe de ce Spirou est en quelque sorte un retour aux sources. Spirou y est groom au fameux Moustic Hotel, et l'histoire se déroule juste avant la seconde guerre mondiale. Il y rencontre l'amour de sa vie (Malheureusement éphémère), mais aussi Fantasio. Le comportement hyperactif de Spip trouve également une explication rationnelle, ce qui est bien vu de la part de l'auteur.
Mais en fait au delà de ça, Bravo répond à une question essentielle qui peut se poser pour la majorité des héros de bandes dessinées : Qu'est-ce qui motive Spirou dans ses actions ?
Avec un ton très juste, l'auteur entreprend un récit à mi-chemin entre l'humoristique et le tragique, tout en truffant l'oeuvres de références énormes. Dont une que j'ai pu lire en rayon dans la première intégrale de Spirou, que je ne compte malheureusement pas acheter puisque le nombre de planches jamais publiées en album dans ce bouquin est juste pathétique. Sérieux, dans quasiment toutes les intégrales de ce genre, ils foutent seulement une ou deux planches pour justifier l'achat, c'est tellement petiiiiiit. En tout cas ça n'en a pas moins éclairé d'un jour nouveau pour moi la BD de Bravo : Les références sont tellement nombreuses qu'en sauter n'a finalement rien d'exceptionnel, mais c'est quand même fort de la part de ce dernier. Y a juste le coup de Fantasio qui appelle Von Glaubitz "Von Zorglub" par inadvertance qui est un peu abusé, mais bon ça n'a rien de vraiment gênant en soi.

La distribution des personnages vaut également le coup. Tous ont un rôle à jouer, et certains marquent alors qu'on ne les voit que pendant quelques cases. L'effet "rôle déterminant" y est bien sûr pour beaucoup. Il n'y a guère que M. Choukroune et sa femme que je trouve un peu inutiles sans plus, même si la présence de ces deux personnages ont servi de prétexte - Et quel prétexte ! - à l'irruption de Fantasio dans le récit, irruption d'ailleurs tout aussi rocambolesque que le personnage, toujours égal à lui-même.

Si vous n'aviez qu'un seul Spirou à lire... Ce ne serait pas celui-ci car je reste fidèle à cet épisme ABSOLU qu'est QRN sur Bretzelburg. (D'ailleurs même Gotlib a dit que sa case de BD préférée de tous les temps faisait partie de QRN.) Donc disons plutôt que si vous aviez deux Spirou à lire, jetez-vous sur celui-là une fois que vous aurez dévoré le QRN ! Le dessin est énorme, le scénario est travaillé, que demander de plus ?

... Ah oui, que la rumeur selon laquelle Bravo plancherait sur un deuxième spin-off soit fondée.
Faudra que je retrouve le numéro du journal de Spirou dans lequel Bravo avait publié une histoire courte en complément au Journal d'un Ingénu, d'ailleurs \o/

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.