Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

vendredi 24 septembre 2010

Last Window

Bon ben ça y est, j'ai fini la suite de Hotel Dusk, qui est aussi le chant du cygne de Cing.
Je n'ai qu'un souvenir très vague de HD, il faudra que j'y rejoue. Par contre, ce qui frappe quand on lance Last Window : Le Secret de Cape West, c'est que la jouabilité n'a pas bougé d'un pouce. En soi c'est plutôt une bonne nouvelle, puisque la jouabilité de Hotel Dusk était extrêmement bien huilée. Il en résulte cependant qu'on ne joue qu'à des scènes d'intérieur. Le seul extérieur envisageable, c'est éventuellement le toit de la résidence, mais aussi certaines scènes de transition.
Car contrairement à son séjour à l'hôtel Dusk, notre ami Kyle Hide va passer plusieurs jours à enquêter. À son propre domicile.
La situation de base du héros n'est pas enviable. Coup sur coup, il se fait virer et apprend qu'il va être expulsé de son chez-lui en fin de mois parce que la propriétaire a vendu la résidence. C'est toujours mieux qu'apprendre coup sur coup que sa maison va être détruite, que la Terre va être détruite et que son meilleur ami est un alien, vous me direz.



Last Window : Le Secret de Cape West Trailer
envoyé par Gameinvaders. - Découvrez plus de sujets sur les jeux vidéo !

Et puis Kyle reçoit un courrier mystérieux et un coup de fil anonyme. On lui demande de "retrouver l'Etoile Rouge disparue 25 ans plus tôt et de l'apporter à quiconque a le sang de Kathy Mac Grath sur les mains."
Parce que aussi incroyable que cela puisse paraître, notre héros habite depuis le départ dans une résidence qui abrite des SECRETS encore plus troubles que ceux de l'hôtel Dusk.

Au cours des journées qui vont suivre (Cette fois pas de nuit blanche qui tienne !), il va s'intéresser aux habitants de la résidence, à la raison de leur présence, et à tout un tas d'autres choses. Qui est ce Rex Foster au charisme pas possible ? Pourquoi Dylan passe son temps à faire chier ? Ce Frank Raver est-il digne de confiance, et qu'y a-t-il au quatrième étage de ce qui fut autrefois un hôtel ?
Le scénario est remarquablement mis en scène : Jamais un jeu sur DS ne m'a apporté tant d'émotions. Quant aux personnages, mis à part le fait que je déteste Dylan et que certains n'ont pas de secret intéressant à partager par rapport aux personnages de Hotel Dusk, ils sont globalement de qualité, tant en termes de caractère qu'en termes de sprites (Sauf Dylan. Non seulement il a un caractère de merde mais son sprite est laid. Ce personnage est une erreur de la nature, même quand on a tout à fait compris son background. Je ne veux plus jamais le revoir. ... Ah fuck, si je veux rejouer je le reverrai. D:)
Les quelques références à HD sont d'ailleurs de qualité.

Pour ce qui est des mécanismes de jeu, je ne suis que moyennement satisfait.
Les minis-jeux qui faisaient également la force des jeux de Cing sont bien sûr toujours de la partie. Et hum... Certains sont à chier. Deux en particulier, dans le chapitre 9, qui me font dire que Cing, c'est vraiment une équipe de putes, en fait.
Le scénar semble aussi parfois un peu forcé. INÉVITABLEMENT, à CHAQUE FOIS que tu raccroches le téléphone, quelqu'un frappe à ta porte. A CHAQUE PUTAIN DE FOIS. Putain, c'est juste totalement surnaturel. La situation inverse se produit également de temps à autre. Notons aussi une prise de risque inconsidérée avec une scène où le téléphone sonne alors que Kyle est juste à l'extérieur de son appart', mais à sa porte. Quelle folie.
Sinon certaines énigmes sont illogiques voire impossibles si on ne pense pas "années 80".
Ah ouais la musique sinon : Elle n'a rien d'exceptionnel et se fait oublier assez rapidement mais reste agréable donc bon ça va c'est honnête.

Sinon dans les nouveautés du soft y a un mode relecture activable avec Select. Utile de temps à autre. Et y a un espèce de bouquin. La typographie est tellement moche que je vois pas qui aura le courage d'en lire plus d'un demi chapitre. Par contre y a une espèce d'aide à chaque fin de chapitre. M'en suis servi deux trois fois, et puis j'ai coupé et rallumé histoire que ce ne soit pas sauvegardé pour le jeu. Ouais j'ai aucun honneur. Cela dit j'en profite pour dire un truc : Cette aide est franchement bien faite. Même si des fois elle m'a pas aidé parce que j'avais déjà trouvé ce dont j'avais besoin. Mais ça aiguille bien, tout de même.
Au final Last Window est une bonne surprise, d'autant plus si vous parvenez à débloquer le mini-jeu final, qui, non content d'être jouable à volonté, est sincèrement fun. \o/

1 commentaire :

  1. Encore une suite forcée et une tentative désepérée de Cing pour renflouer ses caisses après un Another Code R plus que dispensable.
    Leur véritable chant du cygne restera Again qui demeure leur ultime création originale (même si quelques mécaniques sont repompées sur Hotel Dusk évidemment).
    Les circonstances (coucou rom qui ne marche pas) risquent encore de m'amener à bouder l'un de leur titre, tant pis.

    RépondreSupprimer

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.