Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

mercredi 8 septembre 2010

Alerte aux Zorkons

Alerte aux Zorkons, c'est très simplement la dernière aventure de Spirou.




Oui donc le volume 51. Je ne vous cache pas que j'ai une immense envie de me refaire tout Spirou à partir du numéro 1, d'ailleurs.  Bon, à ces 51 volumes, on doit en ajouter 12 autres :
-Les Aventures de Spirou et Fantasio Par (Rebaptisées "Le Spirou De" à partir de Panique en Atlantique), qui se comptent pour le moment au nombre de 6;
-Les quatre hors-série;
-Le volume 49Z incluant le premier chapitre de la tentative de manga basée sur Spirou;
-Et bien sûr les Robinsons du Rail, présents dans la huitième intégrale de Spirou, la seule qui mérite d'être achetée même quand on a déjà tous les volumes de la BD.



Cela porte le nombre d'albums de Spirou disponibles à, eh bien, ni plus ni moins que 63 volumes, ce qui fait pour le groom une carrière honnêtement bien remplie.

Pour commencer, j'ai bien envie de vous parler du design de la couverture de cet album.
Tout ça pour vous dire qu'il me déçoit et qu'il m'enchante en même temps.
La quatrième de couverture fait référence aux Spirous de Franquin et de Tome & Janry (Notamment à Qui arrêtera Cyanure, l'album sur lequel se base justement la Panique Mécanique).
Un petit peu de Fournier aussi, mais si peu qu'on a l'impression que ce dernier n'a pas vraiment existé dans l'histoire de Spirou. C'était tout de même un auteur ultime sur la série, et c'est bien dommage qu'il ait été viré de la réalisation de Spirou (Qui pour rappel appartient à Dupuis) parce qu'il avait fait une BD anti centrales nucléaires. Eh oui, on mène la vie dure aux avant-gardistes. C'est dégueulasse mais c'est ainsi.
La tranche est sympa. Cela dit, elle est, pour quelqu'un qui dispose de l'ensemble des Spirou, de la merde. Elle ne s'accorde absolument pas aux tranches des autres albums, qui, elles, sont à peu près sur le même format (Avec toutefois quelques différences en fonction des auteurs). Encore pire, la couverture de l'album, qui proclame que ce sont les aventures de Spirou et Fantasio, en écrivant Fantasio plus petit que Spirou. Tain, ce foutage de gueule. Depuis quand Fantasio est moins important que son comparse groom ? Après pour le coup de "Les Aventures De", ça a déjà été titré comme ça, c'est variable. Je suis cependant surpris que ça ait été ajouté sur la tranche, ça fait surchargé.
Tout ça pour dire qu'en un sens la couverture est sympa et en un autre sens elle pue.

Bon à présent la BD en elle-même.
Ce Spirou est fait par Yoann et Vehlmann. Ils ont déjà officié dans le premier album des Aventures Par, les Géants Pétrifiés. Sur le coup c'était inhabituel comme style, mais avec le recul, ça rendait vachement bien. Cependant, de l'aveu même des auteurs, ce style finalement sympathique ne peut pas coller avec une aventure "classique" de Spirou, et d'ailleurs ça se voit. Ils se sont vraiment lâchés. L'alerte aux Zorkons se rapproche donc davantage d'un style "Franquin" (Plus en tout cas que Morvan et Munuera qui ont abordé leur style "manga" dès leur premier volume) que d'un style libre. En soi ce n'est pas un tort, puisque dans l'interview en question les auteurs ont dit que le style des Géants Pétrifiés pourrait revenir après quelques albums, l'important pour Yoann et Vehlmann étant de faire un Spirou accessible à tous.

Oui bien. Mais du coup, comment faire après l'hérésie du tome 50 ? Comment faire quand Morvan et Munuera, après trois volumes géniaux mais descendus par la critique (Qui est composée d'abrutis finis) pondent un album qui se finit par le pire paradoxe temporel jamais conçu par des esprits pervers ?
... La solution employée ne pouvait contenter personne de toutes façons, quelle qu'elle fût. Et la solution choisie ne me contente pas : C'est celle de l'ellipse narrative. Tous les volumes jusqu'au 46 ont eu lieu dans notre trame temporelle. Parfait. Mais Fantasio ne peut pas s'empêcher de faire une référence au volume 50, référence à laquelle Spirou pige que dalle. Qu'en déduire ? Sûrement que Fantasio a vécu une formidable aventure dans laquelle il a tout remis en place. Mais on n'y a pas droit. On ne peut donc que supputer. En parallèle, je me dis que peut-être que la case qui dit "Lisez le volume 50" est en fait un foutage de gueule destiné à rattraper l'échec commercial qu'ont engendré bien involontairement les auteurs précédents de la série, avec leur style que le public considère trop manga.

Voilà, j'ai fait mon puriste sur cet album, je l'avais fait aussi pour Panique en Atlantique (Que j'ai besoin de relire et qui, avec le recul, était de qualité), mais bon, au delà de ça, y a vraiment énormément de qualité dans cet album.
Le scénario déjà : Il réutilise sans problème des éléments déjà existants et permet par exemple une nouvelle apparition du Dinosaure. Bon, ça fait jamais que la quatrième ou cinquième fois qu'on le voit faire de la figuration dans un album de Spirou, mais le personnage du Dinosaure est tout de même assez fun et c'est toujours un plaisir de le revoir.
L'histoire en elle-même est plutôt sympa. Spirou et Fantasio sont appelés d'urgence par le comte, ils vont à Champignac, et bien sûr c'est le bordel. En soi c'est très classique, mais il faut bien voir que le bordel en question c'est une nature devenue complètement folle. L'armée évacue les civils et nos héros ont toutes les peines du monde à rejoindre le village, puis le comte, pour avoir une explication, explication qui commence bien sûr par le Z de Zorglub, rencontré dès la deuxième planche.
Les personnages ne sont pas dénaturés et c'est là l'essentiel. Et surtout, ils ont du CHARISME. Le seul personnage raté à mon goût, c'est Spip. Pour les remarques sarcastiques il est toujours égal à lui-même, mais en tant qu'écureuil il est assez moche. Heureusement ce n'est qu'un personnage parmi une ribambelle de personnages sincèrement sympathiques, à commencer par l'armée.
En tout cas, les personnages, on s'y attache assez aisément. Par contre, je ne pense pas que quelqu'un d'autre que Franquin ait déjà réussi à utiliser correctement le plein potentiel de Zorglub. Bien sûr Fournier était épique, et Tome & Janry ont réussi, avec le Réveil du Z, à faire quelque chose de vraiment costaud, mais l'interprétation tant de Morvan/Munuera que de Yoann/Vehlmann me déçoit un peu. Zorglub n'est à la vérité que l'ombre de lui-même. (C'était d'ailleurs également le cas dans les Marais du Temps)

Le truc qui me déçoit un peu, c'est le coup des Zorkons en soi-même. Le nom est assez bancal, certes les créatures en question sont effectivement connes, et les temps ont changé depuis l'ère Franquin, mais voir le mot "con" mis ainsi en avant dans une aventure de Spirou, jusqu'au titre, me gêne quelque peu. Au delà de ça, à l'époque de Franquin, Dupuis lui avait dit "Mec, calme toi avec Zorglub, on en a eu pendant deux albums de suite", et à côté de ça eh ben... Deuxième album de suite avec ce bon vieux Z.
Que dire de plus sur cette album ? Que la calligraphie n'est pas à la hauteur de ce qui a déjà été fait et que ce n'est pas très agréable à lire. C'est un peu dommage pour mes pauvres yeux, mais bon.
Enfin, dernier point : La fin, malgré les références ultra obvious à Franquin, est tout simplement énorme. Car la dernière case n'est rien moins qu'un plot twist déployé de façon vraiment ingénieuse, et rien que pour ça je pense que la série est entre de bonnes mains pour la suite.
(Mais ça me ferait marrer qu'ils se fassent renvoyer au bout de trois ou quatre albums, quand même.)




1 commentaire :

  1. Cet album ne présage que du bon! Petit à petit Yoann se fait la main sur les personnages, la lecture est très agréable (pas comme le tome 50 ou Paris sous Seine), énormément d'humour, et bien sur le twist final! La suite dans le prochain album, à la manière de Kodo le Tyran/Des Haricots Partout (sacré twist là aussi!!!), et aussi La frousse aux trousses/La vallée des bannis !

    RépondreSupprimer

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.