Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

mardi 3 août 2010

Percussions, ou les aventures d'un homme de chevet

En 2007, dans le cadre de ma 1ère L, je me suis rendu à Angers pour voir le festival Premiers Plans, un festival filmographique. Beaucoup de Pasolini. Et honnêtement j'emmerde la personne qui a dit qu'il fallait en voir au moins un dans sa vie, parce que c'est TELLEMENT CONCEPTUEL que je me suis FAIT CHIER pendant TOUS les films de Pasolini que j'ai vu ce jour-là. On peut imaginer mon bonheur, quand, à la fin de la journée, on nous donne le choix entre un dernier Pasolini et... Autre chose. Cette autre chose, c'est un acteur, dans le théâtre d'Angers, lisant le script d'un film. Un film sobrement intitulé Percussions.

... Ce scénario. Lu par cet acteur. (J'ai oublié qui c'était et l'Internet ne me renseigne pas, désolé.) C'est l'une des meilleures choses que j'aie jamais entendu. Le texte était tellement épique, et il n'était pas que lu, il était littéralement joué par un homme qui s'investissait à fond dans ses différents rôles.
Depuis, j'ai voulu deux choses : D'abord enregistrer le scénario, car on nous avait dit qu'il serait diffusé à la radio. Mais je l'ai loupé. Ensuite, je voulais surtout voir le film. Et depuis trois ans, il m'est arrivé fréquemment de demander à l'Internet. Fin Juillet 2008, il y a ENFIN du neuf. Et pas n'importe quoi. D'après cette page, que j'ai trouvé par hasard assez peu de temps après sa mise en ligne, le tournage devait débuter le 11 Août 2008. Les acteurs principaux seraient Sophie Marceau et Christophe Lambert.
On ne peut pas dire que je sois un habitué des productions Françaises, du coup je ne connaissais pas ce duo d'acteurs à la base. Normal. D'après Allociné, le duo refusait de jouer en couple et a changé d'avis en constatant l'épisme du scénario. Ça annonce du très bon en termes de jeu d'acteur, ça !
Et puis un jour, très récemment, j'apprends que le film est sorti. Il a juste changé de titre et s'appelle désormais L'homme de chevet. Je n'ai pas perdu de temps et j'ai immédiatement embrayé sur la bande-annonce, parce que voilà, quoi.

Les acteurs et leur jeu sont déjà épiques à la bande annonce, putain. C'est EXACTEMENT la représentation du scénario tel que je m'en souvenais. Ce film s'annonce déjà épique à sa publicité. Il est évident que je me le suis procuré, depuis le temps que je le VOULAIS. Et là je l'ai enfin maté.

Quelle claque.

Il n'y a pas d'autre mot. Ce film n'a pas eu le prix du meilleur scénario pour rien. Le scénario est magnifique, et EN PLUS DE ÇA, il est servi par des acteurs de qualité qui jouent leur rôle à la perfection. À cela, j'ajouterai que la musique qui accompagne le film est tout sauf moche et est toujours appropriée. Même le générique de début, qui fait un peu vieillot sur les bords, est très bien là.
L'homme de chevet, c'est d'abord l'histoire de Léo. Léo est un ancien champion de boxe. Il débarque à Carthagène (Colombie), totalement au bout du rouleau. Le besoin d'un boulot lui fait rencontrer Muriel, une femme devenue paralytique suite à un accident. Elle l'engage pour s'occuper d'elle.
Parallèlement, Léo rencontre Lina, jeune fille de la rue, qui s'entraîne à la boxe. Il décide de la prendre sous son aile.

Derrière cette double trame, il y a à la fois de la simplicité et de la complexité. La simplicité du synopsys, d'abord : Limpide, le film nous emmène droit où il veut nous emmener. Mais la complexité, on la trouve dans les caractères des personnages, qui sont ma foi très développés. Léo est décidément toujours aussi épique qu'il l'a été en 2007, Muriel est à la base l'incarnation de la tyrannie née de la frustration, ce qui en fait un personnage plutôt hautain. Lucia, qui travaille aussi pour Muriel, est également assez épique, même si à cause de son accent Colombien on ne comprend pas toujours ce qu'elle raconte, ce qui peut vite devenir chiant.
Mais surtout, les personnages sont attachants, et on se prend vite d'affection, tant pour le couple que pour Lina, qui ne mérite décidément pas la vie qu'elle a mené avant de rencontrer Léo, ou pour Lucia, personnage qu'on pourrait prendre pour secondaire mais qui ne l'est pas du tout en fait.

Petite déception, la fin du film ne concorde pas vraiment avec la fin du scénario lu en 2007. Je trouve ça con parce que dans le contexte il donnait au film une note tragique qui ne m'avait pas déplu. Du coup je trouve que les deux fins, la première comme l'actuelle, peuvent être discutées. La première était peut-être un peu trop hardcore par rapport au reste du film, mais l'actuelle, bien qu'elle soit magnifique, manque de punch, et je suis sorti du film assez frustré de connaître ce que je qualifierais de "vraie" fin et de ne pas l'avoir vue mise en scène.

Mais justement je DOIS vous parler de la mise en scène ! On est à Carthagène, ça ne fait aucun doute. C'était écrit dans le scénario, le tournage a bien eu lieu à Carthagène, donc pas de problème géographique, le public est tout de suite happé dans l'ambiance de l'Amérique du Sud. Puis viennent les acteurs. Le seul petit défaut qu'on pourrait trouver c'est l'accent de Lucia, un peu gênant pour la compréhension, mais c'est évidemment du fait exprès, pour rappeler qu'on est en Colombie, donc soit. Sinon dans l'ensemble, TOUS les acteurs ont un jeu épique. J'imaginais une scène en particulier différemment de ce qui a été montré (Une scène dont la protagoniste n'est autre que Lucia, d'ailleurs), mais pour le reste, c'est à un authentique SUBLIMAGE du scénario que j'ai eu affaire. Putain. Christophe Lambert était grand. Et Sophie Marceau, mais son interprétation du personnage de Muriel est juste DE L'ART. Même les personnages secondaires, tel que le premier entraîneur de Lina, réussissent à être épiques !

Donc voilà, pour résumer ce film en trois mots : ÉPISME ABSOLU SPOTTED.


0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.