Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

mardi 4 mai 2010

La voix sans maître

Quand j'étais mioche j'étais déjà fanboy de Spirou. En tout cas c'est ce que je déduis de mon exemplaire de La Voix Sans Maître, qui date de 2003. Autant je le sais, j'ai commencé à lire le journal vachement tôt (Mon premier exemplaire était le numéro spécial des 60 ans du personnages... Cinq ans avant; d'ailleurs ce journal "spécial 100 ans avec un fac similé du spécial 60 ans dedans" était ULTRA OVER ÉPIQUE, mais à un point tel que j'attends que la rédaction actuelle se décide à refaire un numéro du même genre), autant pour les bouquins c'est un peu plus confus. Mais en l'espace de cinq ans, j'ai bien dû réussir à me procurer tous les Spirou déjà sortis, puisqu'à l'époque j'étais sérieusement en manque. J'avais même lu les deux hors série, c'est dire. Et là, le miracle, on nous annonce un hors série 3 et un hors série 4 pour les 65 ans du journal !!

Aujourd'hui je vais donc vous parler du troisième hors série, la Voix sans Maître.

On part sur une démarche tout à fait différente des deux premiers hors série, puisque si ces deux là étaient une sorte de prologue au Spirou de Franquin, présentant les bandes dessinées de ce dernier datant d'avant "4 Aventures de Spirou et Fantasio" (le premier volume de la série régulière), le 3 et le 4 n'ont pas de réelle suite logique, bien que les histoires soient présentées par année de parution.

Première bonne surprise, la toute première page est une réédition de la première page du premier journal de Spirou. Première apparition donc du personnage commandé à Rob-Vel par Dupuis.
L'histoire suivante vient de Rob-Vel aussi, et là je ne peux m'empêcher d'être déçu que les aventures de Spirou par Rob-Vel et Jijé n'aient pas bénéficié de plus d'égards pour paraître en albums. Parce que là, le texte d'introduction de "Spirou et la Puce" nous annonce que Spirou vient de revenir de l'aventure... Dans laquelle il a adopté Spip. Donc c'est dommage, on nous en prive littéralement, et ça fait chier.
Bon après soyons honnêtes, le personnage de Spirou ne devient véritablement intéressant qu'à partir de la période Franquin, mais Rob-Vel, c'est un peu le CRÉATEUR, donc j'aurais vraiment aimé lire davantage de bandes dessinées de cet auteur. Et aussi de Jijé, son successeur.
On passe ensuite à une histoire courte de Franquin. Tout de suite c'est plus consistant. Elle était incluse dans, je cite le bouquin, l'unique numéro du "Spirou Poche" publicitaire, petite publication obtenue contre l'envoi d'un paquet de "timbres Spirou" collationnés dans l'hebdomadaire et sur les étiquettes de nombreux produits alimentaires. Donc une histoire fort gentille, dans laquelle il est question de Fantasio et... D'un siphon.
Peu importe, on passe sans plus tarder au récit suivant : Fantasio et le fantacoptère solaire. C'est cette bande dessinée qui a décidé Dupuis à engager Nic et Cauvin pour s'occuper de Spirou, sauf qu'ils ont très mal assuré le boulot et qu'ils ont été virés au bout de trois volumes. En même temps c'était mal barré, le Fantacoptère Solaire, récit TOTALEMENT inintéressant, était scénarisé par... Le rédacteur en chef de Spirou de l'époque. Au niveau du dessin c'est assez décevant par rapport à Franquin ou à Fournier, mais ça reste sympathique.

On passe ensuite à Tome et Janry. Avec l'histoire qui donne son titre au bouquin, à savoir la Voix sans Maître. Et là on comprend pourquoi Dupuis les a engagé. Un style graphique énorme, qui parvient EN MÊME TEMPS à se détacher et à rester proche de Franquin, et surtout une mise en scène purement et simplement ÉPIQUE, qui sert le scénario à merveille. L'histoire suivante, La Menace, est moins épique, mais rien que pour la scène de la pellicule cinématographique, j'approuve à mort.
La Tirelire est là, histoire courte de deux pages, tourne un peu le héros en ridicule, mais ça reste gentil et amusant, donc pourquoi pas.
Enfin, et je ne me serais JAMAIS attendu à voir ça publié en album un jour avant de l'avoir vu, on a droit à la planche "Une semaine avec Spirou et Fantasio", publiée dans le maxi épique Spirou Calendrier de 2002, que des hors série innovants comme ça ça n'existe plus. M'enfin, avec ou sans contexte, je ne la trouve pas spécialement drôle. Disons simplement qu'à l'époque y avait de quoi être en manque de Spirou, puisque Machine qui Rêve était publié depuis longtemps (Cinq longues années, quand même), et que ces abrutis de Tome et Janry préféraient le Petit Spirou au vrai. Heureusement qu'ils ont laissé la main D:

Quoi qu'il en soit, au même titre que les trois autres hors-série de la bande dessinée, Spirou et la Voix sans Maître regroupe beaucoup de moments d'épisme, et est donc, au même titre que Fantasio et le fantôme (Dont je ne parle pas ici mais qui contient du FOURNIER, ce qui est un signe ÉVIDENT de QUALITÉ), et au même titre que les deux premiers hors série consacrés à Franquin, à lire.

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.