Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

jeudi 27 mai 2010

La victoire d'un éléphant

Bonjour. Aujourd'hui, l'Underground Time Lab a prévu de vous parler d'un dessin animé fort transcendant, dont le héros est un éléphant. Enfin pas du dessin animé en lui-même, mais du film. Cet éléphant est un roi. Vous l'aurez deviné, je vais vous parler du Triomphe de Babar.
Il se trouve qu'au début de l'année scolaire, j'ai revu ce film, mais sur Internet. Le type qui l'a foutu sur Youtube winne et je l'en remercie.
Je suis tout sauf un spécialiste de Babar, déjà. Son dessin animé, j'en ai à peine vu deux ou trois épisodes (Dont un qui m'a marqué parce que si on le décrypte correctement il apprend aux enfants à mentir o_o), mais ce programme reste BEAUCOUP PLUS INTELLIGENT qu'un dessin animé comme Dora l'Exploratrice, chose immonde faîte par des esprits malades pour abrutir les cerveaux d'esprits innocents. Je cherchais un moyen de le dire de façon délicate mais je ne peux pas, je vais donc être direct : Dora est une pute.
Babar, en soi, c'est un dessin animé colonialiste. Parce que les éléphants sont "civilisés". Par contre quand on les prive de leurs vêtements et de leur liberté (J'en reparle plus bas), ils passent de bipèdes à quadrupèdes, c'est assez fun. Et puis bien sûr ça se passe en Afrique. Oh et c'est une monarchie, Babar est un Roi, oui ou merde ?



Ce qui est bien avec le Triomphe de Babar c'est que c'est beaucoup plus facilement visionnable que le dessin animé classique parce que ce film pratique la technique dite du flashback. Après un générique d'introduction JUSTE CLASSE, Babar raconte à ses enfants pourquoi ce jour est la fête nationale. Pourquoi ? Eh bien parce que Babar, dans sa folle jeunesse, a remporté la guerre contre Rataxès, le très charismatique méchanvilainpabo qui, dans le seul épisode du dessin animé dont je me souviens, refusait d'exporter ses mangues.

Si ce film est bien, c'est parce que comme le dessin animé (Cf l'épisode sus-mentionné), il peut être lu à deux niveaux.
Le niveau de base c'est "lol un conte Africain pour les zenfants sages".
Le niveau avancé c'est "OMG SATYRE DE LA POLITIQUE ET DE LA SOCIÉTÉ §§§"
Le film est d'ailleurs très bien servi par ses musiques, notamment Une commission.



Ne cherchez pas plus loin, cette chanson est tout simplement le troll le plus osé du Triomphe de Babar.  Car elle montre toute l'absurdité de toutes ces procédures politiques longues et compliquées. Mais la réduction des éléphants en esclavage par les rhinocéros est pas mal non plus en terme de troll,  cette fois colonialiste, car ils reviennent à leur état "primitif", y compris la mère de la future femme de Babar.
Outre le message subliminal politique ma foi pas forcément subtil mais vachement bien amené, Babar, c'est surtout des gags qui servent vachement bien le scénario, et je dois dire que la sauce prend impeccablement bien.
J'approuve donc massivement ce film, et j'estime qu'il doit être vu au moins une fois dans une vie. Voire deux. Voire plus.

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.