Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

jeudi 11 mars 2010

Phoenix Wright : Ace Attorney

Dans la collection Je suis un sale fanboy et je le revendique, je vais dès à présent poster un article par jeu de la série des Ace Attorney. Ace Attorney Investigations, c'est fait. Je reviens à présent au premier jeu de la série.

La boîte est laide, mais peu importe.

Donc Phoenix Wright, aussi connu sous le nom de Gyakuten Saiban, c'est à l'origine une trilogie de visual novels/point and clicks parue au Japon sur Game Boy Advance. La réédition du soft sur la console aux deux écrans est tombée à pic, puisqu'elle a favorisé sa sortie en dehors du territoire Japonais. Au passage les Japonais sont des salauds, puisqu'en dehors de Time Hollow et de sa traduction bâclée, qui n'est même pas paru en France, cette catégorie de jeux n'est représentée dans le monde que par Phoenix Wright.
Enfin je vais être totalement juste, la catégorie du visual novel pur a du pot puisque Le Sanglot des Cigales (Aussi connu sous le nom d'Higurashi No Naku Koro Ni) est traduit par un être exceptionnel. Et Lorrain.

Pour ce qui est de Phoenix Wright, une bande de salauds a piraté le soft sans vergogne (Les gens à qui je n'en veux pas de l'avoir piraté, j'espère que vous vous reconnaîtrez avant de venir me défoncer la tronche), ce qui fait que Capcom en a eu ras le bol, et, au lieu de faire une traduction de merde, a préféré opter pour la stratégie "Ne pas traduire pour réaliser des économies".
Ils ont adopté une deuxième stratégie pour vendre du Phoenix Wright sûrement et simplement, mais elle est merdique : Sortir le jeu sur Wii.
Enfin bon peu importe, je vais plutôt vous parler du premier jeu de la série sorti sur le sol Français, et de pourquoi cette sortie est LE PLUS GROS WIN DE TOUS LES TEMPS.



Donc Phoenix Wright, pour les trois au fond qui dorment et qui ont pas lu les épisodes précédents de l'Underground Time Lab, est un jeu combinant les formes de jeu du point and click et du visual novel. C'est donc au niveau du scénario, de la galerie des personnages et de l'OST qu'on peut se permettre de l'attendre au tournant. Je ne reviendrai pas sur le système de jeu, que j'ai déjà suffisamment abordé dans l'article dont le lien est juste au dessus.
Je commence par l'OST : C'est un vrai enchantement. Parfois, elle est un peu trop répétitive, c'est vrai. Tout le monde n'appréciera pas forcément la musique des contre-interrogatoires, surtout si ceux-ci viennent à s'éterniser parce que, par le plus grand des malheurs, on bloque lamentablement.
Le scénario, maintenant : Alors là, une excellente surprise. La première affaire étant la première de tous les jeux, c'est aussi la plus simple et la plus conne (Y a pas d'autre mot), mais elle a le mérite de poser les quelques bases dont le joueur a besoin : Phoenix, Paul, Mia, le Juge, mais aussi et surtout l'inoubliable procureur Boulay, qui vous attend dans toutes les affaires 1 de la série.
La deuxième affaire corse un peu le tout, mais s'avère plus facile que ce que l'on pourrait croire a priori en voyant la situation du héros le deuxième jour du procès.
La troisième affaire, honnêtement, traîne en longueur. Y a de l'idée. Y a le Steel Samurai. Bon. Mais à part ça ? Ah si, y a le changement progressif de l'attitude de Hunter, c'est toujours sympa pour développer le caractère du personnage.
La quatrième affaire est pour sa part une apothéose, et on pourrait très sincèrement s'en tenir là, mais nos amis Nippons ont été MALINS : Dans cette mouture DS, il y a une affaire inédite par rapport au jeu d'origine ! Et c'est vrai, elle est aussi longue que les quatre premières affaires. Du coup, malgré le fait qu'elle winne énormément, je la trouve un peu chiante, parce qu'en comparaison, le premier des Ace Attorney est bel et bien le plus long de la série, et quand j'ai joué à ce jeu, je suis pressé de passer au deuxième car mon personnage préféré, Richard Wellington, se trouve être un personnage de la première affaire de Justice For All. (Édit : Si comme Fisico vous trouvez que ce que je viens de dire est une hérésie, je vous prie de lire les compléments que j'ai posté dans les commentaires et de m'incendier APRÈS, merci.)
Parlons enfin des personnages : Ce jeu pose une fois encore des bases, et quelles bases ! Flavie Eïchouette, personnage chiant au possible mais pourtant excellent, Ema Skye, la meilleure des enquêtrices scientifiques (Ce n'est pas du cynisme, c'est la vérité absolue), Eva Cozésouci, la jeune fille venue d'une région qui a un fort accent (Du coup elle vient de Marseille en VF, vu que la VF est la seule version du jeu à ne se passer ni au Japon ni aux USA mais bien dans le pays où le jeu est sorti, ce qui est sympathique de la part des traducteurs, mais ce qui crée de nombreuses incohérences), Marshall, ce mec génial se prenant pour un cow-boy, et ayant l'un des thèmes musicaux les plus épiques du jeu, et bien sûr Benjamin Hunter, qui alimente une fanbase ma foi fort nombreuse, et qui a même un jeu à son propre nom du coup.

On aurait pu reprocher à ce jeu sa durée de vie. On aurait pu. Mais l'affaire 5 est si désespérément longue, que finalement je n'ai rien à lui reprocher. Phoenix Wright 1 est un jeu qui ne peut que marquer à vie quelqu'un qui met la main dessus. C'est tout.
Dans le prochain épisode : Phoenix Wright : Ace Attorney : Justice For All : La cruelle désillusion (Surtout en VF)

7 commentaires :

  1. Trouver la 5è affaire chiante c'est une hérésie, le pownage du coupable par Hunter et Wright réunis c'est juste l'un des moment les plus épique de toute la série.

    "Au passage les Japonais sont des salauds, puisqu'en dehors de Time Hollow et de sa traduction bâclée, qui n'est même pas paru en France, cette catégorie de jeux n'est représentée dans le monde que par Phoenix Wright."

    Il y a Lux-Pain aussi, par contre en Europe il n'est sorti qu'en Angleterre (et on le trouvait encore pour une misère il y a quelques semaines)

    RépondreSupprimer
  2. Pour la cinquième affaire, je la trouve un peu (je tiens à souligner le "un peu" avant que mes propos soient déformés tavu) chiante parce que quelques passages traînent un peu, et aussi parce que, à part la première fois, j'ai toujours mis du temps à me remettre à y jouer alors que j'étais en pleine partie et que j'avais sincèrement mieux à faire puisque je voulais arriver à Trials And Tribulations au plus vite, sachant que quand je joue aux jeux de la série, je les fais tous dans l'ordre par principe (Sauf la première fois. AJ en France avant TnT + argument "Garder le meilleur pour la fin", ça ne se refuse pas).
    Oh et y a quelques thèmes musicaux de cette affaire 5 que j'arrive pas à supporter non plus, ça m'aide pas à l'apprécier dans sa globalité.

    Après oui, il est évident que le final est plus qu'épique, que l'affaire en elle-même est plus qu'épique, et que c'est un chef-d'œuvre dans l'ensemble des affaires disponibles sur les jeux de la série, même si l'intensité dramatique d'un PW2-4, par exemple, le surpasse à mon goût.

    Pour Lux Pain je suis curieux, lire des avis négatifs sur le sujet ne m'avait pas encouragé, mais j'y jouerai peut-être quand même un de ces jours.

    RépondreSupprimer
  3. Ah ouais et LE LUTIN BLEU EST CHIANT.

    RépondreSupprimer
  4. Ah ouais mais rusher un jeu par principe pour passer à sa suite c'est la pire idée qui soit (et je parle en connaissance de cause, j'ai déjà fait cette erreur), et ça empêche d'apprécier le jeu en question à sa juste valeur.

    Et Blue Badger rulz, si tu es incapable de saisir sa prestance et son charisme alors tu n'as rien compris, AAI le prouve d'ailleurs en exploitant ses multiples facettes ->

    Pour Lux-Pain il y a eu des avis très négatifs mais je ne les qualifierais pas d'objectifs, de un parce que la plupart du temps il s'agissait souvent de réfractaire à l'univers jap de base, et aussi parce qu'ils se sont attardé des plombes sur la traduction US qui était effectivement pas folichonne.

    Pour les avis positifs tu dois connaître celui d'Arca, et le mien est visible en cliquant sur mon pseudo et fouinant dans les archives (il est pas objectif non plus mais il faut bien ça pour compenser)

    RépondreSupprimer
  5. Jeu promettant toujours un franc succès, fana de Ace Attorney depuis peu, j'ai adoré jouer à ce tout premier volet de la saga. Alors merci aussi d'avoir partagé votre avis sur ce jeu !

    RépondreSupprimer
  6. Hey, salut, je ne m'attendais pas du tout à recevoir un aussi aimable commentaire des années après avoir publié mon billet :)
    Pour la petite anecdote, depuis, j'ai lancé le site web http://ace-attorney.info, n'hésitez pas à y faire un tour !

    RépondreSupprimer

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.