Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

mercredi 10 février 2010

L'élixir du Dr Doxey

Avant de continuer notre épopée dans le far west délirant et néanmoins vidéoludique de Lucky Luke (Dès la prochaine fois l'épisode 2 !), je m'en vais vous parler d'une aventure du cow boy solitaire loin de son foyer si cher.

Cela dit, je vais d'abord replacer le contexte. Lucky Luke est un héros à l'origine créé par Morris et édité par Dupuis. Comme l'imagination de Morris en terme de scénar ne brillait, il faut bien le dire, pas énormément, il a par la suite eu le soutien de Goscinny, et une bande dessinée scénarisée par Goscinny est forcément une bonne bande dessinée. Forcément. Tu peux pas test.
Par la suite, par un ras-le-bol de l'esprit bien pensant du journal Spirou, Lucky Luke change d'éditeur (D'abord Dargaud puis Lucky Productions) et est prépublié par Pilote, le magazine dirigé par Goscinny.
Au décès de Goscinny, notre bon dessinateur a changé de scénariste. Beaucoup. L'identité du personnage a survécu, cela dit, et puis il a été repris, au décès du dessinateur, par Achdé et Gerra. À ce niveau, autant leurs deux premiers albums étaient sympathiques, autant le troisième est définitivement l'aventure de trop. Avoir lu quelques albums de Morris, c'est suffisant pour se dire régulièrement "Mais c'est quoi ce copier coller foireux ?"
Du coup je suis circonspect, d'autant que la Belle Province était plutôt sympathique. Plutôt. Ce n'était pas non plus un chef-d'œuvre pour autant.


Aujourd'hui, je vais plutôt vous parler de l'Élixir du Dr Doxey, une bande dessinée réalisée avec amour par Morris tout seul à l'époque Dupuis.
Donc, c'est une aventure de Lucky Luke. Une aventure dans laquelle le héros a affaire à un type d'adversaire tout à fait nouveau pour lui, et monnaie courante dans le Far-West de l'époque (Ou au moins dans les histoires se déroulant dans ce cadre) : Un charlatan.
Ce charlatan donc est, comme le titre l'indique, le Dr Doxey. Un personnage ma foi tout à fait intéressant, avec un nom de surcroît extrêmement bien trouvé, étant donné qu'il donnera lieu par la suite à un superbe anagramme, que je vous laisse le soin de découvrir si vous n'avez encore jamais eu l'occasion de lire cet ouvrage.

Lucky Luke pourrait très bien ne pas l'affronter, après tout des charlatans y en avait à la pelle; le truc c'est qu'avec l'appui de son assistant, Doxey met des vies en danger (Sur un malentendu au départ quand même, on peut le noter). Alors forcément, Lucky Luke, c'est pas le défenseur de la veuve et de l'orphelin pour rien.

Sans présenter de véritables coups de génie (Sauf l'anagramme là), L'élixir du Dr Doxey présente des personnages extrêmement rafraîchissants dans l'univers du cow-boy, puisque jamais ce concept n'a été repris depuis. De plus, Morris s'est montré assez fin dans sa maîtrise du scénario. Le personnage de Lucky Luke est nettement moins superficiel qu'il ne l'était dans les tous premiers tomes et commence à développer son identité.
Le seul truc qui manque à cet album, c'est la touche Goscinny. Mais il reste fort agréable, donc on lui pardonne d'avoir été fait avant l'arrivée du scénariste sur la série.

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.