Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

vendredi 15 janvier 2010

L'Aile ou la Cuisse

Aujourd'hui, revue cinématographique.

Une fois n'est pas coutume (Mais de toute façon y a pas de coutume sur ce blog, y a juste des billets totalement décousus et qui n'ont aucun rapport les uns avec les autres si ce n'est qu'ils sont de bon goût ou au moins qu'ils essayent de l'être), je vais m'attarder sur un film avec Louis de Funès dedans. Mais attention, sur mon préféré : L'Aile ou la Cuisse.

Il serait criminel de ne pas avoir, au moins une fois dans sa vie, vu cette pure merveille du 7ème art.

Mais détaillons plutôt pourquoi ce film est ce qui s'appelle un gros win épique.




Déjà pour un élément qui n'était au départ absolument pas prévu : L'acteur qui devait interpréter le fils de Charles Duchemin n'a pas pu tenir ce rôle et a été remplacé par Coluche, ce qui fait que ce film a l'un des meilleurs castings de tous les temps.

Ensuite, pour sa bande sonore. Un chef-d'œuvre. Je regrette de ne pas avoir en ma possession l'OST, mais mes parents n'ont jamais voulu m'acheter de musiques de films quand j'en trouvais en magasin, ce qui est fourbe. ;_;





Enfin, pour son scénario; et il est vrai qu'un bon film comique a tout intérêt à reposer sur des bases solides.
En l'occurrence, Louis de Funès s'attaque à l'univers de la restauration.

À l'inverse du Grand Restaurant, où il était le patron d'un restaurant, il joue ici le rôle d'un critique culinaire. Charles Duchemin, auteur du Guide Duchemin, reconnaissance suprême des restaurants, et qui a tous les droits d'ajout et de retrait d'étoile.

En face de lui, un enfoiré. Un pro Mac Donald. Un salaud, un vrai. Un mec qui s'appelle Tricatel et qui veut CONQUÉRIR LE MONDE (Hey Cortex, on fait quoi cette nuit ?) DE LA RESTAURATION.

Comment mettre les deux face à face ? Simple. Organiser une émission de télévision. Et tous les coups sont permis. (D'ailleurs le présentateur était un vrai, même si j'ai oublié qui c'était.)




Mais ce film n'a pas pour lui que De Funès, puisque, comme je le disais plus tôt, Coluche y occupe un rôle tout aussi important. D'ailleurs De Funès a insisté pour que leurs noms se partagent l'affiche alors qu'au départ l'équipe de production ne voulait pas. De Funès/Coluche ? Le bon goût associé au politiquement incorrect ? Voilà qui pouvait les faire trembler ! Mais cette association s'est révélée purement génialissime, peut-être même plus puissante encore que ce qu'aurait été le film sans.

Cela dit, Coluche interprète le rôle du fils de Duchemin. Son père aimerait bien qu'il devienne critique aussi, mais son seul rêve, c'est... Le cirque. Il se retrouve associé malgré lui dans la plupart des combines de son père, et ça occasionne un certain nombre de... Problèmes.

Voilà, maintenant, si c'est pas encore fait, allez le voir.

1 commentaire :

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.