Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

jeudi 7 janvier 2010

Achille Talon et la traversée du disert

Bien, quelle est la différence entre Achille Talon et Spirou ?
C'est qu'Achille Talon, il y a tellement à dire sur un seul album que je ne pense pas faire un article généraliste sur le sujet un jour.

En l'occurrence, au cours des vacances de Noël, j'ai trouvé quelques bandes dessinées à couvertures souples (On devrait toujours vendre des BD à couvertures souples, c'est beaucoup plus agréable à tenir que des BD à couvertures cartonnées) à deux euros pièce. Et parmi elles, je vous le donne en mille, cet Achille Talon. J'ai également acheté deux volumes de Passe moi l'ciel, même si je les ai déjà tous lus ou presque dans le journal de Spirou où ils sont prépubliés.

J'en suis donc là avec cet Achille Talon en rayon. Mais bon, finalement, qu'est-ce qui peut me pousser à acheter un Achille Talon ? Le fait que ce soit une aventure complète. Voilà, j'en ai eu à un moment marre des gags d'une page ou deux, même s'ils sont tous suprêmement excellents, et s'il y a Pétard (Voir article précédent, dont le lien est plus haut) en couverture, il est ÉVIDENT que j'achète les yeux fermés.

Me voilà donc avec cet Achille Talon entre les mains. Son format ? Souple. Son titre ? La Traversée du Disert. Tout s'accorde au keikaku. Tout s'accorde TOUJOURS au keikaku. Qui signifie plan. Vous suivez ? BIEN.

J'ouvre la bande dessinée. Page une. Scène champêtre. Achille et tous ses amis en pique-nique. C'est trop bucolique pour durer. Et effectivement ça ne dure pas.

Lefuneste, et sa radio ouverte à fond. Pourquoi est-ce toujours lui l'élément perturbateur. Pourquoi ne peut-il pas juste être un personnage lambda et que l'on malmène moins. Ah ouais, la BD se vendrait moins.

Et là le drame, Chichille s'en prend à la radio et bousille le sélecteur de chaînes. Inopinément, voilà le journal d'information qui nous apprend que deux criminels en fuite sont activement recherchés. Je vous laisse deviner la suite.

Oui, bien sûr, c'est la rencontre fatidique. Il fallait que ça arrive, Achille a un don pour attirer les ennuis, son père le lui a assez souvent répété.


Voilà donc nos héros en bien mauvaise compagnie, et forcés d'accompagner les deux malfrats jusqu'à la frontière, où ils comptent changer de pays, publier un livre sur leur expérience criminelle, et accessoirement devenir riche en le vendant.

Maintenant, la question que le monde entier se pose : Qu'est-ce qui fait de cette bande dessinée une bande dessinée de qualité alors qu'il y en a déjà tant ?

-Son canard.
-Sa buvette.
-Sa radio.

Oh et l'auteur utilise une technique vachement intéressante de flash-backs pour permettre de suivre des actions simultanées au mieux. Ça pourrait être mieux mais c'est quand même fort cool, donc on va pas s'plaindre.

Après évidemment je pourrais vous parler des gags, qui sont ma foi nombreux et de qualité, mais en fait non, allez les lire vous-même pour constater à quel point Greg est SUPÉRIEUR.
Et puis de toutes façons je ne veux pas non plus spoiler ce qui fait tout l'intérêt de la bande dessinée.

Parce que ouais, Achille Talon, c'est surtout des gags en chaîne, sur fond hautement littéraire, avec un soupçon de cohérence pour rendre l'aventure complète... Complète.

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.