Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

mardi 6 octobre 2009

Pokémon Trading Card Game

À l'heure où tout le monde ne jure plus que par Pokémon Coeur d'Or/Âme d'Argent, je décide, FOURBEMENT, de poster à propos d'un jeu qui commence à dater.

Ce jeu: Pokémon Trading Card Game.



C'était, pour l'époque, une vraie innovation sur Game Boy Color. Pensez: Le premier jeu de cartes à jouer et à collectionner adapté sur console. Il y avait de quoi être euphorique.
Bien sûr, Yu-Gi-Oh a été adapté par la suite, mais la version GBC est une pure daube (contrairement à Worldwide Edition, son successeur GBA, tout à fait honnête pour l'époque), alors il vaut mieux l'oublier.

Quoi qu'il en soit, Pokémon TCG commence par... Un tutorial. Très ennuyeux. Cela dit, très pratique si vous ne connaissez pas les règles, somme toute basiques. D'autant plus qu'elles étaient plutôt simples, quand on les compare à tout ce que le jeu offre aujourd'hui. (D'ailleurs je n'y joue plus depuis longtemps, au jeu de cartes. Les nouvelles règles, ne me les demandez surtout pas.)

 
Vous ne rêvez pas : Cette scène est bien dans le tutorial.

Pour ce qui est des règles, chaque joueur dispose d'un deck composé de 60 cartes. On en pioche 7, me semble-t-il, et si on n'a aucun Pokémon de base en main, c'est un mulligan, et donc il faut recommencer jusqu'à en avoir au moins un à poser. Parce que contrairement à Magic, que le jeu se permet de copier allègrement, il faut obligatoirement avoir un Pokémon en main. Pokémon que l'on pose sur le terrain de jeu, face cachée en l'occurrence.
On est ensuite supposé placer à volonté les éventuels autres Pokémon qu'on a en main sur le banc. Face cachée aussi, ce qui n'a stratégiquement aucun intérêt.

Quoi qu'il en soit, il s'agit ensuite de mettre KO les Pokémon de son adversaire. Pour cela, vos cartes disposent d'attaques activables en fonction du nombre de cartes Énergies que vous leur aurez attaché.

Si votre adversaire n'est plus en mesure de jouer de Pokémon depuis son banc, vous gagnez. S'il a pioché toutes ses cartes, vous gagnez aussi. Mais la façon principale de gagner consiste à tirer toutes vos Récompenses.
Issues du deck, elles sont posées face cachée (c'est déjà plus cohérent que les Pokémon du banc en début de partie) sur une partie du terrain qui leur est réservée. Pour tout Pokémon KO, vous devez en piocher une. Ce qui, rappelons-le, ne peut être que bénéfique.

Pour ce qui est du jeu sur Game Boy Color, il reprend scrupuleusement toutes ces règles. Bien sûr, cela s'accompagne de lancers de pièce déterminant certains résultats aléatoirement. (Même si j'ai déjà pu constater que ce n'était pas si aléatoire que ça, un même lancer recommencé plusieurs fois donnant le même résultat à chaque tentative)


Ishihara, le plus grand expert en échange et stratégie Pokémon.

Ce qui est vraiment dommage, c'est le nombre de cartes disponibles. Alors qu'à l'époque, l'authentique jeu de cartes bénéficiait de quatre ou cinq séries de cartes, le jeu vidéo n'en a que trois: La série de base, Jungle et Fossile. Par contre, un certain nombre de cartes promotionnelles sont incluses, ainsi, bien entendu, que quelques cartes exclusives au jeu. Jeu qui offrait, à ce propos, une carte promo représentant Miaouss. Une promo d'ailleurs un peu décevante: La carte ne parlait qu'en Anglais et la traduction était donnée à côté. Je ne lisais pas couramment l'Anglais, à l'époque, donc ça m'a plutôt déçu.

L'interface du jeu est plutôt agréable. En dehors des combats contre d'autres joueurs, au cours desquels vous obtiendrez les précieux boosters contenant les cartes tant convoitées, on se retrouve dans une aire de jeu vue du dessus à la manière des autres Pokémon. La fonction qui permet de courir en maintenant B appuyée était présente, et sa non présence dans Pokémon OAC était par la même occasion fort regrettable, puisque Nintendo avait démontré qu'elle était faisable. Tant pis, OAC reste quand même un chef-d'oeuvre.

Quoi qu'il en soit, l'interface de jeu est également très opérationnelle, et on se retrouve rapidement habitué à naviguer d'un écran à l'autre, pour vérifier les stats de telle ou telle carte, ou plus simplement pour voir où en est le terrain. Par contre, l'interface de base est affreusement chiante à manipuler. Heureusement qu'il y a des options pour modifier ça.

Énorme particularité de ce jeu: En plus de disposer de l'habituelle fonction de sauvegarde -sous le nom "Journal"-, il dispose d'une sauvegarde rapide AUTOMATIQUE pendant les jeux. Bien sûr, libre à vous de reprendre à la sauvegarde normale ou au beau milieu de votre duel.
Cela étant, cette sauvegarde rapide ne sera pas sans ravir les amateurs de fourberies éhontées. Étant donnés les moments où elle se déclenche, il est possible de changer son attaque, vérifier les cartes de son deck (en utilisant, bien sûr, une carte Dresseur) ou ses récompenses. Et puis on peut influer sur le destin en annulant un lancer de pièce fatidique. Génial, non?
De toutes façons, étant donné que ça ne concerne que les combats contre le PC, ça ne devrait déranger personne. D'autant plus que certaines cartes promo, particulièrement dures à remporter, valent bien que l'on utilise cette méthode, voire, dans les cas les plus désespérés, que l'on reprenne à la dernière sauvegarde de terrain.

Pokémon TCG a également une suite, TCG2. Malheureusement, ce jeu, bien meilleur que son prédecesseur, n'est jamais sorti hors du Japon, prouvant au monde entier la débilité inhérente de certains producteurs.


Morale: Les meilleurs jeux ne paraissent JAMAIS en dehors de leur pays d'origine. C'est honteux.

Pour l'anecdote, un jeu PC a également été publié. Il permettait de gérer sa collection, de construire des decks, mais aussi de jouer avec des decks préprogrammés. Étonamment, les cartes de l'extension Team Rocket étaient dans ces decks, mais pas dans la gestion de collection.

0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.