Sweet dreams everyone ! Good night, sleep tight, don't let the bed bug bite !

samedi 3 octobre 2009

Le contenant et le contenu

- AVERTISSEMENT -
Le billet que vous vous apprêtez à lire est âgé de plusieurs années, et ne reflète plus ma personnalité ni mes opinions. Par conséquent, merci de bien vouloir le considérer comme une simple archive.
Comme l'indique de façon très explicite le titre très explicite que j'ai très explicitement trouvé pour cet article très explicite, je vais vous parler de façon très explicite du contenant très explicite et du contenu très explicite.

Ce sera donc, si vous ne l'aviez pas déjà compris, une affaire TRÈS explicite.

Bon, quand j'achète un produit, je m'attends à y trouver du contenu, 'kay? Mais ce contenu passe d'abord par son contenant.

Si vous croyez que je parle de la boîte d'un jeu ou d'un DVD, ou de la couverture d'un livre, ou de que sais-je encore, vous n'avez pas tort pour les livres. Pour le jeu ou le DVD, j'estime que le contenant, c'est le support de lecture.

En ce sens, la PSP est un très bon contenant, vraiment. Mais en matière de contenu... C'est presque le néant intersidéral.

Pour en revenir à ce que je disais, j'ai encore très récemment trouvé en rayon un manga, dont le titre m'échappe, mais qui avait une fort belle couverture, représentant un personnage apparemment doué d'un certain charisme, et peut-être d'une volonté de faire le mal autour de lui.

Okay, admettons. J'ouvre par curiosité les pages de ce manga. Première constatation, il est édité par l'un de ces éditeurs qui se foutent du confort du lecteur. Le papier est rugueux.
Mais la plupart du temps, je n'achète pas un manga pour son contenant, non, non, ce serait fort dommage. Je l'achète pour son contenu.

En l'occurrence, rien qu'au début, j'avais envie de le reposer dans le linéaire et de me casser à toute vitesse.

J'ai survécu quelques pages, cela dit, avant d'être contraint de quitter cette infâmie. Que j'aurais bien poursuivi jusqu'au bout pour vérifier si mes craintes étaient avérées, mais elles l'étaient, ça ne faisait aucun doute.

C'était donc l'histoire d'un mec surdoué et blasé de tout. Ce pauvre gars avait un objectif: Construire un nouveau monde. Pour cela, il décide d'apprendre l'hypnotisme histoire de se débarrasser de toute l'inutile population terrestre.

... C'EST LA MÊME CHOSE QUE DEATH NOTE OU QUE CODE GEASS. Mis en forme autrement, certes, mais C'EST LA MÊME CHOSE.




Donc là, on est en présence d'un contenant moyen et d'un contenu parfaitement hideux. Dommage, car un contenant de merde renfermant un vrai trésor, honnêtement, je prends. Sauf si j'ai encore des doutes sur le contenu, cela va de soi.

Revenons à présent au cas Dragon Ball. Le contenu du manga n'a jamais changé, mais le contenant, en revanche, a subi beaucoup de transformations au fil du temps.
On peut notamment, à ce propos, regretter que les premières éditions Presse ne coïncidaient pas parfaitement avec l'édition magasin.
L'édition la plus récente bénéficie d'une nouvelle traduction, et là on entre dans le vif du contenu, étant donné que c'est bien l'une des seules choses modifiables, à part peut-être que quelques chapitres sont gaiement colorisés.

Elle n'est apparemment pas aussi fidèle que l'avant dernière traduction en date, cela dit elle reste extrêmement proche de la version originale, et, par la même occasion, se révèle véritablement fort plaisante à lire. Bien sûr, quelques références à la culture Japonaise sont disséminées ça et là. Heureusement, elles sont le plus souvent expliquées par des notes en bas de case.
Et puis le format du papier est légèrement plus grand.

Pour ce qui est de l'anim, on peut en dire beaucoup de choses.
D'abord, il y a les puristes qui crachent sur Dragon Ball GT parce que Toriyama ne l'a pas scénarisé. Je ne me le permettrais pas, personnellement, pour les raisons suivantes:
-Toriyama a lui-même avoué que toute l'histoire de Cell venait de son éditeur.
-Il est tout de même à l'origine d'une partie des graphismes de GT.
-Surtout, je connais l'histoire de GT dans sa globalité, mais on ne peut pas dire que j'aie déjà vu cet anim.

Après, ce que je n'apprécie pas dans l'animation de Dragon Ball en général (Incluant donc Z), ce sont les épisodes fillers (bouche-trous, donc), dont beaucoup n'apportent rien de constructif à l'univers de Dragon Ball. Pire, certains OAV présentent des contradictions de taille avec l'ensemble. Je dis ça par rapport aux personnages qu'ils impliquent.

Et puis il y a Dragon Ball Kai. Une nouvelle version plus proche du manga. Tant mieux, notez, on évite ainsi les combats de 2000 épisodes.
Le contenu pourrait-il donc être mieux? Pas vraiment.
DBK souffre d'une autocensure des plus honteuses, et d'une bande sonore un peu moins bien que l'original. Donc c'est moyen, en fait.


0 avis :

Enregistrer un commentaire

Vous voulez ajouter votre pierre à l'édifice ? N'hésitez pas, ici on ne mord pas !

Ce site utilise des cookies en provenance de Google, notamment pour l'analyse du trafic et la personnalisation des annonces. En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.